Knicks

Ce qui ferait flipper les équipes sur le dossier Carmelo Anthony ? Une potentielle année en plus à 28 millions

Carmelo Anthony
Source image : YouTube

Il y a peut-être un élément qu’on ne prend pas assez en compte, et qui pousserait de nombreuses franchises à dire non aux Knicks, dans le cas du dossier Carmelo Anthony : l’ailier serait peut-être un poil… trop cher.

C’est dans le dernier podcast enregistré par Adrian Wojnarowski et Zach Lowe, collègues chez ESPN, que le sujet a été ouvert avec pertinence. Un qui n’avait pas encore été mentionné par quelconque franchise, et que le grand public pouvait certainement laisser sur le téco. Contractuellement parlant, Melo attire de nombreux yeux à cause de cette foutue no-trade clause qui lui permet de pouvoir dire non à n’importe quel transfert. Mais ce qui ferait encore plus peur, dans les coulisses de la Ligue, ce ne serait pas cette saison mais bien la suivante. Propriétaire d’une Early termination Option, Anthony peut devenir agent-libre l’été prochain ou bien toucher 27,9 millions de dollars sur la campagne 2018-19. Et avant d’entrer en détail sur le pourquoi du comment, installons justement le sujet mentionné par le duo de journalistes. Selon Lowe et le Woj, c’est cette foutue décision qui fait encore plus flipper les franchises du circuit. Celles qui oseraient volontiers casser leur effectif pour récupérer l’ailier, mais n’ont aucune idée ni garantie sur la future décision de Melo, en juillet prochain. Toutes les clés en main, toutes les options à disposition, c’est peu dire si Phil Jackson a donné le cul de la franchise au produit formé à Syracuse.

“Si vous transférez pour Carmelo Anthony, je ne sais pas où il en est actuellement sur ce sujet, mais il ne devrait peut-être pas refuser une option à 27,9 millions de dollars. Un buy-out est un scénario totalement différent, mais si une équipe comme les Lakers ou Blazers réalisent un échange pour récupérer Anthony, elle doit partir sur le principe qu’il coûtera 28 millions une saison de plus.” – Zach Lowe

La question se pose donc, aujourd’hui, de façon objective : Carmelo vaut-il plus que 28 millions de dollars la saison, dans la NBA actuelle ? Certains diront oui sans hésiter, d’autres répondront non en se marrant. Les avantages comme les désavantages sur son dossier sont nombreux, tout est une question de perspective et de besoins. Par exemple, lorsqu’on voit le verre à moitié vide : impossible d’imaginer payer davantage un joueur qui n’a jamais été en Finales NBA, aura 34 ans cette saison, et défend quand il en a seulement envie. Et lorsqu’on voit le verre à moitié plein : Lowry touche bien 30 millions la saison, du scoring ça s’achète cher, et de l’expérience aussi. Il y aura donc une grosse décision à prendre dans le camp d’Anthony, en étant parfaitement conscient de sa valeur sur le marché. Activera-t-il son ETO pour devenir agent-libre, ou bien laissera-t-il son tour passer pour empocher 28 millions peinard ? C’est cette interrogation qui pousse toutes ces franchises à claquer la porte au nez de Steve Mills, le prési des Knicks tentant de refiler la salade à qui veut. Quand on sait qu’on peut se retrouver avec un type payé 28 millions selon son envie, c’est plutôt stressant.

En remerciant une nouvelle fois ce bon Phil Jackson pour avoir donné son corps et celui de la franchise à Melo, on se retrouve dans quelques mois pour l’activation – ou non – de l’ETO.

Source : Woj Podcast


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top