Lakers

LiAngelo Ball va être testé par les Lakers : ok, mais laisse papa en Lituanie !

LiAngelo Ball

Attention à l’overdose de Ball quand même.

Source image : Youtube

Après Lonzo Ball, les Lakers pourraient bien donner une chance à son frère, LiAngelo. Envoyé en Lituanie par son père la saison passée, LA va être testé mardi. On nous dit dans l’oreillette que l’oncle devrait aussi postuler pour devenir assistant, la tante pour aider les kinés, et le cousin, concierge au Staples Center.

On ne va se mentir, voir débarquer LiAngelo Ball aux Lakers ne fait pas franchement rêver d’un point de vue strictement sportif. En revanche, on connait le potentiel marketing de la famille dans leur ville fétiche. Mais bon, ne nous enflammons pas, son avenir en NBA est loin d’être assuré ! Paumé en Lituanie avec son frère, il n’a même pas été retenu parmi les 69 invités pour le NBA Draft Combine. Snobé de l’événement regroupant les meilleurs prospects du monde censé permettre à ces derniers de montrer toutes l’étendue de leurs capacités physiques (détente, vitesse latérale, etc…) et techniques, le frangin de Lonzo va pouvoir s’illustrer mardi chez les Lakers, lors d’un entraînement avec toute la team. Il devra faire ses preuves sous les yeux du président Magic Johnson et du GM Rob Pelinka. Autant dire que le fils du PDG de Big Baller Brand ne doit pas se chier dessus. D’autant plus que d’autres petits camarades tenteront de convaincre les Californiens comme Jaylen Adams de St. Bonaventure, Thomas Welsh de UCLA, Devon Hall de Virginia, Tyus Battle de Syracuse et Dusan Ristic de l’Arizona. De toute manière, on saura si Lonzo et LiAngelo vont se retrouver sous le maillot purple and gold que le 21 juin, soir de la Draft 2018 où les Lakers détiennent les 25ème et 47ème choix. Sans manquer de respect à l’ami LiAngelo, être péché au second tour serait déjà un miracle et surtout un sacré coup de com de Magic. Pris ou pas pris, le deuxième de la fratrie a déjà bien dragué Los Angeles au micro d’ESPNLA radio.

« Les Lakers sont ma priorité. C’est certain. Je veux jouer avec mon frère. Nous sommes toujours restés invaincus quand nous avons joué ensemble. En vieillissant, on va devenir plus forts, plus rapides et on aura un meilleur feeling pour le jeu. Je suis disposé à jouer pour d’autres équipes, mais ma priorité est de jouer avec mon frère. »

On le sait, il y a rien de nouveau là-dedans, LaVar Ball veut réunir ses trois fistons à Los Angeles. La première étape a été passé et avec succès puisque Lonzo Ball a été choisi en deuxième position lors de la Draft précédente. Celui qui a claqué la belle moyenne de 10,2 pions, 6,9 rebonds et 7,2 caviars par match (avec des pourcentages au shoot plus que douteux) a également été élu dans la All-Rookie Second Team malgré des pépins physiques l’éloignant des parquets pendant une vingtaine de rencontres. En revanche, la deuxième mission de notre bien aimé LaVar s’annonce un poil plus complexe… Si l’aîné a fait oublier les envolées lyriques du père, le second de la fratrie a un peu plus galéré. D’abord retiré d’UCLA par papa après une histoire de vol à l’étalage en Chine, LiAngelo a été envoyé (toujours par son paternel) dans le monde professionnel avec son petit frangin, LaMelo Ball. En signant un contrat avec le club de Prienai en Lituanie, Li Ball devait mettre ses qualités de basketteur en lumière. Au final, l’expérience a été décevante malgré une ligne de stats à 12,9 points, 3,1 rebonds, 0,9 passe de moyenne par match, le tout à 42,5% au tir dont un 40% de loin en 22 minutes sur 15 rencontres.

Par pitié Magic, ne sélectionne pas LiAngelo ! Avec ses deux fistons en Lituanie, LaVar nous avait laissé tranquilles mais si par malheur on retrouvait son deuxième rejeton en NBA la saison prochaine, nous allons avoir le droit à des déclarations (et pas les plus pertinentes) tous les matins. Ça nous étonnerait même pas qu’il lâche des « Lonzo-LiAngelo, le duo le plus talentueux de NBA » ou encore « LiAngelo devrait être All-Star dès sa première saison ». Et ce, même s’il tourne à 3 points, 2 rebonds et 1,5 assist.

Source texte : ESPNLA Radio

2 Commentaires

2 Comments

  1. LostDreamer

    28 mai 2018 à 5 h 35 min at 5 h 35 min

    Putain pitié non, j’adore Lonzo et c’est sans aucun doute un très grand playmaker pour les 15 prochaines années mais pitié qu’il ne nous ramène pas les frères Boulet, LiAngelo ce joueur dégueulasse même pas foutu de trouver son poste sur le terrain et incapable de dominer des enfants de 20ème division ukrainienne et Melo le gars qui à laissé son cerveau au vestiaire et joue comme sur 2k incapable de lâcher la gonfle alors qu’il est a 1-17 au shoot… Et je parle même pas de papa Boulet qui ne battrait pas Javale McGee au cluedo (ou en 1v1 d’ailleurs)

  2. golgoth113

    28 mai 2018 à 7 h 19 min at 7 h 19 min

    Il y a pire que d’être mauvais: ne pas avoir de chance! Cela pourrait bien être là cas des Lakers s’ils recrutait ce jeune homme pour de la com… Pitié Magic,concentre-toi sur PG13 ou CyBron James !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top