Celtics

Preview Game 3 Bulls – Celtics : must win pour Boston face à des taureaux sans Rajon Rondo !

Celtics jae crowder
Source image : ESPN

Les Celtics, balayés à domicile, sont dans l’obligation de gagner ce soir à partir de 1h00 au United Center de Chicago, face à des Bulls privés de Rajon Rondo.

Lors des deux premiers matchs à Boston, les Celtics, premiers de saison régulière à l’Est, se sont faits démonter par une équipe des Bulls, huitième à l’arrache, bien plus cohérente. On le rappelle, les verts jouent dans un contexte particulier, puisqu’Isaiah Thomas a eu l’immense malheur de perdre sa petite soeur dans un accident de voiture. Cela explique aussi les difficultés des Celtics, qui n’ont pas forcément la tête au basket. Mais il n’empêche que, pour s’en tenir au côté sportif, les Bulls dominent cette série de la tête et des épaules. D’abord, les Taureaux punissent les Celtics sur leur point faible : le rebond. Sur les deux premiers matchs, Chicago a pris 96 rebonds contre 74 pour Boston… Le seul Robin Lopez a gobé 12 rebonds offensifs, presque autant que le nombre de rebonds défensifs (14) pris par Al Horford. Al Horford va d’ailleurs devoir se réveiller et justifier son énorme contrat mais c’est toute la raquette des Celtics qui est en souffrance. Amir Johnson voit son temps de jeu réduit à peau de chagrin tant il est rustre en attaque et soft en défense. Tyler Zeller pourrait être amené à prendre définitivement sa place dans la rotation. Kelly Olynyk, s’il est plutôt adroit, va également devoir aller au combat, ce qu’il n’aime pas faire spontanément.

En défense aussi, les Bulls sont bien supérieurs. Ils limitent les Celtics en dessous des 100 points de moyenne sur les deux matchs, alors que Boston avait la septième attaque de la Ligue, avec 108 points par rencontre en saison régulière. Les Taureaux se sont réellement mis en mode Playoffs. A l’inverse, les Celtics laissent Chicago marquer 108,5 points par match, soit 6 de plus qu’en saison régulière. Evidemment, les Bulls sont plus adroits : 47% au tir dont 35,3% du parking, contre 44,6% et 33,8% pour les Celtics, malgré un Nikola Mirotic en mode maçonnerie, à 3/14 à 3-points. Et le banc de Chicago fait mieux que résister à celui des Celtics. Quand personne ne donne entière satisfaction à Boston, un facteur X fait à chaque fois la différence côté Windy City : Bobby Portis lors du Game 1 (19 points à 8/10 au tir dont 3/4 à 3-points, 9 rebonds, 3 assists, et 2 contres), Paul Zipser lors du Game 2 (16 points à 6/8 dont 2/3 à 3-points).

L’expérience fait clairement la différence côté Bulls, notamment autour du trio Jimmy Butler, Dwyane Wade et Rajon Rondo. Sans être exceptionnel, Jimmy Butler est précieux des deux côtés du terrain et reste capable de mettre des gros tirs en fin de match. Dwyane Wade n’était que l’ombre de lui-même sur le Game 1 mais a montré son tempérament de tueur au Game 2. C’est lui qui avait la balle en main dans le money time et il a bouclé le match avec plusieurs tirs à 3-points venus d’ailleurs. Enfin, Rajon Rondo est redevenu le maestro qu’il était… avec les Celtics ! Sur la série, le bougre tourne à 11,5 points, 8,5 rebonds et 10 assists et 3,5 interceptions de moyenne ! Il a aussi le meilleur defensive rating de son équipe (101). Mieux encore, son équipe a un plus/minus de +14,5 quand il est sur le parquet, -5,4 sans lui… Mais c’est l’information du jour, Rajon Rondo s’est fracturé le pouce et sera indisponible jusqu’à nouvel ordre. Même s’il est très dur au mal, il ne jouera pas ce soir et Fred Hoiberg a parlé d’une absence d’une petite dizaine de jours. Ce sera un véritable casse-tête pour le coach des Bulls puisque les remplaçants potentiels s’appellent Jerian Grant, catastrophique sur les deux premiers matchs avec 3 points à 16,7% au tir (!), 2 assists, 1 rebond et 1 perte de balle en 13 minutes de moyenne, et Michael Carter-Williams, qui est laissé au placard et n’a joué en tout et pour tout que 4 petites minutes lors du Game 2.

La clef du match : Isaiah Thomas

Les Celtics sont tellement dominés dans tous les compartiments du jeu qu’il est difficile de ressortir un secteur en particulier. Evidemment, le rebond et la défense apparaissent primordiaux. Mais avec la blessure de Rajon Rondo, le poste 1 risque d’être décisif cette nuit. Ainsi, Isaiah Thomas, le petit meneur star des Celtics, doit être décisif. Va-t-il pouvoir gérer son deuil, après avoir passé quelques jours en famille, dans l’Etat de Washington ? Difficile de jouer son meilleur basket dans ces conditions, difficile même d’en avoir envie… Mais en grand champion qu’il est, il a montré qu’il était individuellement capable de passer outre lors des deux premières rencontres. Son leadership semble cependant s’être logiquement réduit. Il n’emmène plus tous ses coéquipiers derrière lui. On l’a vu pourrir Marcus Smart sur une action plutôt anodine. Et on sent à son langage corporel qu’il est dévasté. Quoi de plus logique ? Pour l’emporter, les Celtics auront certainement besoin d’un Isaiah Thomas leader et dominant. Rondo ne sera pas là pour lui faire face, et il a démontré tout au long de sa vie et de sa carrière qu’il a le mental pour soulever des montagnes.

En tout état de cause, en cas de victoire, les Bulls plieraient certainement l’affaire, puisqu’aucune équipe n’est revenue d’un 3-0. Mais si les Celtics l’emportaient, le doute pourrait s’installer au sein d’une équipe de Chicago qui n’a pas beaucoup de certitudes.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top