One-on-One

Kelly Oubre dans le cinq majeur des Wizards : premier test réussi, on est prêt à commander la suite

Kelly Oubre Jr
Source image : YouTube

Dans la victoire des Wizards ce mercredi face à Charlotte, une petite modification a été opérée au sein du cinq de départ à Washington. Markieff Morris out, Kelly Oubre in, la différence a déjà été remarquée et devra être confirmée sur les prochaines rencontres.

Formé à Kansas et priant pour obtenir davantage de temps de jeu, le longiligne ailier souhaitait que son entraîneur lui donne une petite chance. Une opportunité, une seule, afin de montrer que son impact pouvait être déterminant dans la fluidité du cinq majeur de D.C. Et grâce à un coup de pouce improvisé par les dieux de la santé, cette occasion se présentait ce mercredi puisque Markieff Morris, habituellement titulaire aux côtés de Marcin Gortat, agitait le drapeau blanc à cause de pépins au pied gauche. On retire la gâchette et on regarde qui mettre, Scott Brooks décidait enfin d’intégrer Oubre dans son quintet de début de rencontre en espérant que le gamin ferait sa part du boulot. Well, en une petite soirée, Kelly a fait plus que satisfaire son coach, il a tout simplement montré sur un sample assez court mais significatif que sa place devait être testée plus souvent aux côtés des cadres de l’équipe. Les statistiques ? Moyennes, mais loin de représenter l’aspect le plus important de ce test inattendu. Quelques 15 points,  6 rebonds, 1 passe, 2 interceptions, à 7/12 au tir dont 1/4 de loin. Sauf que comme mentionné à l’instant, l’insertion d’Oubre dans le cinq majeur dépassait largement le cadre trop étroit de la production statistique. Dans la libération de ses coéquipiers, la dimension athlétique de son jeu et une énergie précieuse sur laquelle s’appuyer, le gamin servait presque de déclic sur cette seule soirée.

Pour commencer, défensivement. Grâce à ses longs bras (218 centimètres d’envergure), son corps d’anguille capable de se faufiler un peu partout, de bons instincts dans sa moitié de terrain et une cardio royale, Oubre nous rappelait de façon flagrante que Markieff Morris n’en avait plus grand chose à foutre de la protection de son arceau. Quarante minutes passées sur le parquet à soûler les extérieurs de Charlotte, le gaucher apportait un effort dont Washington avait besoin, et ce même avec un Batum en forme qui lui en collait plein la musette en première période. On parlait d’instinct ? Sa présence naturelle au rebond offrait quelques prises bonus pour venir en aide à Gortat et Porter, et Otto était d’ailleurs le premier à se régaler de la présence du copain dans le cinq. Car pour l’ailier formé à Georgetown, ce cadenas bien plus solide sur les ailes lui permettait de se décaler au poste d’ailier-fort, une aubaine pour la défense de Washington qui faisait immédiatement de Porter une sorte de contrôleur SNCF capable de communiquer les rotations multiples et venir en aide au bon moment. Avec Markieff dans le cinq précédemment, Otto était forcé à devoir rester sur l’aile et donc moins apporter son excellence défensive à l’armée dirigée par Scott Brooks. Mercredi soir, Porter pouvait laisser parler son jeu solide en servant de plaque tournante sur demi-terrain, ce qui aidait grandement Washington sur séquences placées. Ce décalage de poste était donc un premier test intéressant en défense, car la longueur de bras du duo Porter-Oubre et leur activité naturelle permettait aux extérieurs des Wizards de se jeter avec davantage de confiance, John Wall étant le premier à se faire plaisir avec 7 interceptions sur la rencontre. Quand votre second rideau est Markieff, la moindre erreur peut se transformer en panier dans la gueule : ce mercredi, la différence était flagrante.

En attaque ? Mêmes modifications, d’une façon assez logique d’ailleurs. Car même si Morris et Oubre partagent les mêmes pourcentages à distance (environ 32%), le barbu n’écarte pas naturellement le jeu alors que Kelly est un sniper capable de se caler avec joie dans le corner (2,2 bombes tentées en 18 minutes pour Oubre, 2,1 en 32 minutes pour Markieff). Et comme par hasard, qui profitait de ce spot-up synonyme d’aération offensive ? John Wall, et Marcin Gortat également. Sur plusieurs possessions, le dragster de D.C se rendait comme souvent dans la raquette à fond la caisse, en devant prendre une décision instantanée. Et dans les cas antécédents où Markieff était à ses côtés, les lignes de pénétrations étaient moins ouvertes car l’ailier-fort occupait de la place à mi-distance. Pire, il attirait son défenseur en ne sachant pas vraiment où se mettre, et Otto Porter attendait sagement dans un coin sans pouvoir offrir ses longs bras au rebond offensif. Mercredi soir, Nicolas Batum était généralement en charge d’Oubre, et le Français savait qu’il ne pouvait sérieusement laisser le gamin seul dans le corner, sous peine de se faire sanctionner par un Wall à la belle vision du jeu. Résultat ? Sur plusieurs séquences, Nico observait la pénétration se dérouler, l’envie de venir en aide le titillait, mais Batum devait rester collé à son défenseur et le duo Wall-Gortat en profitait grandement. Une modification des rotations adverses notamment créée par la présence de Kelly dans son coin.

couverture

couverture

couverture

Même délire en toute fin de rencontre, avec un John Wall qui se permettait carrément de rouler un pick and pop décisif avec son jeune coéquipier, avec seulement deux points d’écart et 80 secondes à jouer. Gardé par Marvin Williams, Oubre posait un écran solide sur un Kemba Walker envoyé en mission suicidaire sur le meneur de D.C, ce qui permettait à Wall de profiter aisément de son espace à mi-distance. Grâce à sa taille et ce corps longiligne dont on parlait plus haut, Kelly faisait le nécessaire pour bloquer Williams et empêcher Walker de faire son boulot. La suite, on la connaît : jumper bien ouvert pour Jean Mur et match plié pour les Wizards.

couverture

Mercredi soir, c’est un test inattendu qui a été réalisé dans le cinq de Scott Brooks et dans les rotations des Wizards, une modification aux impacts multiples des deux côtés du terrain. Il sera intéressant de surveiller le retour de Markieff Morris et la capacité d’adaptation de l’entraîneur de Washington, mais comme mentionné dans le dernier Overtime de l’Apéro : insérer Kelly Oubre dans le cinq de départ est la meilleure des solutions, pour le moment. En apportant envergure, intensité, menace extérieure et polyvalence, le gaucher met non seulement ses coéquipiers dans de bons spots mais il montre aussi toute l’étendue de son talent. Prions pour que cela dure…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top