Sixers

Dario Saric doit finir avec le titre de Rookie de l’Année : même Joel Embiid l’affirme

Dario Saric
Source image : YouTube

Encore auteur d’un grand match hier soir chez les Lakers, Dario Saric a mis un troisième doigt sur le trophée de Rookie de l’Année : avec le soutien de Joel Embiid, il pourrait carrément y mettre les deux mains.

Présent sur le banc pour soutenir ses coéquipiers, le Process était immanquable avec sa carrure immense et sa coupe de cheveux unique. Un vrai fan, juste un peu plus large que les autres, et croisant les doigts pour que son équipe l’emporte. Grâce à Timothé Luwawu-Cabarrot notamment, Gerald Henderson, Jahlil Okafor, T.J. McConnell, mais surtout Dario Saric, auteur d’un match royal et bourré d’actions bien clutch. De plus en plus responsabilisé au sein de ce gentil bordel rempli de blessés, le Croate n’a toujours pas montré de véritable galère lors de sa première année professionnelle, et voilà qu’il commence à planter des soirées sérieuses au niveau de la feuille statistique : près de 18 points, 8 rebonds et 3 passes de moyenne depuis le 1er février, costaud l’ami Dario. Et hier soir chez les Lakers, c’est une pointe à 29 unités qui a été envoyée sur la joue de Luke Walton et ses hommes, tout le savoir-faire de Saric et son expérience faisant la différence au finish.

Du tir à mi-distance, de la distribution, de la pénétration, finition main droite, main gauche, lancers grattés pour arrêter l’horloge et calmer le Staples Center, le Homie faisait la totale et avait clairement l’air de naviguer en NBA depuis quelques années. Du coup, en sortie de rencontre, l’intérieur a été interviewé par CSN en tant que joueur du match, un moment de sérieux évidemment flingué par Joel Embiid qui passait par là. Une tape sur les épaules de Dario, un sourire à la caméra, et cette phrase pleine d’amour qui va aussi gentiment propulser le dossier de Saric au-dessus des autres : c’est lui le Rookie de l’Année, c’est ce gars ! Difficile de demander meilleur soutien, quand on sait que Joel était encore considéré comme potentiel vainqueur de la course. Mais avec 30 rencontres seulement sur son CV… les votants cherchaient un remplaçant, autant dire qu’ils ne vont plus galérer à le trouver.

Un jeu superbe sur tout comme demi-terrain, un QI basket au-dessus de la moyenne, une production intéressante et le soutien d’Embiid : pourquoi débattre avant de filer à Dario Saric le titre de Rookie de l’Année ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top