Mavericks

Yogi Ferrell devrait être conservé par les Mavericks : la Yogimania va continuer à Dallas

Yogi Ferrell

Scheiße Yogi, me pique pas tous mes sous !

Source image : Youtube

Le bon boulot du meneur de poche Yogi Ferrell est sur le point d’être récompensé par les Mavericks, qui devraient lui offrir un contrat très prochainement. Selon des informations de Tim MacMahon d’ESPN, la renonciation à la qualifying offer par la franchise cette nuit n’a pas d’importance. Si l’agent libre est désormais non protégé, il ne devrait pas bouger de Dallas pour autant.

À coup sûr une des belles histoires de ces dernières années dans cette partie du Texas. Le genre d’histoires auxquelles les fans ont tendance à accorder plus de crédit que le management des franchises ne le fait, réfléchissant évidemment plutôt en termes de business et d’opportunités. Sauf que lorsque une jolie histoire se traduit aussi par de belles performances  le terrain, ça ne devient plus seulement un acte de reconnaissance que de prolonger un joueur mais une réelle plus-value apportée à l’effectif. Cette histoire c’est celle de Yogi Ferrell, un meneur d’1m83 pour 82 kilos qui n’est pas entré dans la Grande Ligue par la grande porte, celle de la Draft. Mini Yogi a dû se frayer un chemin à travers les chemins sinueux de la G League avant que son talent ne soit reconnu par un scout un peu plus doué ou attentif que les autres. Repéré par les recruteurs des Mavericks, il signera un contrat de dix jours… rapidement transformé en contrat de deux ans tant le talent est proportionnellement inverse à la taille chez ce garçon. Après une dernière saison correcte où Yogi Ferrell a tourné en 10-3-3 en 27 minutes, mais surtout en 82 matchs (oui, oui, le compte est bon), on semblait arriver au bout de l’idylle entre l’attachant joueur et la franchise qui lui a fait confiance, car le meneur était agent libre et le roster de Rick Carlisle est déjà bien garni sur les lignes arrières avec la Draft de Luka Doncic, la présence de Dennis Smith Jr, de J.J. Barea, de Wes Matthews ou encore du tout jeune Jalen Brunson. D’autant plus que Donnie Nelson n’en avait jamais assez, cochant le nom de Marcus Smart cet été. Soufflez admirateurs de Yogi, il devrait se voir offrir un nouveau bail, Coach Carlisle ayant indiqué publiquement que les équipes n’avaient jamais trop de playmakers. Plus on fait du jeu, plus on gagne ?

Mais alors, pourquoi les Mavs ont-ils cassé la qualifying offer qu’ils avaient adressé à leur joueur avant le début de la free agency ? Pas d’inquiétudes, ce serait simplement pour permettre aux deux camps de discuter d’un bail plus long, alors que l’offre n’aurait prolongé le bail de Mini Yogi que d’un an, pour 2,9 millions de dollars. Les franchises doivent impérativement formuler une qualifying offer avant le début de la FA pour confirmer le statut d’agent libre protégé d’un joueur. Une manière de se donner plus de temps pour négocier également. Car si désormais, YF11 est un agent libre non-protégé, la situation ne devrait pas s’éterniser et ne laissera pas le temps à d’autres franchises d’entrer dans la danse, les deux parties étant d’ores et déjà proche d’un accord selon Tim MacMahon. On savait que le joueur voulait rester, désormais on sait que Dallas veut le garder, même si des informations fuitaient il y a quelques jours, indiquant que la franchise aurait préféré que le joueur accepte l’offre initiale. On ne sait pas si c’est l’argent ou la durée du contrat qui a bloqué le joueur. En tout cas, Rick Carlisle compte toujours sur lui dans son roster tout neuf, dans lequel Luka Doncic pourrait être décalé sur l’aile. Super Yogi sera donc en concurrence avec le sophomore Dennis Smith Jr., auteur d’une belle saison rookie, le vétéran Barea, toujours là pour filer un coup de pouce le Jean-Jacques, et enfin le jeune Jalen Brunson, qui devra montrer les crocs pour avoir du temps de jeu.

Le front office des Mavericks devrait ainsi renouveler sa confiance à une valeur sûre de son roster. À tout juste 25 ans, Yogi Ferrell est un élément sur lequel Rick Carlisle et son staff pourront s’appuyer avec certitude en cas de blessure ou de coup de moins bien des autres postes 1 voire 2. Le joueur touchait 1,3 million l’année dernière et peu de chances qu’il ne décroche beaucoup plus alors que Dallas dispose d’un cap space limité et doit garder quelques sousous pour Dirk Nowitzki, quand même. On semble se diriger vers un contrat low-cost mais dans la durée.

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top