Equipe de France

Patrick Beesley s’exprime sur le dossier Evan Fournier : on aimerait bien comprendre, mais on n’y arrive pas

Patrick Beesley

Mouais…

Source : YouTube / Comité des Landes de Basket-Ball

Invité hier dans l’émission Basket Time sur RMC, le Directeur Technique National, Patrick Beesley, a répondu à de nombreuses autour de l’équipe de France. Le cas Nicolas Batum a été évoqué car il annoncé son forfait pour le prochain EuroBasket (en septembre). Peu d’informations ont été divulguées concernant Rudy Gobert puisque le DTN et Vincent Collet vont le rencontrer prochainement. Rien de très surprenant jusque là, mais c’est quand il s’est exprimé au sujet d’Evan Fournier que M. Beesley nous a laissé pantois tant ses insinuations semblent déplacées.

En effet, interrogé sur le cas Evan Fournier et ce qu’il fallait en attendre au niveau de l’équipe de France tout comme des relations renouées ou non avec le joueur, voici ce qu’a déclaré le DTN sur RMC :

“Je pense que, mercredi soir, son parcours NBA sera terminé (Orlando n’est pas qualifié pour les playoffs, ndlr). Nous reprendrons contact et on verra ce qu’il en est exactement de la situation. Mais je n’ai vraiment pas envie de supplier. Je pense qu’il faut qu’on tourne la page aussi, il faut qu’on redonne des règles au niveau de l’équipe de France. On ne s’invite pas, on ne choisit pas ses dates. C’est le sélectionneur qui sélectionne. Il faut profiter de cette évolution de l’effectif, de cette modification pour fonctionner différemment. […] Il y a zéro ambiguïté. Dès le début du mois de septembre, j’ai eu des contacts avec Evan Fournier. On lui a dit que, pour la nouvelle olympiade 2020, Evan Fournier faisait partie du plan de Vincent Collet. Donc cela ne tient qu’à lui, la porte n’est pas fermée, elle est grand ouverte. S’il veut rentrer, s’engouffrer dans la porte, il est le bienvenu. S’il ne veut pas, on évoluera différemment.”

On s’attendait plutôt à ce que Patrick Beesley tienne des propos plutôt dans un esprit de médiation et d’ouverture par rapport à l’arrière du Magic mais là ce n’est pas vraiment le cas. Déjà pour commencer, pourquoi M. Beesley parle-t-il de “supplier” Evan Fournier ? A aucun moment, le joueur n’est sorti dans les médias en disant qu’il allait falloir agir de la sorte pour qu’il porte le maillot bleu. De toutes façons, c’est bien simple, après sa non-sélection pour les JO de Rio, Fournier ne s’est exprimé qu’une fois, dans une interview donnée à l’Equipe, et il y avait effectivement laissé transparaître sa frustration et une certaine incompréhension vis à vis des relations entre le staff des Bleus et les joueurs. Ce sont clairement ces propos qui n’ont pas plu au DTN mais difficile de ne pas comprendre la frustration de Fournier de ne pas participer aux Jeux Olympiques, alors qu’il avait été du Mondial 2014 et de l’EuroBasket 2015. Des compétitions lors desquelles il n’a fait que respecter les consignes et se fondre dans le rôle de remplaçant, qui lui avait été donné par le sélectionneur Vincent Collet.

Le DTN poursuit en parlant de “tourner la page” mais c’est lui qui, dans sa phrase suivante, parle du fait qu’on “ne s’invite pas en équipe de France” ou qu’on ne “choisit pas ses dates”. Pourquoi sortir ce genre de phrases concernant Evan Fournier ? Est-ce pour faire référence au fait que le joueur ne soit pas venu au TQO début-juillet afin de négocier sereinement son premier gros contrat en NBA ? Si c’est le cas, pourquoi ne pas nous expliquer les raisons pour lesquelles Rudy Gobert n’est pas mis dans le même sac ? Pourquoi parler de vouloir tourner la page et remettre le couvert avec ce genre de sous-entendu ? On aimerait bien comprendre en quoi ces propos sont légitimes de la part du DTN, étant donné qu’Evan Fournier n’a jamais semblé prendre l’équipe de France de haut ou vouloir n’en faire qu’à sa guise.

On aimerait bien comprendre également en quoi ce genre de déclaration va faciliter le travail de Vincent Collet en général et auprès d’un joueur de talent comme Fournier, qui a déjà eu du mal à digérer sa non-sélection pour les dernier Jeux Olympiques. On aimerait comprendre en quoi cela sert le groupe France, en quoi le fait de dire que la porte en grand ouvert tout en ayant l’air de ne pas trop vouloir l’ouvrir va se révéler bénéfique pour l’Equipe de France… Car, soyons sérieux deux minutes, d’un point de vue du jeu, Evan Fournier a largement sa place chez les Bleus. Il peut jouer au poste 2 et au poste 3, il peut sans problème apporter énormément en attaque grâce à sa bonne qualité de shoot, son aptitude à driver, à mettre sous pression la défense adverse voire à créer pour ses coéquipiers. Posons-nous la question : aujourd’hui, quel joueur français est réellement plus fort que Fournier ? Certains vont nous répondre Nando De Colo ou Nicolas Batum. Pourquoi pas, on peut en discuter, mais la logique voudrait tout de même que celui qui fait partie de nos meilleurs éléments offensifs soit indiscutable dans le groupe bleu, non ? D’autant plus quand on sait que Batum ne sera pas là pour la prochaine compétition. D’autant plus quand on considère qu’Evan Fournier n’a encore que 24 ans et qu’il fait clairement partie de l’avenir du basket français sur les ailes.

Et, pour finir, si Fournier fait vraiment partie des plans de Vincent Collet pour les Jeux de 2020 comme M. Beesley le dit, pourquoi le mettre en porte-à-faux de la sorte à travers ces déclarations ? Est-ce vraiment une bonne manière de préparer l’avenir après le tournoi raté de l’été dernier et la retraite internationale de Tony Parker ? Il est important que le DTN parle des jeunes joueurs qui font le vivier du basket français aujourd’hui, mais encore faudrait-il qu’on en voit la couleur en Bleu lors des compétitions internationales. Il est important que le DTN ait un discours ferme pour que l’intérêt de l’Equipe de France soit toujours placé avant les intérêts ou les envies de chacun (des joueurs comme du staff), c’est une évidence. Mais un discours ferme se doit d’être clair, logique et soutenu par de vrais arguments sportifs et/ou humains. Et dans le cas d’Evan Fournier, on se demande sur quoi M. Beesley s’appuie…

Toujours est-il qu’il va falloir attendre cet été pour voir où ce groupe France en est. Nous verrons quels seront les choix faits par Collet, quelle place sera accordée à Evan Fournier notamment mais aussi aux fameux jeunes dont parle notre DTN (Frank Ntilikina ? Timothé Luwawu-Cabarrot ? Guerschon Yabusele ?). Et quoi qu’il arrive, jamais nous ne cesserons de soutenir les Bleus, surtout dans la période de transition qui arrive.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top