Celtics

Terry Rozier devra digérer le retour de Kyrie, il ne peut y avoir qu’un Leprechaun sur le parquet

terry rozier
Source image : NBA League Pass

Auteur d’une magnifique campagne de Playoffs, dans le pur esprit des C’s, le meneur de 24 ans a impressionné par son culot et sa régularité. Mais quand le boss Kyrie Irving va revenir la saison prochaine, Terry Rozier devra montrer plus que ça pour le déloger du cinq majeur.

Le 5 avril dernier, le staff de Boston officialisait l’indisponibilité de Kyrie Irving jusqu’à la saison prochaine, après son opération à un genou. Et ce jour-là, il fallait avoir bu un peu trop de Guiness pour annoncer qu’on retrouverait les Celtics en finale de Conférence quelques semaines plus tard, jouant un Game 7 qui aurait même pu leur permettre de rafler le trône de l’Est à un certain LeBron James. Perdant son premier match des Playoffs sur son parquet au plus mauvais moment, la bande à Brad Stevens a notamment pâti, ce soir-là, de la maladresse de Terry Rozier (0/10 à trois points). Lui qui nous avait habitué à un impact considérable sur le jeu de son équipe depuis le début de la post-season, affichant une ligne de statistiques à 16,5 points, 5,3 rebonds et 5,7 assists, a craqué au pire moment pour les Celtics… et pour lui, qui est encore loin de rassurer autant ses coéquipiers sur le parquet que Tonton Drew. Un fait que Scary Terry a reconnu volontiers il y a peu de temps, au micro de MassLive.

« Revenir l’année prochaine va être très sympa. Évidemment, Kyrie Irving c’est Kyrie Irving. Et je ne lui retirerai rien. Je n’essaierai jamais de marcher sur les plates-bandes de quelqu’un mais je vais le mettre au défi tous les jours. Et ça va être très fun. Je vais aussi profiter de ce qu’il connait chaque jour, comme je l’ai fait cette année. Je suis impatient de le faire bosser et lui aussi va me faire bosser. Quant au poste de titulaire, je ne me préoccupe pas de ça. C’est notre meneur de jeu titulaire. J’ai pris beaucoup de plaisir à mener ces gars lorsque j’ai dû être titulaire et, l’année prochaine, les choses se feront naturellement. »

Si les hommes de Brad Stevens en sont arrivés là, c’est aussi grâce à l’énorme saison régulière de Kyrie Irving, dans laquelle il a combiné 24,4 points, 3,8 rebonds et 5,1 assists et une débauche d’énergie irréprochable. Dans le cas où le All-Star entame la prochaine saison sur les mêmes bases, la concurrence incarnée par Marcus Smart et Terry Rozier ne pourra que s’asseoir pour profiter de l’ambiance du TD Garden. En parlant des remplaçants, le pitbull est en fin de contrat et semble bien décidé à demander un fort salaire, Terry Rozier peut lui signer une extension fin-octobre… mais à quel prix ? Et pour quel temps de jeu ? Encore un été tourmenté qui s’annonce dans la tête de Danny Ainge. Le patron des Celtics ne va pas pouvoir conserver tout le monde dans son effectif, sachant que tout le monde veut sa grosse part du gâteau. Est-ce que les ambitions de titulaire de Rozier pourront être calmées afin de le conserver en tant que pile en sortie de banc, là est toute la question.

Si Terry Rozier déclame à qui veut l’entendre son amour du trèfle et son envie de poursuivre l’aventure avec les Celtics, nul doute que le temps de jeu qui lui sera promis en début de saison conditionnera son choix. Encore un meneur qui va faire transpirer son GM toute l’année prochaine…

Source : MassLive

1 Comment

1 Comment

  1. Slyjul

    12 juin 2018 à 20 h 07 min at 20 h 07 min

    Les problèmes de riche vont commencer à Boston.
    Entre l’émergence des jeunes, des stars sur le retour, et les volontés de certains ( Salariales ou autres),ça va être difficile de trancher et éviter une belle erreur stratégique.

    Mais putain que C’est bon de voir cela et de voir émerger des franchises pouvant prétendre au titre.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top