One-on-One

Profil Draft 2017 : Jonathan Isaac, un genre de Giavin Antetodurant ?

Jonathan Isaac

Ou Kevnis Duranteto

Source : YouTube

La Draft se rapproche à grands pas (c’est ce jeudi) et nous continuons notre tour des futurs rookies. Aujourd’hui nous nous intéressons à un jeune espoir venu de Floride et qui a quelques sacrés arguments à faire valoir pour tenter de s’imposer au plus haut niveau : Jonathan Isaac. On envoie le profil ! 

Âge : 20 ans. Un bel âge pour débarquer chez les pros.

Position : Ailier-fort ou ailier. Un combo-forward.

Equipe : Florida State. Dave Cowens, Sam Cassell et Charlie Ward vous saluent.

Taille : 211 centimètres. Liane.

Poids : 93 kilos. Brindille.

Envergure : 217 centimètres. Liane

Statistiques 2016-2017 : 12 points à 59,3% au tir dont 34,8% de loin, 7,8 rebonds, 1,2 passe décisive, 1,2 interception et 1,5 contre en 26 minutes par match.

Comparaison : Kevin Durant, Giannis Antetokounmpo, Rashard Lewis.

Prévision TrashTalk : de la 5ème à la 7ème position

Qualités principales 

# Attributs physiques et capacités athlétiques

211 centimètres de long avec des bras interminables. Sans sauter il peut facilement toucher une marque à plus de 2m70 du sol. Il s’agit normalement des mensurations d’un pivot. Mais Jonathan Isaac peut utiliser ses attributs physiques dans l’aile grâce notamment à une mobilité rare pour un joueur aussi bien doté par la nature. Avec sa taille, il peut jouer au poste 4 évidemment mais aussi faire le job en 5 et grâce à ses qualités athlétiques, il peut glisser au poste 3. Car il court comme un ailier naturel, il est léger et fluide dans tous ses déplacements. Il s’élève avec aisance dans les airs. Et tout cela l’aide dans tous les compartiments du jeu : en attaque pour aller au cercle, au rebond, en défense pour contrer, intercepter ou switcher… Isaac est clairement un freak de plus qui va intégrer la NBA pour la saison prochaine. Il fait penser à Kevin Durant mais est encore frustre offensivement. Donc la comparaison avec Antetokounmpo peut prendre tout son sens même si le Grec évolue aujourd’hui à un niveau stratosphérique que l’ami Jonathan n’atteindra peut-être jamais. Mais le potentiel physique et athlétique du gamin rappelle forcément ces deux stars actuelles.

# Potentiel défensif impressionnant

Jonathan Isaac est un jeune joueur mais il est déjà très affûté et très efficace défensivement. Ses longs bras et sa mobilité latérale lui permettent non seulement de gêner les lignes de passes mais aussi de pouvoir tenir devant des joueurs beaucoup plus petit et plus tonique que lui. Il a eu une croissance assez tardive donc il est habitué à défendre dans le périmètre. Comme il a la taille pour s’occuper des postes 4, nous avons ici un futur rookie qui devrait pourvoir défendre au 4 postes en NBA : du meneur à l’ailier-fort. Et ce, sans broncher et sans que son équipe n’en pâtisse. Il couvre du terrain, il ferme bien sur les shooteurs, il empêche les petits de se balader, il peut contrer en aide et en deuxième rideau.

# Moteur – énergie

Ce qui est tout aussi intéressant chez Isaac c’est ce moteur qui le pousse. Il couvre du terrain parce qu’il est long et mobile mais aussi et surtout parce qu’il se donne à fond. Ceci lui permet, en défense, de mettre une grosse pression sur ses adversaires et de les pousser à la faute. En attaque, on énergie lui permet de cacher ses défauts techniques. Isaac court sur les phases de transition et sait se placer pour le finir. Sur demi-terrain, il bouge, il coupe dans le dos des défenses pour créer des espaces ou se retrouver en situation favorable. Enfin, ce gros moteur et cette énergie font de lui un rebondeur prolifique. Un type capable de venir manger du rebond offensif au nez et à la barbe de type auxquels il rend beaucoup de kilos. Un type qui aime la compétition et qui n’a pas peur des tâches moins clinquantes.

Défauts majeurs

# Palette offensive assez limitée

On le sait, pour exister réellement sur les ailes dans la NBA moderne, il faut avoir un shoot décent dans le périmètre. Ce n’est pas vraiment le cas de Jonathan Isaac. Il est plus un shooteur de série et ses séries ne sont pas très fréquentes. Il peut lui arriver de perdre confiance en son tir et de mal shooter pendant plusieurs matchs d’affilée. Dans ces situations, le problème est toujours le même : sa technique de tir qui est moyenne et nécessite grandement d’être améliorée. Il va lui falloir montrer qu’il peut rentrer des tirs à mi-distance voire de loin plus régulièrement s’il veut devenir plus qu’un role player défensif. Ensuite, il faut reconnaître que son dribble n’est pas mal du tout et que, du coup, il peut attaquer le cercle en s’appuyant sur son physique et ses qualités athlétiques. Mais il a souvent tendance à faire des choix très discutables quand le chemin du cercle est bouché. Le voir finir par un s’enfoncer dans la défense ou par un shoot très difficile n’est pas si rare. Isaac doit bosser sur sa technique de shoot et sa vision de jeu offensive.

# Musculature – poids

93 kilos, c’est loin d’être suffisant face au poste 3 de la ligue actuellement. Alors au poste 4, c’est carrément un poids plume qui va voler sur de nombreux impacts. Sauf que c’est bien là qu’est le poste “naturel” d’Isaac et il va lui falloir régulièrement se coltiner de bon gros bébés auxquels il rendra entre 15 et 20 kilos. C’est beaucoup et cela va se voir. Il va forcément galérer en termes de puissance et de dureté dans de nombreuses situations. Et ses adversaires vont appuyer là où ça fait mal car la NBA est une jungle où les muscles ne sont pas là que pour décorer. Ils servent à prendre position au poste bas, à prendre position au rebond, à absorber les contacts, à pousser. Bref, à marquer son territoire d’une certaine manière. Allez Jonathan, tu files à la salle !

# Régularité – concentration

Isaac se fait trop avoir dans les feintes, se jette un peu trop dans certaines situations ce qui créé des décalages qui perturbent l’équilibre de la défense par exemple. Il lui faut travailler sur sa concentration mais cela devrait aussi venir avec le temps et l’expérience. Sa confiance et sa régularité peuvent beaucoup varier en attaque. Son coffre et son énergie lui jouent parfois des tours car il fait de l’asthme. Il peut donc se retrouver en quelques sortes étouffé par son propre volume de jeu sur de longues séquences (mais ça se soigne et se bosse sans problème).

Conclusion

Jonathan Isaac présente une combinaison très rare de taille, de mobilité et de potentiel défensif. Il est encore assez brute techniquement mais a déjà montré quelques bribes très intéressantes. Sa polyvalence, son physique et son potentiel en général font de lui un prospect dont le parcours devrait être passionnant à suivre au long des prochaines années. 

1 Comment

1 Comment

  1. martin

    18 juin 2017 à 19 h 15 min at 19 h 15 min

    Toujours du bon boulot !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top