Wizards

Les Wizards recollent à 2-2 contre Toronto à la maiz : vous la sentez, la série en 7 matchs ?

Wizards John Wall

« Comment ça, on est meilleur avec Sato ? Il aurait mis un fadeaway dans le clutch lui ? »

Source image : Youtube

C’est au terme d’un match très disputé que les Wizards ont pu s’imposer et ainsi revenir à égalité dans la série les opposant aux Raptors. Après avoir été menés 2-0, ils ont prouvé que la magie pouvait revenir aussi vite qu’elle est partie, si la bonne baguette est utilisée.

La capitale américaine est souvent un bon choix pour des thrillers ou autres films à suspense. Le spectacle de ce soir à la Capital One Arena n’a rien à envier aux grosse productions hollywoodiennes, tant le suspense qui l’a animé nous a maintenu en haleine. Un poil lent et poussif dans la première partie, les acteurs de ce Game 4 ont finalement trouvé les ressources pour rendre ce match intéressant et serré. Après un premier quart-temps placé sous le signe du lancer-franc et des fautes rugueuses, c’est avec un avantage de 11 points que Toronto rentre au vestiaire pour la mi-temps, bien aidés par le bon passage de Pascal Siakam en sortie de banc et ses 3 contres en 18 minutes. Les sorciers reviendront ensuite sous l’impulsion de leur dynamiteur Kelly Oubre Jr, provocateur de passage en force et energizer de sa team. C’est à l’aide d’un 11-2 passé en 3 minutes que les hommes de Scott Brooks arrivent à recoller au score pendant le troisième quart, et c’est durant cette même portion du match que le film d’auteur chiant se transformera en thriller digne d’un Hitchcock. Changements de lead à foison, paniers avec la faute, Mike Scott qui envoie un circus shoot pour égaliser au buzzer à 80 partout… La troisième partie du film nous a bien teasé la dernière. La quatrième. Celle qui verra Toronto prendre 8 points d’avance tout d’abord, pour se faire rattraper ensuite, celle qui verra également l’expulsion controversée pour 6 fautes de Bradley Beal suivi de celle de Jakob Poeltl. Toutes ces péripéties n’auront aucun impact sur John Wall, qui rentrera son fadeaway pour donner 6 points d’avance à Washington, et ce à 1 minute de la fin, stupéfixant les espoirs des Dinos.

On pourrait citer Jean Mur comme artisan principal de la victoire des siens, très bon à 27 points, 14 assists et 3 steals, mais le crédit doit ce soir revenir à toutes l’école des sorciers, qui a su défier les prédictions des observateurs qui voyaient déjà les Dinos leur marcher dessus. C’était en oubliant que les hommes de la capitale sont capables du pire comme du meilleur, dans le même match parfois. Ils peuvent laisser les Raptors prendre 10 points d’avance, puis faire un run pour recoller, peuvent voir Wall shooter à 10 sur 24, mais rentrer le tir qui clouera l’affaire. Pouvoir continuer à faire confiance à un très bon Kelly Oubre Jr., et se passer dans le money time d’un Bradley Beal chaud bouillant à 31 points, expulsé pour 6 fautes à 5 minutes de la fin. Faire douter Dwane Casey aussi, qui ne trouvera pas les armes nécessaires dans sa rotation pour faire gagner son équipe, trop juste en fin de match. Les Wizards se sont même permis de laisser DeMar DeRozan mettre 35 points, à un sale pourcentage de 10 sur 29. Mais par dessus tout, D.C. a prouvé qu’ils ne sont jamais vraiment morts, et qu’ils ne cesseront jamais de mener la vie dure à l’ennemi canadien dans les Playoffs, tant que la bannière étoilée flottera au-dessus de la Maison Blanche.

Victoire ultra-importante de Washington pour égaliser à 2-2, dans une série qui s’annonce d’ores et déjà comme concurrente de Game of Thrones ou The Walking Dead au niveau du suspense. Morts, les mages ne le sont jamais vraiment (Gandalf pourra vous le dire) et auront à cœur de montrer que leur heure est loin d’être venue. Suite au prochain épisode, dans la nuit de mercredi à jeudi, à 1 heure du matin.

Raptors Wizards

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top