L'avis du Psy

L’Avis du Psy – S03 Épisode 17 : protégez vos dents, explosion imminente de DeMarcus Cousins

L'avis du Psy

17ème édition de cette saison 3 de l’Avis du Psy, avec cette fois-ci une très grosse crainte concernant DeMarcus Cousins. Bon courage à celui qui sera en face quand la claque va partir.

A quarante jours du début des Playoffs, les esprits les plus dérangés de la Ligue commencent à chauffer tranquillement. Et si l’on ajoute à ça quelques déçus et autres malades permanents, le tout nous offre une nouvelle fois un Avis du Psy haut en couleurs, à base de Bulls, de Kings et de popopopo. C’est parti mon kiki.

Place Patient Le compte-rendu de la visite

10°

Alexis AjincaAlexis Ajinca
On attaque de suite avec la mauvaise nouvelle dans le clan des fromages qui puent, à savoir l’annonce hier soir de la blessure d’Alexis Ajinca au sternum, lui qui devenait petit à petit l’une des valeurs sûres… du quartier français de la Nouvelle-Orléans. Et déjà qu’une consultation n’était pas passée loin le mois dernier quand le Stéphanois avait compris que de Playoffs il n’y aurait pas cette année pour lui, cette fois-ci la goutte d’eau a fait déborder le vase car le pauvre homme a bien pris conscience que cette saison ne serait finalement qu’un gros fail de plus dans une carrière US qui peine à décoller. Sentiment d’infériorité par rapport à Anthony Davis, saison collective à chier, obligation de devoir supporter Kendrick Perkins dans un cinq majeur et le swag de Luke Babbitt dans le même vestiaire… Les ennuis s’amoncèlent pour Alexis Magenta et l’histoire se répète une fois de plus, malgré d’évidents progrès et une patience louable. Mais jusqu’à quand ?

Dwyane WadeDwyane Wade
Le passage à l’an 3000 est compliqué pour Flashounet. Car pour ceux qui auraient dormi deux ans, le mec est quand même passé d’un Big Three avec LeBron et Bosh à un Middle Three avec Luol Deng et Joe Johnson. Bon ok Hassan Whiteside sort du banc pour lâcher des triples-doubles et Goran Dragic a enfin remplacé son frère, mais le rythme est quand même sacrément costaud cette année pour un D-Wade obligé de mettre les bouchées doubles pour maintenir son Feu bien vif. Ce qu’il fait plutôt pas mal hein, mais pas sûr que la mécanique tienne jusqu’en mai, si l’on estime que le Heat est capable de passer un tour de Playoffs. Un bon moment passé en tout cas avec le triple champion NBA et la chance pour le Psy de pouvoir causer avec un mec qui a toute sa tête à défaut d’avoir encore tous ses cheveux. L’occasion aussi pour l’arrière de Mayami de faire renouveler son ordonnace et de récupérer ainsi son stock mensuel de baume du tigre et autres tisanes pour le dodo. Parce qu’on a la longévité qu’on mérite.

J.B. BickerstaffMichael Beasley
En voilà un qui commence à comprendre la réalité de la vie en NBA et qui en fait peut-être un peu trop d’ailleurs… On parle quand même d’un mec qui a récupéré Ty Lawson pour tenter d’en faire un mec bien, qui a rapatrié Josh Smith dans le Texas pour tenter d’en faire un basketteur et qui vient donc d’accueillir Michael Beasley pour booster son équipe. Bien bien bien. On attend désormais le retour d’Andrew Bynum et le coup de poker Anthony Bennett puisque c’est maintenant clair, Jean-Baptiste Bickerstaff n’est pas un coach mais bien un éducateur spécialisé qui s’est donné comme mission de remettre dans le droit chemin les âmes égarées. Rien d’infamant mais juste un petit problème au niveau de la fiche de poste puisque l’on demande avant tout à Jee Bee de gagner des matchs de basket, ce qu’il n’arrive finalement pas vraiment à faire. Conséquence de cette nouvelle Bicker-consultation, Pascal le Grand Frère a été consulté en urgence afin de faire signer un contrat au coach de Houston cet été, pour qu’il puisse enfin exercer ce pourquoi il est fait : éduquer de jeunes rebelles. Il s’était juste trompé de métier en fait…

Carmelo AnthonyCarmelo Anthony Grosse alerte pour Carmelo. Grosse grosse alerte, au moins aussi grosse que son fat popotin qui l’a mis cette semaine sur le devant de la scène mais pas de la meilleure façon qui soit. On l’a ainsi vu nous offrir une détente d’environ 8 centimètres pour se prendre la plus belle gorgette de la saison face à Portland, confirmant 1) qu’il n’est plus cet athlète qu’il a été et 2) qu’il a apparemment décidé de laisser tomber tout régime ou exercice physique cette saison. Une grosse te-hon qui lui a valu un séjour chez le Psy, Melo se pointant d’ailleurs vêtu d’un ciré et d’un grand chapeau pour ne pas être reconnu. Déjà que la vie n’est pas facile tous les jours lorsque l’on évolue avec Jose Calderon en meneur titulaire, Carmelo n’avait pas besoin de ça et son ego a du coup pris un sacré coup dans l’aile, le remettant en face de la réalité qui lui souffle à l’oreille que la fin est désormais plus près que le début. Le Psy a en tout cas formellement interdit à son patient de rééditer ce genre de “performance”, de peur de voir son Felton chéri se faire dépasser par Melo dans le classement des gras doubles de NBA. Faut pas toucher à Raymonde c’est tout.

Steve Kerr   Steve Kerr
Nouvelle visite de Steve Kerr au cabinet et toujours les mêmes maux pour le quintuple champion NBA. En cause, le scénario des matchs de ses Warriors qui se terminent inexorablement par une victoire des siens et le sentiment de ne plus avoir d’idée pour faire progresser ses joueurs. Et cette réussite historique fait peur à notre Steve sûr, d’autant plus que le gars collectionne les coups de pot puisqu’il a cette semaine trouvé un billet de 500 balles par terre, gagné au Keno, au Bingo et au Rapido, trouvé la fève, eu trois fois le top-pick en TrashTalk Fantasy League et obtenu un oui de Joey Starr et Dede Manoukian dans la Nouvelle Star. La chance toujours la chance mais une situation pesante pour un mec qui préfèrerait que ce genre de choses arrivent à la mi-juin, histoire que l’on ne se dise pas que ces Warriors étaient prêts trop tôt. Le Psy a donc conseillé à Stevie de mettre ses cinq meilleurs joueurs au repos lors des dix derniers matchs de la saison, histoire de voir la réalité rattraper la fiction et histoire aussi de lui enlever un peu de pression. Et comme la rumeur dit que le Psy est plutôt un Spurs fan, disons que des Warriors sans l’avantage du terrain en Playoffs arrangeraient tout le monde…

  Ty Lawson Ty Lawson Alerte rouge du côté de l’Indiana. Rouge comme du vin rouge car Ty Lawson débarque en ville, prêt à saigner tous les bistrots du centre et la patience de Frank Vogel. Il a donc fallu convoquer en urgence l’ancien picoleur du Colorado pour lui signifier que l’expérience à Indianapolis serait probablement la dernière pour lui en NBA s’il préfère une fois de plus sa cave à vins aux doubles-doubles auxquels il nous avait pourtant habitué il y a à peine plus d’un an. Une remédiation qui s’annonce en tout cas compliquée, le garçon s’étant pointé au cabinet rond comme une queue de pelle et dans l’idée de trinquer avec le Psy pour fêter sa signature avec les Pacers. Sauf que le Psy est pro jusqu’au bout et qu’il a de toute façon promis de ne pas boire jusqu’à ce que Bruno Caboclo tape son premier triple-double. On s’en tiendra donc pour le moment à un carton jaune pour Ty, en espérant ne pas devoir le rappeler bientôt au cabinet pour inaugurer la cellule de dégrisement de la clinique…

Russell WestbrookRussell Westbrook, Kevin Durant Même joueur joue encore, Russell Westbrook est de retour chez le Psy TrashTalk afin d’évoquer son éternel problème de croquage lorsque les mois importants arrivent dans la saison. De deux choses l’une : Russell est un incroyable athlète, l’un des tous meilleurs au monde, sauf qu’il utilise son corps beaucoup plus souvent que son cerveau et c’est bien là le problème quand on joue pour une équipe candidate déclarée à un titre NBA. On a vu face aux Warriors samedi passé que Kevin Durant était le real MVP de cette équipe du Thunder et RW doit aujourd’hui se fourrer ça dans le crâne aussi vite qu’il balance les tomars sur attaque placée. Car on ne peut pas être champion NBA avec un meneur qui prend 28 tirs quand le franchise player d’à côté ne voit pas une gonfle pendant des minutes entières, on ne peut pas aller au bout de cette bataille sans un ordre établi dans la hiérarchie. C’est un roster NBA mec, c’est pas le cirque Pinder. Des mots repris dans leur exactitude par le Psy face au meneur d’OKC, qui on l’espère arrivera à se mettre enfin dans le crâne qu’il doit se mettre au service de l’équipe et non pas en être le héros. La réponse d’ici quelques semaines, mais franchement on y croit de moins en moins.

Rudy GobertRudy Gobert
Convocation un peu spéciale pour Rudy Gobert cette semaine suite à son interview donnée en exclusivité intergalactique à TrashTalk dans les vestiaires du Air Canada Centre. La Tour Eiffel évoque successivement son impression d’être le meilleur défenseur parmi les intérieurs NBA et place quelques tacles bien sentis à l’adresse de ceux qui se débinent devant les voltigeurs qui montent au tomar. Ne nous méprenons pas, on est très fiers ici d’avoir un petit gars de chez nous capable de tenir des propos aussi forts, mais mettons également en garde un jeune homme qui a encore énormément de travail et d’efforts à fournir avant de réellement s’implanter dans un paysage NBA rarement réceptif aux fortes têtes. On valide donc les propos de Rudy avec un grand smile mais attention tout de même à l’excès de confiance et priorité pour l’instant à des Playoffs loin d’être acquis quand on voit le rythme étonnant imposé par les Blazers. Par contre, si la prophétie du pivot d’Utah se réalise, le Psy sera le premier à aller lui claquer le bisou et cela plein de fierté. Mais allons-y doucement…

Jimmy ButlerJimmy Butler
Jimmy est de retour pour vous jouer un mauvais tour. Après quatre semaines d’absence, le voilà enfin opérationnel pour aider ses Bulls à remonter la pente mais le problème est justement là. Car quand Jimmy a jeté un coup d’œil au classement histoire de se remettre dans le bain, quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’il dût descendre jusque dans les places Intertoto pour trouver la franchise de l’Illinois. Car voilà le souci, les Bulls de Jimmy ont profité de son absence pour faire n’importe quoi et ce sont même E’Twaune Moore et Doug McDermott qui sont quasiment devenus les leaders du squad pendant l’absence de “Buckets”, ce qui prouve quand même le vaste chantier qui attend le n°21 jusqu’à la fin de saison. Le pire dans tout ça ? Le pauvre homme n’est même pas sûr de disputer les Playoffs cette année tant la Conférence Est a les dents longues et ce simple constat le hante au plus haut point. Le Psy a donc préféré démarrer une véritable thérapie avec son patient pour qu’il ne sombre pas en cas d’échec sur la ligne en avril. Quoiqu’il en soit Jimmy a du boulot et on devrait sans crainte le retrouver sur tous les fronts dès ce week-end, en espérant tout de même éviter la probable crise d’hyper-activité…

DeMarcus CousinsDeMarcus Cousins
Depuis le temps qu’on l’annonce, l’explosion est désormais toute proche. Bientôt éliminés de la course aux Playoffs malgré une fanbase très présente mais peut-être un peu trop optimiste, les Kings n’en sont pas au bout de leurs peines car DeMarcus Cousins a prévu de dégoupiller très prochainement, et c’est le Psy qui vous l’annonce. Les signes avant-coureurs sont d’ailleurs là pour en témoigner car la bestiole a quand même réussi à allumer Chris Paul et à s’embrouiller avec le pourtant très sage Kevin Durant en quelques jours, sans oublier la patate de forain qu’il a failli décocher à Steven Adams, probablement la dernière étape avant le VRAI coup de poing qui devrait tomber très prochainement. Une tarte qui pourrait bien être pour George Karl, même si l’on est évidemment ici favorable à un monde sans violence, qui pourrait aussi être pour Rajon Rondo car si l’on sait les deux oufs très copains, on les sait aussi très schizophrènes. Restez donc connectés H24 à la DMC TV puisque l’on annonce de grosses intempéries pour tout bientôt. On reste en tout cas dans le coin pour analyser tous les faits et gestes du pivot des Kings, en espérant quand même que son prochain craquage ne l’enverra pas direct en psychiatrie. Faudrait pas non plus perdre l’un de nos meilleurs patients…

Voilà pour cet Avis du Psy de la semaine, avec donc la grosse crainte de perdre un patient de renommée dans les prochaines semaines. Dans tous les cas le mois d’avril se rapproche et les cas vont se multiplier dans tout le pays, de quoi donner du taf au Psy le plus demandé de la Grande Ligue. Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle.

Image de couverture : @artkor7 pour TrashTalk

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top