One-on-One

LeBron James en match éliminatoire : un monstre numérique, retour sur ses 6 dernières pépites

lebron james
Source image : ESPN Stats Infos

S’il traîne avec lui un bilan en Finales NBA à l’allure de fardeau, LeBron James a montré années après années que les plus grands matchs ne lui faisaient pas peur : avant la rencontre éliminatoire de ce soir, on regarde de plus près ses 6 derniers chefs d’oeuvre.

Elle est lointaine, l’époque de 2011 qui voyait le King se faire littéralement dessus en antenne nationale. Depuis un certain Game 6 de 2012 remporté à… Boston, LeBron a atteint un niveau de sérénité et de confiance qui tutoies le paradis de notre sport. Et à quelques heures d’un nouveau match à très haute tension, puisque les Cavs peuvent partie en vacances en cas de défaite, il est important de se mouiller la nuque et se rappeler de qui on parle. Moteur, action.

# Match éliminatoire : Game 5 à Oakland (2016)

Le début de la remontada. Le moment qui va faire vaciller les Warriors et laisser place au comeback ultime. Bien épaulé par un Kyrie Irving divin, LeBron nous claque sa spéciale avec une efficacité dantesque : 41 points, 16 rebonds, 7 passes, 3 interceptions et 3 contres à 16/30 au tir. Il aurait même pu déchirer les tickets à l’entrée de l’Oracle Arena que ça n’aurait étonné personne. James pose la première pierre d’une entreprise phénoménale, qui sera celle du fameux 3-1 lead remonté de 2016. On se disait qu’il ne pourrait pas faire mieux que ce match là, well…

# Match éliminatoire : Game 6 à Oakland (2016)

Encore plus, toujours plus, tout le temps plus. Avec LeBron, tu penses avoir été gavé l’avant-veille et le mec te réserve le dessert quand t’as le dos tourné. Résultat des courses ? Draymond Green a beau être de retour dans l’équipe de Golden State, la foudre s’abat sur des Warriors qui ont malheureusement laissé le meilleur joueur au monde prendre confiance : 41 points, 8 rebonds, 11 passes, 4 interceptions et 3 contres à 16/27 au tir. On vous a dit qu’il n’avait perdu qu’une seule gonfle sur ce match ? Quelques 43 minutes passées dans la fournaise de la Quicken Loans Arena, et un nouveau match éliminatoire rangé dans la poche arrière. Pas trop stressé le type.

# Match éliminatoire : Game 7 à Oakland (2016)

Le match de la mort. Celui qui va plonger toute la franchise de Golden State dans son plus profond cauchemar, et élever le King à des hauteurs all-time. Il y a The Block, évidemment, mais pas que. Car en toute discrétion, dans le plus grand match de la saison, à l’Oracle Arena, et avec la possibilité de se faire taper au finish par les Warriors, LeBron est quatre étoiles : 27 points, 11 rebonds, 11 passes, 2 interceptions et 3 contres à 9/24 au tir. Les pourcentages sont cracra, mais quand tu réalises le contre le plus crucial de l’histoire des Finales NBA, tu peux shooter à 2% que ça restera anecdotique à côté. Un triple-double banal, le pire c’est qu’on prend tous cette ligne comme la… pire de ses récents matchs éliminatoires. Insane.

# Match éliminatoire : Game 4 à Cleveland (2017)

Menés 3-0 par les Dubs d’un Kevin Durant au sommet, les Cavs doivent impérativement éviter le sweep et vont donc suivre un LeBron déterminé. L’adresse de Cleveland est folle à distance, mais celui qui dirige le tracteur, c’est LBJ. Vous vous souvenez de la blague sur le triple-double totalement acquis parce qu’il nous a habitué à régner sur ce département ? 31 points, 10 rebonds, 11 passes et 1 interception à 11/22 au tir. Avouez-le, vous avez juste haussé les épaules en voyant cette ligne. Et là est toute la grandeur d’un gars comme BronBron, qui fait passer les matchs éliminatoires pour des préparatifs de mi-octobre. La pression ? C’est dans les pneus.

# Match éliminatoire : Game 5 à Oakland (2017)

C’est sa dernière grosse défaite, normal puisqu’il s’agit du titre remporté par les Warriors devant leur public. Après avoir lâché le Game 4, Curry et sa bande ne vont laisser aucune chance à LeBron, qui va tout de même se défoncer dans la bataille. Exténué par l’effort, le King dépose un petit 41 points, 13 rebonds, 8 passes, 2 interceptions et 1 contre à 19/30 au tir. Ouais, 19/30 au tir, parce que les pourcentages ne lui convenaient pas dans les hauteurs humaines. Malheureusement pour lui, Golden State sera trop déterminé à se rattraper et c’est donc une dernière mixtape « inutile » qui vient terminer la saison du monstre. Tant pis, rendez-vous l’an prochain pour de nouvelles aventures.

# Match éliminatoire : Game 7 versus Indiana (2018)

Et oui, il y a bien eu un match éliminatoire pour les Cavs sur ces Playoffs, et c’était assez chaud pour ceux qui s’en souviennent. Un Game 7 face aux Pacers ? Une incroyable performance de la part de LeBron, qui lâche son espèce de mix entre Kobe, Dirk et KD avec des shoots qui ne font que ficelle : 45 points, 8 rebonds, 7 passes et 4 interceptions à 16/25 au tir, rien que ça. Le jeu est tellement facile et au ralenti pour lui que la première mi-temps est un festival offensif avec tous les slides défensifs descendus à zéro. C’est sa dernière pépite, et elle est plus que généreuse.

____

Ce qui nous donne ? Et bien… trois matchs à plus de 40 points, et quand il n’atteint pas ce plateau c’est pour claquer du généreux triple-double. Personne n’a été aussi percutant que LeBron James, dans l’histoire de la NBA, quand il est dos au mur. On se retrouve ce soir à Cleveland pour une nouvelle merveille ? Popcorn, couverture, let’s go.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top