Timberwolves

Andrew Wiggins lâche le poster de la nuit : Nikola Vucevic peut demander son transfert

Rien ne vaut une bonne petite victoire, quand on la ponctue avec un poster assez sévère sur l’opposition. Andrew Wiggins s’est fâché face au Magic, et c’est Nikola Vucevic qui en a fait les frais.

Belle victoire, mine de rien, des Timberwolves devant leur public ce lundi. Alors que le money-time n’est pas leur spécialité et qu’ils allaient encore lâcher un match sur des actions cruciales, le minimum syndical a été géré avec notamment l’ailier canadien au centre des opérations. Entre son tir pour forcer la prolongation, cinq minutes supplémentaires très sérieuses et une défense solide pour accompagner sa production offensive, le phénomène faisait plaisir à ses fans et à ceux qui souhaitaient justement le voir s’énerver un peu. Car il fallait, justement, s’énerver un peu hier soir afin d’éliminer la menace adverse. Orlando, qui récupérait Evan Fournier pour la première fois après 8 matchs d’absence, s’accrochait grâce à un effort aussi collectif que la veille à Toronto, et Frank Vogel aurait bien aimé repartir avec deux victoires en 24h. Malheureusement pour lui, et pour son pivot qui prendra une claque sur la joue, un garçon n’était pas vraiment d’accord.

Qu’Andrew Wiggins soit respecté pour ses qualités athlétiques et sa capacité à monter sur du beau monde, c’est une chose. Mais taper le dunk de la nuit, dans un match où Zach LaVine et Aaron Gordon sont sur le même parquet, c’en est une autre ! Si Karl-Anthony Towns avait déjà installé l’ambiance en claquant un moulin à vent en première période, le pivot des Wolves était tout seul en contre-attaque et pouvait alors se faire plaisir. Tandis que chez Andrew, on était en plein money-time et Tom Thibodeau cherchait une action qui puisse inspirer ses jeunes. Pas de problèmes, décollage immédiat. En effaçant bien son défenseur suite à un écran de Ricky Rubio, Wiggins fonce dans la raquette et prend appel deux pieds car Vucevic est seul devant lui. Avec tout le respect qu’on a pour l’intérieur du Magic, son envie de défendre l’arceau n’est pas historique et Andrew le savait bien. Grosse patate qui renvoie la balle vers le milieu du terrain après avoir quasiment creusé un cratère dans le parquet, explosion sur Twitter. Dans les défaites frustrantes, ce genre d’action passe à la trappe, mais dans une victoire assurée avec encore beaucoup de sang-froid et 27 points au compteur, on doit bien s’incliner.


Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top