Jazz

Rodney Hood et le Jazz vont se mettre à table : un clin d’œil, on signe le chèque et on s’embrasse ?

Rodney Hood

Peut-il vraiment être un leader, vous avez quatre heures.

source image : youtube

Le Jazz fait partie de ces franchises pour qui la free agency n’a pas forcément été une partie de plaisir. Exit George Hill et bonjour Ricky Rubio, mais surtout bye-bye Gordon Hayward, parti jouer les lieutenants de luxe dans le Massachusetts. Et dans tout ce bordel, un homme peut aujourd’hui tirer son épingle du jeu et espérer gratter un beau chèque dans quelques semaines.

Cet homme c’est Rodney Hood, parachuté un peu par défaut comme le leader offensif du Jazz la saison prochaine. Dit comme ça, le délire peut en faire flipper certains mais au vu du marché estival, René Capuche sera à n’en pas douter l’un des Jazzmen sous le feu des projecteurs dès le 17 octobre. Un détail que les dirigeants du Jazz ont bien en tête, et ces derniers ont d’ailleurs rencontré le jeune arrière afin de parler ballon mais aussi gros sous, comme nous le rapporte Tony Jones du Salt Lake Tribune :

Les deux parties ont pu avoir un premier échange concernant la possibilité pour Rodney Hood de devenir cette saison la première arme extérieure de l’équipe après le départ de Gordon Hayward pour Boston. Un autre rendez-vous est prévu dans les prochaines semaines.

Rodney Hood, qui va attaquer sa quatrième saison dans la Ligue, est éligible pour une extension de son contrat, avec le 16 octobre comme date butoir.

Car oui, il ne faudrait pas oublier que, tout comme Dante Exum d’ailleurs, le discret shooteur compte aujourd’hui trois saisons chez les grands et qu’il a donc aujourd’hui la possibilité de se poser à la table des négos avec ses dirigeants. Auteur d’une saison moyenne en 2016/17, peut-être mis sous l’éteignoir de la grosse progression de Rudy Gobert et de l’ajout d’Exum au roster, le pick 23 de la Draft 2014 devra trouver les bons mots pour convaincre la banque d’aligner les billets en sa faveur, faute de quoi le joueur se retrouvera restricted free agent l’été prochain. Malgré des stats et des pourcentages en baisse la saison passée, le Jazz pourrait malgré tout s’appuyer sur le jeune homme pour quelques années, à condition bien sûr que ce dernier ne soit pas trop gourmand. Scoreur respecté, efficace en sortie d’écran ou sur pick and roll et ayant montré à plusieurs reprises une paire de baloches heurteliennes sur des fins de match, Rodney Hood peut largement espérer voir le Jazz lui faire une offre intéressante mais il faudra prouver ensuite que le coup de stylo sur le chèque valait le coup.

On parle pour l’instant d’un contrat de 60 millions sur quatre ans, ce qui peut faire marrer certains au vu des prix sur le marché. Le Jazz tentera-t-il de sécuriser son joueur avant le début de la saison ? La thune proposée par la franchise suffira-t-elle au clan Hood ? Attendront-ils tous sagement l’été prochain afin d’évaluer le vrai niveau du garçon avant de faire des folies ? Toutes les issues sont encore possibles et le prochain date entre Rodney et ses dirigeants devrait nous permettre d’y voir plus clair très vite alors… stay tuned.

Le Jazz rentre dans une nouvelle ère et Rodney Hood pourrait donc y prendre part pour quelques années. C’est sérieux, c’est propre, ça manque parfois un peu de piquant mais c’est finalement très représentatif de la franchise de l’Utah. Vous voulez un stylo ?


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top