Equipes

Bilan de saison 2018, version Wolves : alors ça ressemble à ça, les Playoffs ?

Karl-Anthony Towns

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu Minneapolis comme ça.

Source image : NBA League Pass

Capitale de la hype en 2017, Minneapolis s’était donné les moyens de ses ambitions en effectuant un recrutement XXL pendant l’été. Mais encore fallait-il retranscrire tout ça sur le terrain pour retrouver les Playoffs après 14 années de disette qui ont semblé une éternité dans le nord du pays.

Ce que TrashTalk avait annoncé :

Plus mesurée que certains observateurs, la rédaction annonçait du mieux cette saison sans que le visage des Wolves soit complètement transformé d’une année sur l’autre. Ainsi, dans notre preview de début de saison, nous avions accordé 47 victoires à Tom Thibodeau et ses troupes ce qui devait leur permettre d’atteindre les Playoffs à l’Ouest avant de se mesurer à un gros de la Conférence la plus dense de la Ligue. L’arrivée de Jimmy Butler nous laissait penser que la défense de Minny allait s’améliorer et que l’équipe allait faire preuve de plus de régularité tout au long de la saison. On avait raison sur quelques points.

Ce qui s’est vraiment passé :

D’abord, si vous voulez parier avec vos amis sur le futur bilan d’une franchise NBA, n’hésitez pas à nous passer un coup de fil. Avec un bilan de 47 wins pour 35 défaites, nous avons visé en plein dans le mille alors que nous étions encore au mois d’octobre et que la saison n’avait pas commencé. Une fois ce petit rappel important effectué, la saison des loups a été moins paisible que prévu, la faute à une défense frustrante mais surtout à la blessure de Jimmy Buckets juste après le All-Star Game. Indisponible pendant deux mois, il a assisté impuissant à la baisse des Wolves au classement quelques jours seulement après avoir atteint le troisième seed à l’Ouest devant les Spurs. La chute est si terrible qu’à la veille de la fin de la régulière, Minnesota se retrouve obligé de gagner l’ultime réception des Nuggets pour accéder aux Playoffs. Un moment de pression inutile dont les jeunes loups auraient pu se passer en étant un peu plus concentrés toute l’année. Heureusement, Taj Gibson veille au grain et empêche Nikola Jokic d’envoyer tout le monde en vacances avant que ses coéquipiers ne fassent le boulot en prolongation. A partir de là, c’était la fête dans les Twin Cities qui abordaient plus ce premier tour contre les Rockets comme la crise sur le gâteau. Mais cet affrontement entre premier et huitième de Conférence a tout de même permis aux Wolves de mesurer l’écart qui les sépare encore du top niveau en NBA à commencer par KAT qui s’est fait manger tout cru par Clint Capela pour sa toute première série de Playoffs en carrière. La victoire obtenue lors du Game 3 à domicile fait tout de même du bien et permet d’éviter le sweep. Maintenant, tout le monde au boulot pour faire mieux en 2019.

L’image de la saison :

Flip Saunder Bannière

Flip Saunder Bannière

Flip Saunders veillera sur les Wolves pour toujours, un bel hommage rendu à l’ancien coach mythique de la franchise décédé en 2015.

On ne l’attendait pas, il a cartonné : Derrick Rose

Signé en fin de saison pour renforcer l’effectif avant le début des Playoffs et permettre de reconstituer un peu plus l’ancienne équipe des Bulls à Minneapolis, le MVP 2011 n’a pas fait que de la figuration. Dégagé à Cleveland puis à Salt Lake City, il a montré qu’il avait encore du ballon lors de la série contre les Rockets où il a tourné à 14,2 points en 24 minutes avec une adresse de 70% du parking ! On ne dit pas qu’il va retrouver son niveau d’avant les blessures mais s’il ne retourne pas à l’infirmerie, c’est un très bon back-up. Surtout à ce prix-là.

On l’attendait au taquet, et il a abusé : Tom Thibodeau

Gâté par sa direction pendant l’été avec un beau recrutement avec des joueurs qu’il connait et qu’il apprécie, Thibs est retombé dans ses travers de Chicago, à savoir faire jouer ses titulaires jusqu’à ce que blessure s’en suive. S’il a eu beaucoup de chance à ce niveau-là avec deux bobos de moyenne gravité à déplorer cette saison, le coach a en revanche totalement perdu son banc qui est obligé de mendier ses minutes pendant que les starters réclament à sortir se reposer un peu pendant le match. Tom doit comprendre que les remplaçants ne sont pas là pour faire joli et que ce n’est qu’avec eux qu’il arrivera à aller loin.

La vidéo de la saison :

Andrew Wiggins a annoncé la couleur d’entrée, dès la première semaine de compétition. Avec le recul, c’est ce panier qui permet aux Wolves d’aller en Playoffs. Alors on dit merci à l’arbitre d’avoir fermé les yeux sur ce screen illégal de KAT.

Ce qui va bientôt se passer :

Pas de gros changement à prévoir cet été dans le Minnesota où la mission va être de faire fructifier ce vécu commun pour tenter d’aller le plus loin possible en 2019. Le temps passe vite et Tom Thibodeau n’aura peut-être plus tous ses joueurs pendant longtemps. Même s’il ne pense avoir que cinq personnes sous ses ordres, il va falloir lui faire rencontrer ceux qui lui servent de remplaçants et lui faire comprendre tout ce qu’ils peuvent lui apporter.

L’objectif principal a été rempli par les Wolves qui ont renoué avec les Playoffs pour la première fois depuis 2004. Un comeback qui a dû faire plaisir à Flip Saunders là où il est et sur lequel il faut construire pour viser encore plus haut.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top