Thunder

Preview Game 5 Thunder – Jazz : la remontada d’OKC, c’est ce soir ou jamais

Frédéric Taddeï

Frédéric Taddeï > Carmelo Anthony

Source Image : YouTube

En perdition dans l’Utah, le Thunder d’Oklahoma City n’a plus le droit à l’erreur dans ce premier tour des Playoffs. En cas de défaite, c’est la tête basse, en cas de victoire, les espoirs de remontada seront encore présent. Un dénouement irrespirable qui aura lieu à 3h30.

Qui aurait pu dire après le Game 1 globalement maîtrisé par OKC, que le Jazz renverserait la vapeur pour retourner à la Chesapeake Arena en menant 3-1 ? Même Alexinator l’avait pas vue venir celle-là. Plus sérieusement, le sérieux du collectif du Jazz a pris la mesure du Thunder, qui a semblé être absorbé par l’enjeu. En effet, le Game 1 montrait une sérénité et un talent suffisant pour prétendre à éliminer cette équipe du Jazz, mais cela n’a pas tenu, comme durant la saison régulière. L’enjeu, au lieu de les transcender, les a énervé. Du coup, ça donne lieu à ce genre de réflexion de Westbrook. Mais faire cinq fautes en une mi-temps et mettre les rotations de son coach (qui sont déjà pas dingues) en péril, c’est shutdown un joueur ? Pas sûr. Dans tous les cas, la sérénité du Jazz, accompagné de l’explosivité de Mitchell et de la ferveur de leur public a renversé la série, une situation qui ne peut pas continuer pour le Thunder.

# La clé du match : un OKThree enfin au niveau

En principe, l’avantage d’un Big Three, c’est que même quand un des joueurs n’est pas au niveau, les deux autres peuvent prendre le relai. Le problème avec OKC, c’est que dans ce Big Three, il y’a Carmelo Anthony. Du coup, Paul George et Russell Westbrook ont une toute petite marge d’erreur disponible. Ce qui fait que même quand ils prennent feu, l’écart avec l’adversaire n’est pas fait. 36 points de Paul George ? Victoire de huit points. 32 points de Paul George ? Défaite de 17 points. Au total, le trio George – Westbrook – Anthony tourne à 40% au tir, voilà voilà. Le problème avec ce Big Three, c’est qu’on sait que c’est le problème, mais on ignore où sont les solutions. La défense n’est pas là (George par moments, Westbrook pour le trashtalk), l’attaque ne compense pas à cause de pourcentages dégueulasses – notamment dans le money time – et d’un manque de mouvement offensif frappant. La greffe de ce Big Three ne prend définitivement pas, et les solutions sont faibles mais Billy Donovan va devoir en trouver s’il ne veut pas rapidement se retrouver sur un siège éjectable. Profiter de l’impact de Steven Adams dans la raquette serait, par exemple, un bon début.

Le point faible du Thunder, c’est son point fort. Enfin, c’est ce qui est sensé être son point fort. Parce qu’en réalité, les résultats offensifs et défensifs ne sont pas là. Du coup, le Jazz domine la série, et peut même l’achever dès ce soir à la Chesapeake Arena. Une situation improbable il y a quelques semaines, mais tellement méritée, tant le jeu d’OKC est irrégulier depuis le début de la saison.

1 Comment

1 Comment

  1. Venum

    25 avril 2018 à 19 h 11 min at 19 h 11 min

    James Harden the real MVP. Cher Russ, une, et quasiment même deux saisons en mode TD c’est bien beau, bravo, chapeaux l’artiste… or quand la recherche incessante des stats impacte le collectif et la cohésion d’un coup ça devient presque anecdotique… Russell Westbrick l’arnaque du siècle…tes perfs individuelles sont flamboyantes mais t aura jamais de bague. Alors que barbiche lui cette année pourrait être celle de la consécration…(inch’Allah)…… par ailleurs il est pas si loin d un TD de moyenne aussi MAIS regarde le rendement de ses coéquipiers, sa clutchitude.
    Russel le maçon face à James l’architecte…tout est dit.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top