One-on-One

Après un Game 1 foiré, LeBron James doit se bouger : réaction attendue pour le King !

LeBron James

Fini les conneries !

Source image : YouTube

Transparent lors du Game 1, LeBron James est attendu au tournant pour la deuxième manche. Le King se doit de réagir afin de remettre son équipe de Cleveland sur le droit chemin et ainsi revenir de Boston avec une victoire en poche. Mais comment peut-il faire pour remettre les pendules à l’heure face à la redoutable défense des Celtics ? Analyse.

Pour la première fois depuis bien longtemps, LeBron James paraissait humain dimanche soir du côté de Boston. 15 petits points avec sept balles perdues, le tout à 5/16 au tir. Un match médiocre, raté même si l’on se base sur les moyennes affolantes du King cette saison et notamment depuis le début des Playoffs. Pour expliquer cette contre-performance, on peut débattre aussi longtemps qu’on veut sur la passivité du meilleur joueur du monde, sur cette volonté de jauger l’équipe adverse. Oui, James a pris cette première rencontre comme repérage, soit. Mais il faut rendre à Stevens ce qui appartient à Stevens. Qu’on se le dise, la défense collective des Celtics a fait un boulot remarquable, en particulier pour contenir LeBron. Il est difficile de mettre en avant un gars par rapport à d’autres, tout simplement parce qu’un gars ne suffit pas pour limiter le cyborg de l’Ohio. Marcus Morris, qui a déclaré avant le Game 1 qu’il était le meilleur pour défendre sur James en dehors de Kawhi Leonard, a certes assumé ses propos très osés, sauf que c’est tout un ensemble qui a permis de mettre le Chosen One en difficulté.

La grande force de la défense de Boston, c’est qu’elle possède une multitude de joueurs polyvalents qui permettent de switcher efficacement lors des rotations défensives et de limiter la casse sur les mismatches. On pense évidemment aux jeunots Jaylen Brown et Jayson Tatum, redoutables sur l’homme mais aussi à travers leur envergure et leurs qualités athlétiques, ainsi qu’à la plaque tournante Al Horford, sans oublier le chouchou du public Marcus Smart, toujours indispensable de par son intensité. On peut même citer un mec comme Aron Baynes, exemplaire dans son comportement, ou encore le beau bébé Semi Ojeleye. Bref, les Verts ont du matos mais surtout, ils ont cette mentalité de chien de garde qui caractérise les grandes défenses. On parle souvent de l’agressivité offensive, mais cela est valable aussi pour l’autre côté du parquet. Les Celtics en veulent, ils jouent avec fierté et ils ne flippent pas quand ils voient LeBron James en face (coucou les Raptors).

« Je pense qu’ils avaient un bon plan de jeu lors du Game 1, et ça a commencé avec Marcus Morris. Il était mon adversaire direct, et ils ont fait du bon boulot pour bien communiquer pendant tout le match. Ils savaient où j’étais et où étaient mes coéquipiers. Brad (Stevens) et le coaching staff ont fait un excellent travail. »

LeBron James, en conférence de presse après le Game 1.

Ce que Boston a vraiment bien réussi à faire dans cette première manche, c’est empêcher le King d’attaquer le panier. Combien de fois a-t-il pénétré dans la raquette ? Combien de fois a-t-il pu bénéficier de points faciles près du cercle ? C’était rare, très rare, trop rare pour un rouleau compresseur comme LeBron. Grâce à leurs qualités défensives, leur envie, les nombreuses rotations et les aides, les Celtics ont rendu la vie très difficile à James, qui n’a jamais vraiment tenté de forcer la décision. A la décharge de ce dernier, il faut bien dire qu’il n’a pas été aidé par la maladresse de ses coéquipiers, qui ont envoyé brique sur brique du parking, notamment lors des rares fois où il devait faire face à une prise à deux. A cause de cela, la vision de jeu redoutable du numéro 23 et sa capacité à faire jouer les autres n’a pas permis de punir des Verts très agressifs. Le supporting cast de LeBron, pourtant si performant contre Toronto, n’était donc globalement pas à la hauteur non plus. Mais au final, c’est avant tout au Roi de redresser la barre. Il doit montrer la voie, il doit montrer l’exemple, il doit emmener tout le monde avec lui comme il sait si bien le faire. Vous l’avez compris, on veut un James en mission cette nuit. Vous savez, celui qui fait transpirer rien qu’en le voyant. Celui qui a anéanti les Indiana Pacers dans une situation similaire, lors du Game 2 du premier tour. Celui qui donne le ton d’entrée, en mode no regards for human life. Impliquer ses potes, c’est bien beau, et on sait que ça fait partie de l’ADN de LeBron. Mais parfois, il faut prendre le taureau par les cornes afin d’envoyer un message, que ce soit envers l’équipe adverse ou sa propre équipe. On attend donc qu’il soit beaucoup plus agressif, beaucoup plus actif que passif. Et ça vaut pour les deux côtés du terrain.

En attaque évidemment, le King doit évoluer plus près du cercle. L’objectif numéro un de chaque défense qui affronte James, c’est l’éloigner le plus possible de la raquette et le forcer à prendre des shoots extérieurs. Boston a rempli cette tâche à merveille durant le premier match. Pour remédier à cela et mettre plus de pression sur les Celtics, il est important que LeBron prenne position au poste bas, comme l’a parfaitement expliqué Kobe Bryant dans son dernier épisode « Detail » sur ESPN. Physiquement, il a tout ce qu’il faut pour dominer dans ce secteur, et il doit sanctionner les Verts. A la base, Brad Stevens et ses hommes utilisent rarement les prises à deux sauf si le matchup est vraiment défavorable (comme avec Terry Rozier par exemple). Dos au panier et près de l’arceau, James peut faire très mal et attire obligatoirement plusieurs joueurs adverses, ce qui ouvre le jeu pour ses coéquipiers. S’il veut des conseils, il peut toujours demander au Black Mamba. Et puis en défense, on en attend aussi plus de sa part. On se souvient par exemple de ce tir du parking de Marcus Smart qui a fait très mal aux Cavaliers au début du quatrième quart-temps, où James ne met absolument aucune pression sur le pitbull de Boston. Ce n’est qu’une action certes, mais elle symbolise assez bien le manque d’intensité déployé par LBJ et Cleveland lors du Game 1. D’une manière plus générale, la défense de la franchise de l’Ohio doit se montrer beaucoup plus performante, notamment dans la raquette où les Cavs ont pris le bouillon. Le « coach » Tyronn Lue pourrait ainsi titulariser Tristan Thompson au poste 5 pour limiter l’impact d’Al Horford. C’est crucial car si Cleveland parvient à provoquer plus de turnovers et de shoots ratés, il y aura forcément plus d’opportunités en transition et semi-transition, où LeBron est pratiquement inarrêtable. Cela se traduit souvent par des paniers faciles, ce qui est toujours une bonne chose pour trouver son rythme offensif. Autrement dit, les Cavaliers doivent élever leur niveau en défense afin de pouvoir mettre de la pression sur celle de Boston, très efficace sur demi-terrain.

A 2h30 cette nuit, au TD Garden de Boston, LeBron James devra retrouver son meilleur niveau et montrer qui est le patron. Forcément, il aura aussi besoin de plus de soutien que dimanche soir pour espérer une victoire de son équipe, mais les yeux seront avant tout rivés sur sa performance. King, c’est le moment de se racheter !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top