Timberwolves

Andrew Wiggins ne sera pas transféré : c’est pas nous, mais le proprio des Wolves qui l’a annoncé

Andrew Wiggins
Source image : YouTube

Récemment mentionné dans des rumeurs de transferts, notamment dans le cadre d’un potentiel package en échange de Kyrie Irving, le jeune Andrew Wiggins peut dormir tranquille : il devrait aller nulle part.

Le scénario avait été mis en place il y a déjà quelques semaines, avant de prendre une toute autre tournure avec les événements du mois de juillet. En effet, avec un Jimmy Butler déjà récupéré et un paquets de dollars distribués aux Jeff Teague, Taj Gibson ou encore Jamal Crawford du coin, les Wolves créaient un buzz conséquent sur la planète basket. Et avant même que le meneur de Cleveland soit mentionné où que ce soit, une première galère se pointait dans la forêt locale : prolonger Andrew Wiggins pour 5 ans et 150 millions de dollars, était-ce jouable ? Le joueur le voulait, forcément, mais le management allait devoir prendre une décision. Et pendant que la réflexion autour de celle-ci prenait place, vlatipa que le Kyrie Irving se pointait sur le marché des transferts en annonçant les Wolves comme une potentielle piste d’atterrissage. Drague signée Towns et Butler, rumeurs gérées par les médias du coin, soudainement on passait de “mais t’inquiète Andrew, tout va bien se passer” à “je te rappelle, je passe sous un pont là”. Sauf que Wiggins ne bougeait pas de son spot initial, qui était et est encore de signer un contrat max le plus tôt possible dans le Minnesota. Histoire de progresser, bosser et grandir avec cette fabuleuse troupe. Il fallait donc qu’on obtienne l’avis de quelqu’un assez bien placé, pour calmer le jeu et assurer un mois d’août paisible pour chacun.

Et qui s’est pointé, dans le journal dont il est le propriétaire ? Glen Taylor, qui n’est autre que le propriétaire majoritaire des Wolves. Non seulement le bonhomme veut offrir le max à Andrew Wiggins, mais en plus il confirme que sa pépite n’est pas disponible pour quelconque transfert. Alors, évidemment, on connaît ces situations par coeur. Le type va pas dire, allez-y servez-vous, mon gamin est dispo je ne prends que deux bières en échange. C’est la loi du business, faut garder le sourire en serrant les fesses en coulisses. Et quelque part, quand t’utilises le journal dont t’es aussi propriétaire pour étaler tes intentions, c’est pas jojo. Sauf qu’avec un management en-dessous de lui qui a été bien agressif sur le marché et va devoir désormais assurer sur le terrain, Taylor utilise son levier disponible pour rappeler qui est le patron. Certes, Glen n’est pas le GM Scott Layden, ni le coach Tom Thibodeau, mais il distribue les chèques à tout ce beau monde et il rappelle ici la hiérarchie en donnant publiquement son avis. De quoi ne certainement pas faire sourire les hauts placés de Cleveland, eux qui auraient probalement apprécié un échange incluant ce bon Wiggo. Une prochaine fois, peut-être.

Les fans du Minnesota qui ont un maillot d’Andrew Wiggins peuvent souffler un coup. Sauf feinte de dernière minute, le Canadien devrait rester chez les Wolves et parapher une prolongation en béton. Rien ne presse, il y a encore deux gros mois pour le faire. Mais au moins, la scène est installée.

Source : Star Tribune


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top