Raptors

Jonas Valanciunas va devoir bûcher cette saison : sans Bismack, Toronto va tout miser sur Jojo

Jonas Valanciunas

S’il est capable d’offrir de superbes matchs grâce à ses fondamentaux et sa bonne vision du jeu, Jonas n’a pas encore atteint le niveau supérieur et son coach n’attend que ça.

Invité chez Sirius XM Radio cette semaine, Dwane Casey a pu donner son avis sur de nombreux sujets, dont les attentes de la franchise concernant le géant lituanien : l’entraîneur des Raptors est cash, il va falloir que Jay-Vee passe la vitesse supérieure.

Il n’avait peut-être pas les statistiques ou les fondamentaux d’un multiple All-Star, mais si Bismack Biyombo apportait quelque chose de précieux dont Toronto avait besoin, c’était de la protection d’arceau ainsi qu’une dose illimitée d’intensité. Aujourd’hui membre du Magic aux côtés de Vavane, le marsupial a laissé derrière lui la raquette canadienne entre les mains de Valanciunas, qui va devoir retrousser ses manches et enfin produire la saison qu’on attend de lui. Solide depuis ses débuts, capable de paraître infernal lors de certaines belles soirées quand il est déterminé, Jonas est un pivot sur qui les Raptors peuvent compter, mais il n’a pas vraiment passé le cap du dessus, celui rassemblant les meilleurs grands de la Ligue. Et en voyant la concurrence aiguiser ses couteaux dans la Conférence Est, ainsi que le départ de Bismack vers la Floride, c’est en direction de Valanciunas que les regards des fans et de son management se sont tournés. Près de 13 points et 9 rebonds de moyenne la saison dernière, on a connu pire, mais c’est dans les 15-11 que l’intéressé est attendu, et il y a surtout une catégorie statistique bien précise autour de laquelle il sera surveillé : celle des contres. Car si Jonas est un défenseur intelligent tous les soirs, il est à des années lumières de l’explosivité des autres monstres de la Ligue, ce qui jouera des tours aux Raptors s’il ne progresse pas dans ce domaine précis. Cependant, son coach est confiant, avant une saison qu’il considère comme déterminante pour son protégé.

Je pense qu’il a encore plus grandi cette saison. Une chose l’a pas mal agacé, et il a atteint un niveau supérieur là-dessus, c’est de comprendre à la fois mentalement ce que les équipes d’en face veulent lui imposer, et psychologiquement grandir en tant que jeune homme. Cette saison sera très importante pour lui, on va devoir compter sur Jonas en l’absence de Bismack. Jakob Poeltl qu’on a drafté est encore jeune, Jared Sullinger va s’intégrer au groupe, mais on va avoir besoin de protection au niveau du cercle et cela commencera par celle de Jonas.

Avec seulement 1,3 contres de moyenne la saison passée, Valanciunas est loin de faire partie des joueurs les plus intimidants sur le circuit. Quelques noms de joueurs classés devant lui, dans cet art si important défensivement ? Giannis Antetokounmpo, Draymond Green, Jerami Grant ou Roy Hibbert. On ne va pas se mettre à clasher le quatuor, mais le premier est bien loin des arceaux en défense, le second fait dix bons centimètres de moins que Jonas, le troisième a moins de responsabilité et le quatrième, sans commentaires. Certes, son temps de jeu était assez limité avec Biyombo derrière (26 minutes par match), mais le Lituanien sait qu’aujourd’hui Toronto aura encore plus besoin de lui, et ce ne sera certainement pas au scoring qu’il faudra discuter. Dans une NBA de plus en plus dominée par les joueurs extérieurs, les pivots phares sont devenus des cols-bleus aux qualités athlétiques hors-normes, comme DeAndre Jordan, Rudy Gobert, Hassan Whiteside et compagnie. Valanciunas n’aura jamais le tiers de leur détente sèche, cependant sa motivation sur les pénétrations adverses sera mise à rude épreuve, et la réussite des Canadiens passera par là. Car même si on adore Patrick Patterson, Lucas Nogueira, Jared Sullinger et Jakob Poeltl, il n’y en a pas un qui peut tester Jonas niveau talent et intelligence défensive. Il va donc falloir monter au contact, empêcher les visiteurs de se faire plaisir inside, et Casey veillera en premier à ce que son géant y pense au quotidien.

La doublette Biyombo-Valanciunas était une des nombreuses raisons expliquant la saison record des Raptors. Un grand bourré de fondamentaux doublé par un trampoline qui contre tout, malheureusement le second est parti… C’est donc au tour du premier de prendre le relais.

Source : Sirius XM Radio

Source image : YouTube

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top