Bucks

La spéciale Brandon Jennings : de retour en NBA, le gaucher claque 16 points, 8 rebonds et 12 passes

brandon jennings
Source image : NBA League Pass

Pour son premier match cette saison et avec les Bucks, Brandon Jennings nous a fait sa spéciale. Le « bonjour, j’ai pas foutu un pied sur un parquet NBA depuis perpète mais je plante toujours mes buckets ». Content de le revoir.

C’est qu’il reste attachant, le Brandon. Avec sa papatte gauche un peu folle, avec ses improvisations qui puent le vrai Harlem Shake (pas la danse de zinzins), on le déteste pour ses trois actions consécutives qui vont plomber la dynamique du groupe mais on l’adore pour tout le reste. Et on voulait justement qu’il retrouve les parquets de la Ligue, après une sortie de route qui aurait pu être inquiétante. En effet, après une pige plutôt meh chez les Knicks puis un transfert peu réussi à Washington, Jennings quittait le circuit et se retrouvait en Chine pour y distribuer sa sauce. Une option testée chez les Brave Dragons de Shanxi, histoire de garder la forme et continuer à retrouver sa confiance. Non pas que Brandon l’avait perdue, mais entre son tendon d’Achille explosé précédemment et ce dossier envoyé à droite comme à gauche sans véritable considération, le rookie-fou qui se voyait cartonner en NBA était très loin de la réalité, sa réalité. Plus mature, plus serein et acceptant de passer par les voies les moins funky de la Ligue, BJ acceptait ainsi une offre en G-League et reprenait le boulot cet hiver en espérant que ses prouesses attireraient l’oeil d’une ou deux franchises. Bingo, après seulement quelques rencontres sous les couleurs du Wisconsin Herd, le meneur était signé sous un contrat de 10 jours avec les Bucks. Et sachant que Milwaukee était en manque de boost sur ses lignes arrières, il y avait un peu d’espoir placé dans les mains du bonhomme.

Un espoir déjà transformé en petite merveille, sur cette première rencontre aux côtés de Giannis et compagnie. Toujours aussi agressif et motivé, Jennings s’est pointé à Memphis et a offert exactement ce à quoi les Bucks pouvaient s’attendre. Du culot, de l’improvisation, de l’apport en sortie de banc et le tout sans commettre trop d’erreurs. Alors forcément, le piège est tendu car il est connu. S’agit-il d’une première page sur un nouveau bouquin qui s’annonce épique car décrivant le retour d’un phénomène attendu depuis longtemps, ou bien est-ce une performance isolée et qui laissera place à des soirées immondes comme on a pu en voir par le passé ? Telle est la question à laquelle Brandon va devoir répondre. La bonne nouvelle, c’est que Milwaukee ne pouvait demander meilleur timing dans la vie du bonhomme. Âgé de 28 ans, passé par de nombreuses galères, Jennings en a suffisamment chié pour comprendre que les tickets ne seront pas donnés de manière illimitée pour qu’il reste en NBA. L’autre bonne nouvelle, c’est que le gaucher a un mois pour prouver qu’il mérite sa place dans un roster la saison prochaine, et les Bucks vont vite devoir savoir s’ils devront le signer sur un contrat garanti. Mais avant cela ? Le protocole sera respecté à la lettre. Un premier deal de 10 jours à compléter, un second à donner dans la foulée, et au bout de trois semaines on fait le point. Entre coups de chaud et coups de froid, entre balles perdues et flèches salvatrices, entre sale défense et distribution royale. Le zoom est sur lui, à Brandon Jennings d’en profiter à bon escient.

Ce n’est pas une simple ligne, aussi belle soit-elle face aux Grizzlies, qui va nous faire sauter de joie. C’est plutôt la perspective, si cette dernière est confirmée par d’autres copines du même genre, qui pourra nous donner entière satisfaction. Jennings est de retour en NBA, à lui de le valider en montrant qu’il a passé un step… ou pas.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top