Grizzlies

Les Grizzlies aimeraient bien un pick du Top 3 : tanker pour rien, c’est vrai que c’est chiant

grizzlies
source image : grizzliebearblue

La Lottery, c’est sûrement le moment de cette année le plus attendu par les fans FedEx Forum après la Draft qui aura lieu le 21 juin à Brooklyn. Suite à une saison de dure labeur, il est temps de voir si les efforts de Memphis pour finir le plus bas possible vont payer. Il faut dire que les boules n’ont pas toujours été clémentes envers les Grizzlies…

Ça y est, c’est l’heure pour les habitants de Memphis de sortir ses prières. Ce soir aura lieu la fameuse Lottery qui déterminera l’ordre de passage des franchises lors de la Draft. Bien sur, les Grizzlies, avec le deuxième bilan le plus mauvais de la Ligue (22 V – 60 D) derrière les Suns, seront dans les premiers à sélectionner un prospect. Après, reste à savoir quel pick va obtenir The River City. Pour avoir une idée des chances de Memphis de passer en premier, voilà quelques statistiques : 19,9% de chances d’obtenir le premier choix, 18,8% pour le deuxieme, 17,1% le troisième et 31,9% le quatrième. En gros, les Grizz ont 55,8 % de chances de tomber sur un pick du Top 3. Ce qui est sûr, c’est que les Ours ont tout fait pour ramasser le meilleur jeune de la cuvée 2018. Avec la perte de Tony Allen et de Zach Randolph, le Grit and Grind de l’équipe du Tennessee semblait un peu mis aux oubliettes. Concernant le début d’aventure, rien de bien glorieux puisque Mike Conley, accompagné de son joli contrat à 28 millions l’année, va se poser à l’infirmerie et ne le quittera pas de la saison. Une blessure qui marquera le début d’un processus de tanking parfaitement abouti. Avant cela s’ajoutera l’embrouille entre David Fizdale et Marc Gasol. L’Espagnol sortira vainqueur de cette joute puisque c’est bien le coach qui fera ses valises fin novembre. Parmi les quelques bonnes notes de cette édition 2017-18, on y trouvera le rookie Dillon Brooks qui a tourné à 11 points de moyenne, 3,1 rebonds et 1,6 caviars de moyenne par rencontre, ainsi que Tyreke Evans qui a retrouvé ses qualités de slasher (19,4 pions par match). Quant à l’avenir de Memphis, on verra si J.B Bickerstaff va vouloir repartir avec Gasol et Conley.

Le taff est fait et bien fait par les Ours du Tennessee. Encore faut il que cette œuvre d’art du tanking soit fructifié par un tirage au sort chanceux lors de la Lottery. Pour une fois, les boules pourraient être sympas avec l’ancienne franchise de Vancouver. A plusieurs reprises, ces balles de ping pong ont bousillé tout le travail méticuleux des Grizzlies. En 2001, ils ont glissé de la quatrième à la sixième place à la loterie et l’année suivante de la troisième à la quatrième place. 2007 a du laisser quelques traces puisque c’est eux qui avaient le plus de chances de récupérer le choix n°1 mais n’ont eu que que le quatrième pick. Si en plus de la malchance, s’ajoute des choix « discutables » de la part du GM, on ne s’en sort pas. Lors de la Draft de 2008, Chris Wallace sélectionne Kevin love en cinquième position mais décide de le trader contre le troisième pick O.J Mayo. A priori, l’idée est plutôt bonne puisque ce dernier finira deuxième dans la course au Rookie de l’Année derrière D-Rose, avec une moyenne de 18,5 points de moyenne par match sur la saison. Seul problème, en 2011 il est suspendu 10 jours pour avoir « booster ses capacités physiques ». O.J ne retrouvera jamais son vrai niveau et signera l’année suivante à Dallas. Bon, on en a connu des numéros 1 de Draft qui jouaient aussi bien que Kyle Singler en les personnes d’Anthony Bennett ou de Darko Milicic. Mais Memphis a aussi drafté un sacré flop. Avec le deuxième choix en 2009, M.Wallace recrute un pivot tanzanien de 2,22 m du nom de Hasheem Thabeet. 2,1 points et 2,6 rebonds de moyenne sur ses 224 matchs en NBA, ça fait pas beaucoup pour un type choisi en 2.

Memphis, on est de tout coeur avec vous. Que les boules vous soient favorables parce qu’il faut avouer que vous n’avez pas souvent été gâté par ces dernières. Un pick du Top 3 vous permettrait de commencer une reconstruction, notamment avec un talent type Doncic ou avec un pivot qui pourrait dominer la NBA comme DeAndre Ayton. Doigts croisés, pardon pattes croisées.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top