Mavericks

Andrew Bogut réclame de sortir du banc : le sens du sacrifice pour continuer de croire aux Playoffs

Andrew Bogut

Respect.

Source image : NBA League Pass

Avant-dernier à l’Ouest avec les Mavs, Andrew Bogut est conscient qu’il faut changer quelque chose pour faire avancer le schmilblick et pas que la saison ne tourne complètement au fiasco. L’Australien est donc allé réclamer à son entraîneur de sortir du banc de sa propre initiative afin de pour fluidifier le jeu de son équipe avec le retour en forme de Dirk Nowitzki.

Il n’est jamais facile pour un joueur de quitter le cinq majeur. Encore moins quand il a débuté 648 de ses 663 matchs en carrière sur le terrain. Mais l’ancien premier choix de Draft est prêt à passer au-dessus de ça si ça peut permettre aux Mavericks d’enfin décoller au classement. 14è avec un bilan de 11-24, Dallas ne pouvait de toute façon pas continuer de la sorte. Le mois de janvier sera déterminant pour les hommes de Rick Carlisle s’ils veulent encore croire aux Playoffs et Andrew Bogut l’a parfaitement intégré en réclamant à son coach de sortir du banc selon Tim MacMahon d’ESPN.

“Il n’y a pas d’intérêt à commencer avec Dirk et me faire sortir au bout de 30 secondes. Donc je suis allé voir l’entraîneur pour lui dire ‘Si vous continuez de faire ça, faites moi plutôt sortir du banc. Je ne me sentirai pas offensé et tout ira bien.’”

Entre les blessures de l’un (talon d’Achille pour Dirk Nowitzki) et de l’autre (genou pour Andrew Bogut), les deux hommes n’ont pu passer que 53 minutes ensemble sur les parquets depuis le début de la saison. Ils n’ont commencé dans le starting five qu’à une seule occasion, le 27 décembre dernier face aux Rockets. Mais le duo ne fonctionne pas et le Wallaby avait été obligé de sortir au bout de deux minutes ce soir là. Au total, lorsqu’ils sont côte à côte, les Mavericks ont été dominés de 62 points par leurs adversaires, soit un malus supérieur à une unité par minute. Maintenant qu’ils semblent tous les deux de retour en forme, Andrew Bogut préfère intégrer la second unit pour ne pas gâcher la saison de son équipe pour des problèmes d’égos malvenus à ce moment de l’année.

“Il y aura peut-être un match ici ou là mais la plupart du temps ça met Dirk en difficulté car il doit défendre sur un poste 3 ou 4. Contre Houston, il devait s’occuper de Trevor Ariza ou Patrick Beverley pendant que je défendais sur un pivot. Faites le calcul et vous verrez que ça ne marche pas. Sur de courtes séquences peut-être que ça peut fonctionner si nous jouons contre une équipe avec deux big men. Mais le plus souvent, avec la manière dont la Ligue évolue, il y a des joueurs du type de Trevor Ariza qui jouent ailier-forts. […] C’est forcément un petit peu dérangeant mais nous en sommes à 10-24 [bilan au moment de l’interview, ndlr]. Nous devons changer quelque chose. Si ça nous permet de gagner plus de matchs, je suis tout à fait pour. Si rien ne change, nous aurons une nouvelle conversation dans cinq ou six rencontres.”

De plus en plus d’équipes ont recours au fameux small-ball notamment démocratisé par les Warriors il y a quelques années. C’est comme ça et Andrew Bogut est très bien placé pour le savoir. En acceptant de se mettre un peu en retrait, il va permettre aux Mavs d’augmenter leur spacing avec le grand blond en pivot et Dorian Finney-Smith pour l’accompagner à l’intérieur. Un sacrifice utile pour le collectif que l’Allemand s’est empressé de louer même s’il espère encore pouvoir jouer aux côtés du champion 2015 avant la fin de la saison.

“Je continue de penser que quand je serai totalement rétabli avec mon temps de jeu habituel nous devrons trouver le moyen de jouer ensemble. Nous devons trouver une manière de faire fonctionner ce duo avec des stops défensifs et de bonnes possessions en attaque. Je ne suis pas prêt à abandonner ce combo aux postes 4 et 5 même si ça n’a pas été joli jusqu’à présent.”

Andrew Bogut le sait, les Mavericks sont dans l’urgence s’ils veulent rallier les Playoffs pour la 16è fois en 17 ans. À 32 ans, il n’a plus grand chose à prouver et préfère donc se mettre au service de l’équipe. Ça paraît simple et logique mais encore fallait-il le proposer sans arrière pensée. Fair play le Drew là-dessus.

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top