Defensive Rankings

DPOY Rankings – Novembre : Kawhi pour le doublé ? Rudy pour le cocorico ?

Kawhi Leonard

Pas souvent qu’un français fait figure de favori pour rafler un trophée aux States. Raison de plus pour s’intéresser cette année de très près au DPOY Ranking.

Nouvelle saison et forcément nouvelles courses aux divers classements qui rythment l’année NBA. Parmi celles-ci, la compétition pour devenir celui que l’on estimera être en fin de saison le meilleur défenseur de la la Ligue. Le DPOY pour les plus avertis, le “dipoye” pour les fans de phonétique. On vous présente sans plus attendre les dix candidats qui nous paraissent être les plus à même de s’imposer cette année comme le chien de garde le plus redouté des Etats-Unis. Dix spécialistes, dix pit-bulls qui ne laisseront probablement que des miettes à leurs adversaires en fin d’exercice. Parmi ces dix-là se cache probablement le futur DPOY alors à vos pronostics…

Place Joueur Commentaire

1
()

Kawhi LeonardKawhi Leonard Récompensé par le DPOY l’année dernière après avoir effectué un run assez mémorable après le All-Star Break, la tarentule des Spurs revient avec encore plus de responsabilités, notamment offensives. Coach Pop l’enverra toujours au quotidien sur le meilleur attaquant adverse et son incapacité à prendre le moindre match à la légère devrait une nouvelle fois le rendre invivable. Bonus, le futur bilan des Spurs devrait être solide : une place assurée sur le podium.
Statistiques 2014/15 : 7,2 rebonds, 2,3 steals, 0,8 block

2
()

Rudy GobertRudy Gobert La caution bleu-blanc-rouge de ce classement, mais pas question ici de se laisser emporter par une vague de chauvinisme car Rudy mérite en tous points sa place parmi les dix. Cinquième l’an passé, la “Tour Eiffel” sera cette année sous le feu des projecteurs et rien n’indique pour le moment une quelconque baisse de régime à venir. Le géant français s’est d’ores et déjà installé parmi les protecteurs de cercle les plus imposants de NBA et ceci dans une équipe du Jazz représentant un bon cauchemar pour quiconque se présente face à elle. Suffisant pour conférer à Rudy un statut d’outsider à cette récompense, ne reste plus maintenant qu’à confirmer le rêve envoyé depuis un an…
Statistiques 2014/15 : 9,5 rebonds, 0,8 steal, 2,3 blocks

3
()

Anthony DavisAnthony Davis Voilà un mec tellement doué qu’il pourrait tout simplement rafler tous les trophées possibles et inimaginables sur la planète basket. Amené à dominer la Ligue incessamment sous peu, le garçon peut déjà se targuer d’être l’un des meilleurs défenseurs du pays. Avec ses bras tentaculaires, son sens du placement et de l’anticipation, il est déjà capable à 22 ans de poser 15 rebonds, 3 interceptions et 5 contres tous les soirs. Des stats de DPOY qu’il cumulera sans doute cette année avec une moyenne de points de MVP, mais ça c’est encore une autre histoire…
Statistiques 2014/15 : 10,2 rebonds, 1,5 steal, 2,9 blocks

4
()

Tony AllenTony Allen Toujours placé mais jamais gagnant, le premier rempart défensif des Grizzlies repartira cette année encore à l’assaut d’un trophée qu’on devrait peut-être bien lui remettre une bonne fois pour toutes pour services rendus à la cause défensive. Véritable sangsue branchée sur 100 000 volts en permanence, il ne faut en revanche pas lui demander d’aller marquer 20 points tous les soirs. Tant mieux puisque Tony est là pour défendre, harceler la star adverse et lui piquer le plus de ballons possibles. Sortir Tony Allen d’un Top 10 du DPOY, c’est comme sortir Messi et Cri-Cri du podium Ballon d’Or : inconcevable.
Statistiques 2014/15 : 4,4 rebonds, 2,0 steals, 0,5 block

5
()

DeAndre JordanDeAndre Jordan Beaucoup ont déploré l’année dernière sa troisième place dans ce classement réservé aux véritables spécialistes de la défense. Sauf que malgré les valises de points encaissées par les Clippers tous les soirs, la présence ou non du grand Dédé sur le terrain change fondamentalement le visage d’une équipe. Contreur plus que doué et doté d’une facilité déconcertante à gober tous les ballons qui passent dans son périmètre, le pivot est aussi utile pour dissuader les attaquants trop optimistes que pour s’envoler sur un gros alley-oop ou envoyer des sous-marins aux LFS. Bonus cette année, les Clipps pourraient bien nous offrir une saison proche des 60 wins, de quoi marquer quelques points de plus au moment de faire pencher les balances en fin de saison…
Statistiques 2014/15 : 15 rebonds, 1 steal, 2,2 blocks

6
()

Marc GasolMarc Gasol Lauréat du trophée en 2013, Marc Gasol n’a rien perdu de son génie défensif. Contreur plus que solide, le plus souvent impossible à passer au poste, le pivot espagnol allie un corps devenu parfait avec un QI Basket au dessus de la moyenne. Il est le point central de la meilleure défense de la Ligue depuis plusieurs années en plus d’en être l’option n°1 en attaque, ce qui en dit long sur le talent du bonhomme. Un peu comme son camarade Tony Allen, sa seule présence transforme une équipe en muraille et c’est d’ailleurs en grande partie grâce à ce bloc défensif que Memphis est depuis un moment déjà une valeur sûre à l’Ouest.
Statistiques 2014/15 : 7,8 rebonds, 0,9 steal, 1,6 block

7
()

Avery BradleyAvery Bradley Un lutin dont on parle peu mais un sacré client dans sa moitié de terrain. Systématiquement en charge du sniper adverse, le petit Avery est le genre de microbe dont on ne se sépare qu’une fois sorti de la douche. Coaché par un homme donnant du crédit aux efforts défensifs, c’est fort logiquement qu’il s’est fait depuis un an une place bien ancrée dans le roster des C’s, en ayant pris l’habitude de donner le tournis à quiconque se présente à lui. Et ce surtout si ce dernier est un meneur un peu trop entreprenant. Qu’on se le dise, si Boston nous sort une belle saison collective, Avery Bradley aura son mot à dire dans la course au DPOY.
Statistiques 2014/15 : 3,1 rebonds, 1,1 steal, 0,2 block

8
()

Draymond GreenDraymond Green Dauphin de Kawhi Leonard la saison passée, Draymond Green a pu se consoler avec un autre trophée, encore plus beau. Qu’à cela ne tienne, il ne se fera cette année pas prier pour aller chercher la première place, grâce à un profil quasiment unique en NBA, du moins à ce niveau-là. On parle d’un petit intérieur de 2m capable de défendre aussi bien sur des joueurs de sa taille (encore heureux) que sur des golgoths de 2m15 et 120 kilos. Le “stretch four” par excellence, en attaque comme en défense, indissociable du succès des Warriors la saison dernière.
Statistiques 2014/15 : 7 rebonds, 1,3 steal, 0,7 blocks

9
()

Jimmy ButlerJimmy Butler Ses stats en attaque et les responsabilités prises à Chicago depuis deux ans feraient presque oublier à certains le talent et l’implication défensifs du bonhomme. Systématiquement envoyé en mission dans les plates-bandes des LeBron, Durant and co., le garçon est un modèle de polyvalence puisqu’il arrive à produire à merveille des deux côtés du parquet. Mais s’il a du apprendre sur le tas la notion de franchise player, son implication défensive ne date pas d’hier et c’est depuis toujours que Jimmy défend le fer chaque soir. Une saison pleine de Derrick Rose et l’arrivée d’un nouveau coach en ville lui permettront peut-être d’être encore plus efficace dans sa moitié de terrain, ce qui lui assurera sans problème une place dans notre Top 10.
Statistiques 2014/15 : 6 rebonds, 2,8 steals, 0,8 block

10
()

Dwight HowardDwight Howard Les joueurs ayant remporté au mois trois fois le trophée de DPOY depuis trente ans ? Ben Wallace, Dikembe Mutombo et… Dwight Howard. Les langues fourchues résonnent jusqu’ici et nous parlent d’une concurrence moins forte lors des ses trois titres. Traversez-donc l’Océan et venez défendre dans les raquettes NBA pour voir… Blague à part, D-12 s’est placé depuis long time parmi les protecteurs de cercle les plus efficaces de la Ligue et tant pis si c’est davantage grâce à son corps divin que grâce à une éthique de travail admirable. L’important c’est qu’en pleine forme, Dwight ne laisse personne s’approcher de sa raquette et que physiquement parlant, absolument personne ne peut encore lutter en 2015. Moralité, tant que Dwight vivant, Dwight potentiel DPOY.
Statistiques 2014/15 : 10,5 rebonds, 0,7 steal, 1,3 block

Voilà pour ce premier point sur les principaux favoris au DPOY, un classement que vous retrouverez chaque première semaine du mois. La prochaine édition nous donnera déjà un premier aperçu quant aux forces en présence capables d’aller rafler le trophée au printemps prochain. La guerre est lancée entre Rudy, Caouaille, Sourcil et les autres, alors scrutez bien tout ce qu’il se passe sur les parquets cain-ri ces prochaines semaines et n’hésitez pas à réagir et à argumenter en faveur de votre chouchou…

source image : jocksandstilettojill.com

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top