Rockets

Les Rockets remportent le All-Star Game du 31 face aux Lakers : 148-142, deux OT, la défense c’est so 2017

On savait que ce Rockets-Lakers ne rentrerait pas dans les annales du basket défensif, mais les 24 joueurs en short cette nuit au Toyota Center ont fait plus que tenir leur promesse. 290 points cumulés, deux prolongations et trois suicides d’anciens DPOY, le bilan est plutôt mitigé mais on aura au moins eu le mérite de se marrer un peu entre le plateau de fromage et le Get 27.

Première punchline de 2018, c’est en fait Julius Randle qui a bien failli mettre tout le monde d’accord dès la première mi-temps. Le mec que les Lakers veulent à tout prix trader qui lâche une mixtape à la Jabbar, voilà d’ailleurs une nouvelle preuve du Kamoulox géant en train de se mettre en place du côté d’Hollywood. Un Randle bien en jambe donc, les copains qui suivent et les Rockets qui gèrent le retard, voilà pour une première mi-temps conclue sur le score de… 72-65 pour les Angelinos, ouvrez les vannes parce qu’il fait soif. Le match parfait pour le squad de Mike D’Antoni, qui n’aime rien de moins que les tours de stade à cent à l’heure et qui va ainsi lâcher un dernier quart-temps de feu grâce à un gros James Harden, avant d’égaliser à quinze secondes de la fin sur un gros trois… d’un Gerald Green qui aura déjà bientôt sa statue devant le Centre Toyota. 122-122, cinq minutes de rab… mais que les Rockets devront jouer sans James Harden, touché aux ischio-jambiers sur son dernier drive de 2017.

Update : James Harden s’est claqué aux ischio-jambiers et ne reviendra pas ce soir.

Pas de Ramesse (qui finira tout de même avec 40 pions en 41 minutes), Chris Paul en patron, Trevor Ariza en soutien et Eric Gordon bourré, voilà le donc le Big Three qui aura finalement eu raison de ces jeunes Lakers séduisants mais encore trop naïfs. Car si la première prolongation nous en offrira finalement une deuxième grâce aux invités surprises Josh Hart et Tyler Ennis, les cinq dernières minutes seront gérées de main de maître par le Point God et un gros rebond off de P.J. Tucker viendra terminer les espoirs de L.A. et offrir aux Rockets leur première win de l’année civile. Score final 148-142, on ne pourra pas dire que les mecs ne savent pas faire la fête.

Une victoire importante pour Houston, dont le moral avait pris un coup depuis quelques matchs, et les yeux rivés désormais vers les gambettes de James Harden avec une update qui devrait tomber dans la journée. Côté Lakers on commence 2018 comme on a fini 2017, dans le bordel et la bonne humeur. Allez, café.

stats lakers stats rockets


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top