Mavericks

Yogi Ferrell savait déjà qu’il allait être prolongé à Dallas avant son explosion face aux Blazers

Yogi Ferrell
Source image : YouTube

La petite anecdote qui donne le sourire, c’est celle entourant Yogi Ferrell et son match épique la semaine dernière face aux Blazers : apparemment, c’était plus du soulagement qu’un coup de poing sur la table.

Invité par Sirius XM Radio afin de parler de ses récentes aventures, elles qui ont fait le tour de la planète basket et bercé de nombreux fans appréciant ces feel good stories à l’américaine, le micro-meneur des Mavs a été interrogé sur le processus par lequel il est passé. Car mine de rien, en seulement une semaine, devoir apprendre le système bien complet de Rick Carlisle, devoir produire aux côtés d’un Hall of Famer et affronter des mastodontes comme San Antonio ou Cleveland, ce n’est pas une balade en pleine forêt un dimanche matin. Du coup, on se demandait si d’un point de vue contractuel le bonhomme avait reçu sa fameuse prolongation de deux ans après une performance incroyable face aux Blazers, ou si c’était avant. En duel avec Damian Lillard, le petit Yogi nous avait tout simplement claqué 32 points à 11/19 au tir dont 9/11 du parking, record NBA à l’appui pour un rookie et explosion médiatique pour ce lutin qui croisait les doigts pour se faire une place chez les grands. La réponse de l’intéressé ne fait qu’embellir sa merveilleuse épopée.

En fait, j’ai reçu un coup de téléphone de la part de mon agent, avant le match à Portland. Donc quand j’ai su que j’allais être prolongé pour deux ans avant que la rencontre ne commence face aux Blazers, je me suis juste lâché en étant totalement soulagé sur le terrain. C’est vraiment ce qui s’est passé, quand j’ai su ça, c’est comme si un énorme poids disparaissait de mes épaules et du coup j’ai pu me concentrer uniquement sur mon jeu. […] Mon premier jour à Dallas, Rick Carlisle m’a mis assez cher, il fallait que j’apprenne vite le système car on allait jouer les Spurs. Mais j’aime qu’il soit dur avec moi car c’est ce qu’il me fallait en tant que joueur, du coup j’essaye d’être une éponge et d’absorber tout ce qu’il me dit.

Voilà un détail qui fera certainement plaisir à Terry Stotts…! Car même si quelques jours plus tard l’entraîneur des Blazers s’est bien vengé en allant gagner à Dallas sur un dernier tir de C.J. McCollum, c’est bien devant son public que Stotts a vu Yogi Ferrell prendre feu par soulagement. Il y a des joueurs qui jouent justement pour mettre de la bouffe dans leur frigo et réalisent de grandes performances, leur permettant d’être prolongés comme ils le rêvaient, et il y en a d’autres qui se soulagent en claquant des records alors qu’ils sont sur le circuit depuis une semaine. La petite aventure du meneur continue et les Mavs espèrent qu’il réalisera d’autres cartons de ce genre, car s’il prend feu uniquement par soulagement contractuel, il faudra voir comment motiver la bête.

Prochaine victime au menu, Utah ce soir et son énorme défense, en espérant que Yogi Ferrell se sente… libéré.

Source: Sirius XM Radio

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top