Pelicans

New Orleans possède le meilleur Big Three de toute la NBA selon Rajon Rondo : on a dressé notre classement

Rajon Rondo

Quand Rajon parle des Big Three, on écoute, spécialement au regard de son niveau actuel.

Source Image : Youtube

Sûrement en train de siroter un mojito en attendant leur adversaire pour le prochain tour des Playoffs, les Pelicans sont chauds comme la braise. Le sweep contre Portland a fait forte impression mais n’étonne qu’à moitié Rajon Rondo qui affirme que sa franchise possède le meilleur Big Three de toute la NBA avec Anthony Davis, DeMarcus Cousins et Jrue Holiday.

En matière de Big Three, ce bon Rajon en connait un rayon, et pour cause. Meneur des Celtics de l’ère Paul Pierce, Kevin Garnett et Ray Allen (plutôt un Big Four, quand on y réfléchit…), il a été le métronome d’une des meilleures bêtes à trois têtes de l’histoire, sous les ordres de Doc Rivers. Donc quand double-R s’exprime sur ce sujet auprès du Times Picayune, on a intérêt à écouter, et à prendre des notes. A une question posée par un journaliste avant le Game 4 contre Portland, qui lui demande comment il se sent avec ce roster armé à tous les postes et plein d’options, le meneur des Pels n’y va pas par quatre chemins :

« C’est la plus grande raison de mon arrivée ici. Evidemment, Cousins s’est blessé, mais les armes qu’ils avaient avant que j’arrive avec le Big Three – Jrue (Holiday), AD (Anthony Davis) et Cuz’ (Demarcus Cousins) – je pense qu’ils représentaient le meilleur Big Three de la Ligue, de loin. A un moment, juste avant que Cousins se blesse, c’est ce que j’estimais, on avait le meilleur Big Three. »

Il est vrai qu’en action, ce trio avait de la gueule. Le meilleur ailier-fort de la NBA (pas de débat), le meilleur pivot (au moins offensivement) et un OVNI qui s’affirme aujourd’hui comme un des meilleurs two-way player de la Ligue. A eux trois ils compilaient statistiquement 72,3 points par match, sur un total collectif de 111,7 pions en saison régulière, et se classaient déjà sixièmes de la Conférence Ouest avant la blessure de Cousins. Il est facile pour Rondo de l’affirmer aujourd’hui, tant son équipe a survolé le premier tour contre Baby Dame, mais cette prêche peut être défendue, notamment quand on fait la liste des meilleurs Big Three de la NBA, pour avoir une idée plus précise de l’adversité de ce triangle équilatéral.

Il est important tout d’abord, pour établir quel Big Three est le plus dominant, de retenir les critères les plus significatifs : résultats de l’équipe et statistiques. Evidemment, il est possible de citer un trio en tête d’un de ces critères, et de ne pas le mentionner premier dans le cadre de l’autre. Essayer de conserver de l’objectivité sera également primordial, même si la tache est difficile : on aura toujours une préférence de cœur dans notre choix. Les trois hommes cités doivent évidemment constituer un trio non seulement symbolique, mais aussi de cohésion sur le terrain (les uns vont difficilement sans l’autre). Assez de préliminaires, passons aux classements.

Meilleurs Big Three par critères de résultats : basé sur le classement général de la franchise dans laquelle le trio joue, ainsi que sur son ratio victoires/défaites.

  1. Harden – Paul – Capela, Houston Rockets. Si on se base premièrement sur les critères de résultats, des trios qui ont su mener leurs équipes vers les sommets, on est obligé de penser directement à celui des Rockets : Harden, Paul et Capela. 65 victoires et 17 défaites en record de franchise, un futur MVP, un meneur top 3 et un pivot défenseur ultra-important dans le plan de jeu de Mike D’Antoni. Quand ces trois là startent ensemble, ils ne perdent presque jamais et font peur à tout le monde.
  2. DeRozan – Lowry – Valanciunas, Toronto Raptors. Les trois hommes forts des Canadiens, DeRozan, Lowry et Valanciunas, ce dernier s’étant révélé à sa juste valeur cette année, vu qu’il a reçu des ballons à l’intérieur. Dirigés d’une main de maître par Dwane Casey, les Dinos ont su s’affirmer en véritable leaders de l’Est, avec 59 victoires pour 23 défaites.
  3. Curry – Thompson (ou Green) – Durant. Comment oublier également l’hydre de Golden State, à 3 (ou 4) têtes : Steph, Durant, Klay ou Green. Quand Curry se blesse, c’est KD qui se mue en franchise player, et vice versa, complété par un Klay Thompson toujours aussi adroit et efficace, ainsi qu’un défenseur indispensable en la personne de Draymond Green. Même s’ils compilent moins de wins que dans les années précédentes, les gars d’Oakland doivent rester dans la conversation, se classant deuxièmes de la Conférence Ouest, avec 58 victoires et 24 défaites.

Mentions honorables : entrée dans le monde merveilleux des what if dans 3..2..1… Peut-être que les Big Three décomposés par les blessures des Celtics (Irving – Hayward – Horford) et donc des Pelicans (Cousins – Holiday – Davis) auraient pu prétendre à une place au sein du classement ci-dessus, si les pépins ne leur étaient pas tombés dessus et qu’ils avaient pu contribuer plus longtemps. On pense également aux trios d’OKC, Westbrook – George – Adams (Melo ? Sérieusement ?) et celui de Portland, Lillard – McCollum – Nurkic, qui a tourné court lors des Playoffs, mais qui a mené son équipe sur le podium de la Conférence Ouest durant la saison régulière.

Meilleurs Big Three par critères statistiques : basé sur un calcul cumulé des trois catégories statistiques des joueurs composant le trio : points, rebonds et assists.

  1. Cousins – Davis – Holiday, New Orleans Pelicans : 72,3 points, 28,5 rebonds et 13,7 assists, pour un score total de 114,5. Rondo a donc vu juste, au moins sur le plan des chiffres : le Big Three des Pels a été au four et au moulin durant la saison régulière, mais on ne peut pas savoir ce qu’il aurait donné en Playoffs.
  2. Durant – Curry – Thompson, Golden State Warriors : 72,8 points, 15,7 rebonds et 14 assists pour un score total de 102,5. Toujours présents dans les classements, les Californiens. De véritables monstres statistiques. Et encore, nous n’avons pas pris en compte les critères d’adresse à 3 points.
  3. Harden – Paul – Capela, Houston Rockets : 63 points, 21,6 rebonds et 17,7 assists pour un score total de 102,3. Subtilisant la place sur le podium au Big Three d’OKC (score de 101,3) et pas passé loin d’être deuxième, le trident du Texas est non seulement imposant statistiquement, mais aussi du point de vue des résultats, puisqu’il a permis aux Fusées d’être cette année la meilleure équipe de la NBA.

Mentions honorables : les trios d’OKC et des Raptors n’ont pas démérité, avec des scores respectifs de 101,3 et de 83,2. Les trois hommes de Portland peuvent également être fier (mais pas trop) avec un score de 92.

Les mots de Rajon ont eu le mérite de questionner nos cerveaux sur les meilleurs monstres à trois têtes de la Ligue. Sur le plan des résultats, c’est évidemment l’hydre de Houston qui sort vainqueur, fort de son first seed. Mais sur le plan statistique, c’est bien les potes de Rondo qui sortent vainqueur. Evidemment, on peut se demander si Holiday et Davis aurait eu la même présence si Boogie ne s’était pas fait le talon d’Achille, mais tout de même, ça laisse rêveur non ? Et vous, quel est votre trio préféré ? 

Source texte : Times Picayune

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top