Celtics

Aron Baynes devrait rester à Boston la saison prochaine : les Celtics ont foi en leur viking

Aron Baynes
Source image : YouTube

Arrivé l’an dernier à Boston avec sa hache et son violon, Aron Baynes a réalisé une belle saison. Suffisamment pour charmer le management des Celtics et continuer l’aventure ? Oui, apparemment.

L’info nous vient de ce cher Sherrod Blakely, qui bosse pour NBC Sports Boston et en connaît un bout sur ce qui se passe dans les coulisses de la franchise locale. Comme on le sait, nombreuses seront les décisions à prendre cet été avec notamment le dossier Marcus Smart à devoir régler ainsi que quelques têtes avec lesquelles il faudra parler (Marcus Morris bientôt en dernière année de contrat). Mais si les scoreurs sont disponibles dans le Massachusetts, les distributeurs de tartes le sont moins et on connaît la légèreté du secteur intérieur des Celtics. C’est dans cette faible peinture que Baynes a joué des coudes et des épaules pour devenir un des chouchous du TD Garden. Environ 6 points, 5 rebonds et 12 hustle plays par match, c’est ce qui était demandé au géant. Parfois calé avec Al Horford pour un cinq de grande taille, parfois bombardé en sortie de banc pour faire souffler le All-Star, Baynes a été parfait dans son rôle et on ne demandait pas vraiment plus au niveau statistiques. Mettre son corps en opposition, poser des écrans 36 pouces et faire lever la foule, c’était son job. Un job qu’il a avoué vouloir continuer sous le maillot vert, mais on sait que l’ami Danny Ainge est souvent tourné vers son business et pas vraiment vers ce que ses joueurs désirent. Du coup, quels sont les derniers signes du côté de Boston ? Positifs, apparemment, puisque plusieurs sources au sein de la Ligue ont indiqué à Sherrod Blakely que les Celtics ont de fortes chances de conserver leur pilier.

Maintenant, comment cela peut se passer, concrètement parlant ? Il n’y a pas 36 solutions. Déjà, d’un point de vue salarial,la franchise aux 17 titres va bientôt rentrer dans des situations compliquées au sein de son effectif, avec Al Horford et Kyrie Irving potentiellement agents libres l’an prochain, Jayson Tatum et Jaylen Brown qu’il faudra nourrir à l’avenir, Terry Rozier avec qui discuter dans un an et tout cela en restant dans les hauteurs de la Conférence Est. La bonne nouvelle, c’est que Baynes ne va pas débarquer en kilt le 1er juillet dans le bureau de Danny Ainge en demandant un contrat max. Un contrat se situant entre 5 et 8 millions l’année serait quelque chose de tout à fait concevable, sans trop se rapprocher de la mid-level exception que les Celtics voudront probablement utiliser différemment. Sachant que l’intérieur a dit depuis quelques temps qu’il voulait rester sur place sans changer de rôle, on peut éventuellement compter sur un effort de sa part, d’autant plus que le marché sera particulièrement serré pour les pivots cet été. Tous les signes pointant vers une prolongation, on devrait retrouver Baynes et ses bras de bûcheron dans la raquette de Brad Stevens à la rentrée, histoire de former le petit nouveau Robert Williams et pourquoi pas continuer à distribuer des tartines à ceux qui arrivent en retard.

Si elle est loin d’être spectaculaire, la doublette Horford-Baynes a marché du tonnerre cette année et les Celtics le savent. Offrir à Al son remplaçant favori, c’est une priorité qui devrait être rapidement réglée à Boston.

Source : NBC Sports Boston

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top