Mavericks

Andrew Bogut régale pour sa première devant le public de Dallas : tartes, contres, passes, la totale

Andrew Bogut

“Tu veux ma photo, connard ?”

Source image : NBA League Pass

Après une première face aux Bucks mais en déplacement, le pivot australien a fait ses débuts hier soir en affrontant une équipe qu’il connaissait bien, le Thunder. Résultat ? Bogut a déjà conquis ses nouveaux fans.

Il faut en avoir dans le pantalon, pour réussir à faire oublier Zaza Pachulia aux habitants du Texas et même à qui que ce soit, quand on se souvient de l’apport énorme offert par le Géorgien et son empreinte dans le fighting spirit des Mavs en quelques mois. Mais avec les chamboulement nombreux de cet été et la belle opération réalisée par les Mavs sur le marché, c’est Andrew Bogut qui devait tester son intégration dans le système de Rick Carlisle, avec une première balade aux côtés de ses coéquipiers hier soir. En effet, si le match de ce mardi était particulier et intéressant à regarder à l’American Airlines Center, c’était surtout parce qu’on avait enfin 4/5ème du cinq de départ des Mavs sous nos yeux, seul Wesley Matthews manquant à l’appel pour cette rencontre sans véritable importance sur le papier. Dirk, Deron, Barnes et donc Andrew en bûcheron titulaire, c’est peu dire si on avait hâte de voir l’impact de l’Australien dans son nouveau groupe. Quelques minutes et même heures plus tard, on peut l’affirmer sans craintes : le weekend d’inté s’est déroulé à merveille, personne n’est décédé et tout le monde a le sourire.

Il faut dire que dans son expérience, son intelligence de jeu, sa capacité à remplir les besoins de son équipe et ne pas empoisonner la mécanique locale, Bogut est une Rolls Royce quasiment intouchable. Quand les Bucks étaient en Playoffs avant l’ère Giannis ? C’était avec lui. Quand il était blessé à Golden State ? Les Warriors galéraient. Du coup, en une seule mi-temps, l’AAC est tombé amoureuse de ce géant barbu qui ne fait aucun câlin mais envoie pourtant tellement de rêve, grâce à une ligne fatale et une activité de tous les instants : 4 points, 11 rebonds, 3 passes et 3 contres, personne ne bouge c’est la police de Melbourne. Parfait dans sa distribution en point-center, idéal pour poser des écrans et même caler un caviar entre les jambes pour Deron Williams, Andrew en a même profité pour signaler à ses extérieurs que leurs fesses étaient couvertes par sa simple présence. On va faire simple, même s’il ne s’agit que d’un pauvre match du mois d’octobre et qu’il faudra tenir sur deux jambes toutes la saison, on se demande sérieusement si Bogut ne serait pas le meilleur pivot de Dallas depuis un certain Tyson Chandler, bagué en 2011. Quoi qu’il en soit, sa première fût réussie et, comme par hasard, son intégration dans le groupe fût aussi lisse qu’une planche de surf australienne…

On l’oublie souvent, car il ne fait pas la une des journaux et il s’occupe du sale boulot. Mais si on pose la question à Steve Kerr ? L’entraîneur des Dubs sera le premier à rappeler l’importance d’Andrew Bogut dans ses équipes. Si on en connaît un qui se frotte déjà les mains, c’est le grand Dirk.


1 Comment

1 Comment

  1. GS_of_Mind

    12 octobre 2016 à 15 h 34 min at 15 h 34 min

    Grosse perte pour les warriors. Bogut est brillant et différent. Carlisle, qui est un des meilleurs techniciens dans la ligue, va se régaler avec lui (et réciproquement).

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top