Frank Ntilikina
One-on-One

Le journal de Franky – Dernier Episode : Frank Ntilikina termine en beauté !

Le French Prince a fini sa saison rookie avec deux très belles perfs contre Cleveland !

Source image : YouTube

Le 22 juin 2017, Frank Ntilikina est officiellement entré dans une nouvelle dimension. Sélectionné par les Knicks en huitième position de la Draft, un record pour un Frenchie, le jeune meneur de 19 ans a réalisé son rêve d’atteindre la NBA. Il est passé de Strasbourg à New York, du Rhénus au Madison Square Garden, le tout avec la maturité qui le caractérise si bien. Bref, Franky est dans le grand bain, et TrashTalk a décidé de le suivre durant toute sa saison rookie à travers cette rubrique bimensuelle qui lui est dédiée. Voici sans plus attendre le dernier épisode, qui marque la fin de sa campagne.

# RETOUR SUR SES DERNIÈRES PERFORMANCES

  • 25 mars @ Washington Wizards (victoire 101-97) : 21 minutes de jeu, 2 points (à 1/6 au tir dont 0/3 du parking et 3/4 aux LF), 2 rebonds, 1 passe décisive, 1 perte de balle, 1 faute
  • 26 mars @ Charlotte Hornets (défaite 128-137) : 18 minutes de jeu, 12 points (à 6/10 au tir dont 0/1 du parking), 1 rebond, 3 passes décisives, 1 interception, 2 pertes de balle, 6 fautes
  • 28 mars @ Philadelphia 76ers (défaite 101-118) : 24 minutes de jeu, 3 points (à 1/6 au tir dont 1/3 du parking), 6 rebonds, 1 passe décisive, 3 pertes de balle, 3 fautes
  • 31 mars vs. Detroit Pistons (défaite 109-115) : DNP
  • 3 avril vs. Orlando Magic (défaite 73-97) : 28 minutes de jeu, 2 points (à 1/8 au tir dont 0/2 du parking), 4 rebonds, 3 passes décisives, 2 contres, 4 pertes de balle, 2 fautes
  • 6 avril vs. Miami Heat (victoire 122-98) : 32 minutes de jeu, 8 points (à 3/7 au tir dont 2/4 du parking), 2 rebonds, 9 passes décisives, 1 interception, 3 pertes de balle, 3 fautes
  • 7 avril vs. Milwaukee Bucks (défaite 102-115) : 30 minutes de jeu, 7 points (à 3/7 au tir dont 1/2 du parking), 2 rebonds, 4 passes décisives, 2 fautes
  • 9 avril vs. Cleveland Cavaliers (défaite 109-123) : 40 minutes de jeu, 17 points (à 8/16 au tir dont 1/4 du parking), 6 rebonds, 5 passes décisives, 1 contre, 1 interception, 2 pertes de balle, 2 fautes
  • 11 avril @ Cleveland Cavaliers (victoire 110-98) : 37 minutes de jeu, 16 points (à 7/16 au tir dont 2/5 du parking), 4 rebonds, 4 passes décisives, 1 contre, 4 interceptions, 1 perte de balle, 2 fautes

Statistiques sur la saison : 21,9 minutes de jeu, 5,9 points (à 36,4 % au tir dont 31,8 % du parking et 72,1 % aux LF), 2,3 rebonds, 3,2 passes décisives, 0,2 contre, 0,8 interception, 1,7 perte de balle, 2,3 fautes

C’est ce qu’on appelle finir sa saison en beauté ! Auteur d’une campagne rookie correcte mais caractérisée par les difficultés classiques rencontrées par un joueur de première année, Frank Ntilikina a terminé en trombe en proposant peut-être ses deux meilleures performances en carrière face aux Cleveland Cavaliers de LeBron James. D’abord, il y a eu ce match au Madison Square Garden, où le French Prince a montré au King qu’il avait beaucoup de basket dans les mains. 40 minutes de jeu (record en carrière), 17 points en 16 shoots (records en carrière), de la défense, et un impact intéressant dans les autres secteurs du jeu. Comme libéré, le Français a joué sans trop se poser de questions, sans trop réfléchir, et c’est ce qu’on kiffe. La preuve, Franky a commencé à lâcher des feintes de passe avec eurostep comme s’il jouait au parc de la Citadelle à Strasbourg ! Deux jours plus tard, rebelote, avec une nouvelle perf’ de qualité dans l’Ohio, même si les Cavs ont pris ce match comme une rencontre de présaison. 16 points au compteur en 37 minutes, le tout avec 4 rebonds, 4 passes, 4 interceptions, et surtout l’impression d’avoir franchi un palier psychologiquement parlant. Cette confiance en attaque, cette agressivité offensive, c’est ce qui a fait un peu défaut à Ntilikina tout au long de la saison, et c’était très plaisant de le voir prendre ses responsabilités et saisir les opportunités qui lui ont été données en cette fin d’année NBA.

« J’ai l’impression que le jeu ralentit, que je peux faire beaucoup plus de choses. Je peux essayer de nouveaux moves, notamment ceux sur lesquels j’ai travaillé à l’entraînement. Ça ira encore mieux dans le futur. »

Frank Ntilikina, après son career-high contre les Cavaliers.

Même LeBron James, qui avait pourtant critiqué le choix de draft des Knicks en novembre dernier, s’est mis à complimenter le French Prince avant de jouer les Knicks. Et ça, ce n’est quand même pas anodin (via ESPN).

« Je pense qu’il connaît le jeu. C’est le plus important. Il est un joueur très cérébral. Défensivement, il est plus en avance par rapport à l’attaque, mais je pense qu’il a progressé offensivement au fur et à mesure qu’il a eu plus de temps de jeu et plus d’opportunités. Je le connais depuis plusieurs années car un ami à moi, Romeo Travis, a joué dans la même équipe que lui en Europe. Match après match, plus il a l’opportunité de jouer, plus il est à l’aise avec le jeu NBA et son jeu offensif devient meilleur. Défensivement, il est bon probablement depuis qu’il a posé le pied sur un terrain de basket. »

Frank Ntilikina a donc parfaitement confirmé les propos du King sur le parquet. Alors oui, il ne faut pas non plus s’enflammer. On ne parle que de deux matchs de fin de saison où l’enjeu était quasiment nul. De plus, le jeune Frenchie a aussi connu des rencontres où il a été beaucoup plus discret, comme contre Washington, Philadelphia et Orlando. Mais au final, la progression du gamin formé à la SIG est indéniable et surtout encourageante pour la suite.

# LE LICENCIEMENT DE JEFF HORNACEK, UNE BONNE CHOSE POUR FRANKY ?

La décision est tombée en milieu de semaine. Jeudi dernier, les Knicks ont officiellement largué le coach Jeff Hornacek après deux saisons et un bilan bien pourri de 60 victoires pour 104 défaites. Ce choix n’a rien de surprenant étant donné que c’est Phil Jackson qui l’avait recruté et qu’il ne correspondait plus vraiment à la philosophie de la franchise de New York, qui souhaite plus que jamais reconstruire sur des bases solides avec des jeunes joueurs comme Frank Ntilikina évidemment. Pendant la saison régulière, Hornacek a géré le French Prince d’une manière assez discutable. Le temps de jeu du Français a beaucoup varié selon les matchs et ses responsabilités aussi. Autrement dit, l’ancien entraîneur des Knicks s’est montré assez irrégulier avec lui, ce qui n’a pas facilité la progression de Franky. Alors oui, Hornacek avait ses raisons. Il savait qu’il était dans une situation inconfortable depuis le départ de Philou, et développer les jeunes n’était pas forcément sa priorité.

D’après le président des Knicks Steve Mills et le manager général Scott Perry, le prochain coach devra « comprendre les joueurs actuels », s’inscrire dans un projet de développement sur plusieurs années, le tout avec une mentalité défensive bien établie. Et ça, c’est plutôt intéressant si l’on se met dans la peau de Ntilikina. En effet, si l’on en croit les propos du management new-yorkais, le successeur d’Hornacek devrait favoriser la progression du French Prince. Reste à voir à présent qui repartira avec le poste. Mark Jackson ? David Fizdale ? David Blatt ? Doc Rivers ? Jerry Stackhouse ? Raymond Domenech ? Quelqu’un d’autre ? Il faudra patienter un peu avant de connaître l’identité du nouvel entraîneur des Knicks, mais ce sera à surveiller de près.

# LA SUITE

Maintenant que sa campagne rookie est terminée, Frank Ntilikina va pouvoir souffler un peu. On le sait, il a parfois galéré un peu avec le rythme effréné d’une saison NBA, d’autant plus qu’il a connu quelques pépins physiques. Mais après, il va falloir se remettre au boulot et l’été qui arrive sera très important pour lui. Les principaux axes de travail pour le French Prince ces prochains mois seront évidemment l’aspect physique, où il doit gagner en puissance, mais aussi du shoot, du shoot, du shoot.

Allez, on conclut le journal de Franky par ces mots du principal intéressé, qui résument bien sa première saison dans la grande ligue ainsi que la suite des événements.

« Je pense que cette saison a été très intéressante pour moi, car j’étais dans une toute nouvelle atmosphère, un nouveau pays, et c’était une nouvelle expérience. J’ai beaucoup appris ici, et je vais emmener beaucoup de choses avec moi pour cet été. Je sais à quoi m’attendre l’année prochaine. Je sais sur quoi je dois travailler. Et ça ira de mieux en mieux. »

Le journal de Franky touche donc à sa fin après 13 épisodes, 13 chapitres qui ont progressivement retracé la campagne rookie du French Prince, avec ses hauts et ses bas, sur comme en dehors du terrain. Désormais, on a plus qu’à souhaiter bonne continuation à Frank Ntilikina, en espérant qu’il confirme ses bonnes dispositions récentes lors de sa saison sophomore.

1 Comment

1 Comment

  1. fp

    15 avril 2018 à 17 h 54 min at 17 h 54 min

    Départ d’Hornacek , une bonne chose ?
    La saison de Frank commence au poste 1 avec beaucoup de défense et quelques shoots qui montrent que le gamin n’a pas froid aux yeux dans les moments chauds. Cela s’essouffle un peu, d’autres joueurs arrivent au même poste et Frank est décalé au poste 2 ce qui lui impose d’utiliser plus son shoot qu’au poste 1 et de tenter d’aller vers le cercle. Les performances sont inégales mais, même si les 2 dernières rencontres comptaient pour du beurre, on voit Frank évoluer avec plus d’aisance dans tous les compartiments du jeu. Sa saison reste positive et sa progression rassure. Difficile de mesurer l’impact du coaching staff d’Hornacek sur cette progression, mais dans une interview le Jazzman attribue au français une bonne mécanique de shoot qui peut faire de lui un bon shooteur. Connaissant l’excellent shooteur que c’était (entre autre 2 fois vainqueur du concours à 3pts), le compliment n’est pas mince et ses conseils ont du être bénéfiques.
    Quant au 2 girouettes de GM des Bockers, on peut s’attendre à tout en terme de coach et d’orientation du jeu.
    Si Tony pouvait sacrifier 1 semaine de vacances pour apprendre à Frank comment masteriser le pick n’roll ça serait formidable !
    L’avenir de Frank est devant lui et il l’aura dans le dos à chaque fois qu’il fera demi-tour …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top