Raptors

Les Raptors mettent un pied en demi-finale : 118-93, voilà l’équipe de Toronto qu’on connaît

Toujours aussi frustrante et irrégulière, la franchise canadienne a offert son meilleur visage au moment le plus important : une victoire sérieuse à domicile (118-93), en ayant le volant entre les mains pendant toute la rencontre.

Le Game 1 avait été énervant. Le Game 3 avait été fatigant. Les montagnes russes continuaient pour Dwane Casey et ses hommes, à tel point qu’on ne savait pas qui allait réellement se pointer au Air Canada Centre ce lundi. Dans un match de la plus haute importance, quelle version des Raptors allait ramener son attirail ? Celle qui cafouille en attaque et oublie ses principes en défense ? Ou celle qui fait tourner admirablement le cuir et ne laisse pas de surprise avoir lieu ? Bonne nouvelle pour les habitants de Toronto, c’est bien le deuxième profil qui fût sélectionné pour ce Game 5 crucial, un qui permettait au vainqueur de mettre une belle option sur un duel avec les Cavs en demi-finale avec un mouvement de balle incisif. Agressifs d’entrée, notamment grâce à un Serge Ibaka ultra-aérien, les Raptors enfonçaient la tête des jeunes Bucks sous l’eau, et il n’y avait aucune intention de laisser Giannis et ses potes respirer. Plus de 10 points d’avance dans le premier quart, une écart maintenu dans ces eaux-là en abordant la pause, augmentation de la pression dans le troisième QT (+17) et finition spectaculaire dans le money-time, c’est la troisième meilleure équipe de la Conférence Est qui se pointait devant son public en ce début de semaine. Et c’est justement ce qu’il fallait pour tenter de mettre un début de terme à cette série.

Cependant, ce qu’il y avait de plus intéressant n’était pas forcément dans l’écart ou dans la manière, mais plutôt dans la gueule des acteurs principaux et des contributeurs dominants. DeMar DeRozan ? Serein mais pas aussi grand qu’au match précédent. Kyle Lowry ? Libéré par son dos et efficace, mais pas de quoi en faire un gratin dauphinois. Non, celui qui prenait vraiment le devant de la scène hier soir, c’était Norman Powell. Intégré dans le cinq majeur pour espacer le terrain des Raptors, le marsupial local s’offrait un match en or avec 25 points, 4 rebonds, 4 passes et 3 interceptions à une efficacité exemplaire. Des trois-points pour démarrer l’orgie, des lay-up avec la faute, mais surtout du tomar à gogo en deuxième période dont un exceptionnel sur Thon Maker, le jeune joueur de Toronto se faisait un vrai nom devant ceux qui le connaissaient pas et confirmait tout son potentiel devant ceux qui croyaient déjà en lui. Quand le duo DeRozan-Lowry ne met que 34 points et que tu gifles ton adversaire, c’est assez agréable non ? Profitant de la défense poreuse des poulains de Jason Kidd, les Dinos ont pris l’avantage 3-2 dans la série et tenteront de boucler l’affaire ce jeudi, en déplacement à Milwaukee.

Aurons-nous droit à un Game 7, ou bien les Raptors finiront le job comme des grands au prochain match ? Encore une incertitude face à leur potentielle attitude, mais en tout cas il est clair qu’en jouant une nouvelle fois comme ce soir, on pourrait avoir droit à un clap de fin dans le Wisconsin dans deux jours.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top