Cavaliers

J.R. Smith frustré de retourner sur le banc : trois ans en tant que titulaire, il kiffait ça le Gérard

J.R. Smith - Gérard - beIN Sports
Source : beIN Sports

On était à la limite de crier au blasphème chez TrashTalk tant le retour sur le banc de J.R. Smith nous a touché. Et lui aussi est assez déçu de devoir laisser sa place à Wade dans le starting five, comme il l’a expliqué à cleveland.com

Comment ? Une NBA sans J.R. Smith titulaire ? What the fuuuuuck ?? Et pourtant, c’est bien ce à quoi on risque d’assister cette saison, puisque Tyronn Lue a décidé que ce serait Dwyane Wade qui prendrait la place de “shooting” guard titulaire de notre vénéré Gérard pour former une paire de snipers avec Derrick Rose sur la base arrière. Décision qui n’était pas trop au goût de notre Guide Suprême à tous et qui s’est alors entretenu avec Tristan Thompson, lui aussi relégué sur le banc avec le décalage de Love au poste 5. Entre remplaçant, on se comprend, dira-t-on. Même si on comprend son désarroi face à ce pas en arrière, il ne faut pas que Gérard se laisse aveugler par son orgueil et commence à foutre le bordel au sein du roster des Cavs. Déjà qu’avec LeBron et Flash, on atteint un seuil important de bon gros melon, alors si Gérard s’y met, ça pourrait péter très vite dans le vestiaire de l’Ohio. Une guerre d’égo est une chose qui peut très bien chambouler la saison de toute une équipe, encore plus si le coach n’est pas capable de faire entendre sa voix auprès de tous. Enfin pour ça, LeBron est là pour mettre tout le monde d’accord, et il serait mal avisé de manquer de respect à un roi sur ses terres si l’on veut garder sa place au sein de la cour. Et ça, Gérard l’a bien compris puisque, bien que frustré, il se dit tout de même à l’aise en sortie de banc.

“J’ai travaillé dur tout l’été, mais quand nous nous sommes retrouvés, je n’ai pas vraiment eu la chance de prouver que je pouvais être titulaire, mais c’est bon. C’est comme ça. À vrai dire, je joue mieux dans la second unit, je suis plus un playmaker et un distributeur. Je garde la balle en main un peu plus plutôt qu’aller me poser dans le corner.”

On serait bien heureux si tout roule pour lui cette saison en sortie de banc, d’autant plus qu’il n’est pas un novice en la matière. Lors de ses années Knicks, Gérard a tout de même aligné 18 points de moyenne, lui rapportant le titre de meilleur sixième homme (2013) ainsi que celui de roi de la nuit à New York (toutes ses saisons là-bas). Sortir du banc et artiller à trois points, le prince du bourbon (ou tout autre spiritueux) sait faire. Et Cleveland va avoir besoin de ce Gérard là pour continuer de dominer la Conférence Est. Vu comment tout le monde pourrait se marcher dessus avec Wade et Rose sur le parquet, son entrée en jeu apportera un peu plus de spacing. Les Cavs comptent donc sur Gérard pour illuminer le banc de sa divine puissance. La présence de Wade sur le parquet à sa place va peut-être également former une nouvelle source de motivation pour l’arrière. Imaginez un Flash en galère en début de saison. Imaginez ensuite un Gérard complètement déterminé à montrer à tout le monde qui est le patron et claquer un 8 sur 10 du parking, juste histoire de remettre les pendules à l’heure. On s’enflamme ? Pas du tout, on espère juste que notre dieu vivant va nous offrir la saison la plus aboutie de sa carrière. Car plus que sa recette du bonheur, c’est de sa fierté dont Smith va devoir se servir pour rester au top, dans le bon sens du terme bien sûr.

Forcément frustré d’être redescendu d’un échelon, Gérard va devoir continuer à vendre du rêve comme il en a l’habitude, à coup de trois points du tur-fu et de célébrations que même ton pote n’oserait pas tenter en soirée à 3 heures du mat’. Après une saison en demi-teinte, peut-être que ce nouveau rôle le relancera. 

Source: Cleveland.com


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top