Defensive Rankings

DPOY Rankings – Novembre : Kawhi Leonard pose une option, Hassan Whiteside en embuscade

DPOY

Le franchise player des Spurs et la tourelle du Heat ont pris quelques longueurs d’avance. Draymond Green et Rudy Gobert ne traînent pas loin.

Premier véritable DPOY Ranking de la saison après la présentation des dix candidats les plus crédibles à cette récompense le mois dernier. On se rend compte que certains ont déjà bien investi leur mission de stoppeur ultime, quand d’autres ont encore le frein à main. Un duo se dégage ainsi en tête des charts, avec d’un côté l’homme à tout bien faire des Spurs et de l’autre, une tourelle floridienne quasiment imprenable. C’est parti pour ce DPOY Ranking du mois de novembre et un conseil, si vous croisez l’un de ces mecs sur un trottoir, passez en face.

Place Joueur Commentaire

1

Kawhi Leonard    Kawhi Leonard Le mec a tellement des mains immenses qu’en plus de s’être saisi de la destinée des Spurs, il a également choppé une partie du trophée dès le mois de novembre. Kevin Durant ? Géré. Carmelo Anthony ? Éteint. C’est bien simple, pas un mec ne peut se vanter cette année de l’avoir fait à l’envers à Kawhi. Et pour couronner le tout, ses Spurs nous offrent déjà un jeu et des résultats quasi-parfaits. Franchement ? Pour aller chercher le DPOY à Kawhi Leonard cette année, il faudra soit être très fort, soit carrément le lui arracher des mains le soir de la cérémonie.
Statistiques : 7,8 rebonds, 1,3 contre, 1,9 interception (et 22,2 points à 51,6%, accessoirement)

2

Hassan WhitesideDikembe Mutombo Et s’il en est un qui en est peut-être bien capable, c’est bien la tour de contrôle du Heat. Paraissant parfois être un adulte entouré d’enfants, Hassan est un contreur comme on n’en a vu que très peu depuis un bon moment, à une époque peut-être où Dikembe Mutombo agitait encore son index dans toutes les salles NBA. Si le bonhomme se pointe concentré à chaque match et ce pendant toute la durée des rencontres (c’est pas gagné hein), on le sent tout simplement capable d’envoyer un triple-double tous les soirs avec ses crêpes. Capable de rejeter autant de ballons en une seule action que plusieurs joueurs NBA dans une carrière, Hassan est un monstre comme on n’en fait plus. Le challenger idéal pour Kawhi ?Statistiques : 11,2 rebonds et 4,7 contres, une déf collective au top

3

Draymond Green     Draymond Green Le début de saison des Warriors est tellement parfait que l’on en oublierait presque que de temps en temps… bah les mecs défendent. Et en premier lieu ce bon Draymond Green, qui a repris ses bonnes habitudes en venant quasiment à chaque match poser des problèmes aux postes 4 et 5 adverses grâce à une intelligence et une mentalité parfaites pour pouvoir prétendre à ce trophée. Le dauphin de l’an passé veut devenir le requin de 2016 et si pour le moment les 125-110 de GS ne vont pas forcément en sa faveur, on sait que c’est dans les matchs importants que la défense prend le pas sur l’attaque. Dray et les Dubs ont déjà montré qu’ils étaient capable de hausser le ton de ce côté-là, pas de raison pour que ça ait changé…
Statistiques : 8,2 rebonds, 1,4 contre, 1,1 interception, la meilleure équipe de tous les temps de la Ligue

4

     Rudy Gobert           Rudy Gobert Attention messieurs dames, notre étendard national est là et bien là. Absent pendant trois matchs à cause d’une cheville tordue face à Cleveland, le pivot du Jazz est revenu aux affaires et il est déjà installé, à 23 ans, parmi les tous meilleurs protecteurs d’arceau de la Ligue. Ça envoie des bâches à foison, ça chauffe les salles, et même si le petit Rudy prend relativement souvent le tarif en se retrouvant sur les plus beaux posters dispos en magasin, c’est tout simplement car il n’a jamais peur d’aller chercher le contact, que ce soit Andrew Wiggins ou Earl Boykins en face. Un “déjà très fort”, un “futur très grand”.Statistiques : 10,9 rebonds, 2,6 contres, 0,9 interception, une def collective au top.

5

DeAndre Jordan  DeAndre Jordan On a beau vouloir critiquer la défense collective des Clippers et les voir prendre une valise de points de temps en temps, il n’en demeure pas moins que peu de pivots en NBA peuvent se targuer d’être aussi efficaces lorsqu’il s’agit de dévier les attaques adverses. Un combo “présence défensive/physique d’alien” peut-être inégalé dans la Ligue, qui lui permet cette année encore d’aligner de grosses moyennes dans les catégories statistiques qui nous intéressent. Alors on a beau faire les rabats-joies, DeAndre Jordan est bel et bien à sa place dans ce DPOY Ranking. Peut-être pas encore assez efficace pour squatter le podium, mais il faudra quand même compter sur Dédé cette année !
Statistiques : 13,1 rebonds, 2,7 contres, 0,6 interception

6

     Jimmy Butler          Jimmy Butler LeBron James, Paul George, peut-être James Harden… Il existe peu de mecs dans cette ligue capables d’être à la fois le leader de leur franchise en attaque ET en défense. Jimmy Buckets fait partie de ceux-là et, n’en déplaise à Joakim Noah et sa verve offensive ou à Pau Gasol et sa hargne en défense, il est cette année le patron des Bulls des deux côtés du terrain. Une sacrée performance quand on sait qu’il doit chaque soir se coltiner la re-sta adverse tout en s’évertuant à remonter les pourcentages au tir de son équipe, ces derniers étant sacrément mis à mal par Derrick Rose et ses briques. Et même s’il ne doit pas partager “exactement” les mêmes principes défensifs que son coach, Jimmy est bien là, à prendre plaisir à mettre des bâtons dans les roues du premier vélo venu….
Statistiques : 5,1 rebonds, 0,9 contre, 2 interceptions
 

7

Anthony Davis        Anthony Davis Impossible de passer sous silence les statistiques défensives de l’Unibrow, malgré un physique toujours défaillant et un début de saison très compliqué pour ses Pels. Pour la domination du monde on repassera dans quelques temps, mais pour ce qui est de défendre son panier, pas besoin de lui demander deux fois. Ok c’est beaucoup plus facile quand on a des bras de six mètres de long mais finalement pas tant que ça, sinon Hasheem Thabeet serait All-star. Seul vrai rempart intérieur de NOLA puisqu’Alexis Ajinca est resté dans la Loire et Omer Asik à Antalya, il doit se charger de tout quand les golgoths adverses débarquent sur son territoire. Et ça tombe bien puisqu’il le fait plutôt très bien…
Statistiques : 10,5 rebonds, 2,4 contres, 1,1 interception, une barre sourcillière

8

Avery Bradley     Avery Bradley Le petit arrière des C’s est cette saison l’une des très bonnes surprises du roster de Brad Stevens. Car en plus des compétences défensives qu’on lui connaît, on a découvert depuis quelques semaines un shooteur prolifique, prenant de plus en plus de place dans les systèmes offensifs de son coach. En défense, puisque c’est quand même un peu pour ça que l’on est là, il forme cette année un trident quasi infaillible avec Marcus Smart et Jae Crowder, faisant de chaque match face au TD Garden un véritable cauchemar pour les extérieurs adverses. Une valeur sûre dans sa partie de terrain, l’un des leaders de cette jeune équipe qui surprend en ce début de saison.
Statistiques : 16,1 points, 1,7 interception et une marge de progression énorme

9

     Marc Gasol          Marc Gasol Le début de saison a été compliqué pour le DPOY 2013 et pour Memphis en général mais tout semble petit à petit rentrer dans l’ordre. Et même si la défense des Grizz’ a pour l’instant encore du mal à être aussi performante que lors des opus précédents, on sent bien le Marco de retour en forme dans sa moitié de terrain. Peut-être l’un des joueurs le plus intelligents du circuit, et avouez que ça aide…
Statistiques : 7,2 rebonds, 0,9 contre, 0,6 interception mais une sieste pas encore terminée

10

         Tony AllenTony Allen Même constat que pour l’ami Marco puisque les Oursons ont eu du mal à démarrer leur saison et que la défense de Tony et de ses partenaires n’est pas encore tout à fait en place. Sauf que lorsque l’on s’appelle Tony Allen, on a sa place d’office dans ces lignes. Bah oui, on connaît l’animal hein… Et on sait surtout que lle mec est au moins aussi doué pour louper des lay-ups à la pelle que pour faire sortir n’importe quel joueur de son match. Alors même si Tony n’a pas encore, pour le moment, sorti son match référence de la saison en défense, ça devrait venir très prochainement…
Statistiques : 3,9 rebonds, 1,7 interception, une muselière encore bien serrée

Voilà voilà, on en a fini avec ce DPOY Ranking du mois de novembre, avec déjà deux candidats affirmés pour s’en aller rafler la récompense en fin de saison. On attend toujours James Harden, Stephen Curry et tout le roster des Lakers dans ce classement mais pour le moment, c’est bel et bien les grandes mains de Kawhi et d’Hassan qui veillent sur le trophée…

source image : montage TrashTalk – cbssports.com / nba.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top