Timberwolves

Preview Game 4 Wolves – Rockets : comportement de leader attendu pour Houston

Rockets

Le Big Three des Rockets est beaucoup moins efficace lorsqu’il fonctionne en courant alternatif.

Source image : Rockets

On l’a vu hier après la victoire de Washington sur Toronto, être leader d’une Conférence ne signifie pas pour autant rouler à 130km/h sur la concurrence. Et Houston est loin de rouler sur les Wolves en ce moment puisque les Texans pourraient même se faire rattraper à 2-2 ce soir à 2 heures du matin. 

Tenir l’équipe possédant le meilleur bilan de la Ligue à 104 petits pions par match alors qu’ils en plantaient 112 en saison régulière, c’est le pari fou qu’est en train de gagner Tom Thibodeau, le coach des Wolves. Si on savait que le Thibs se focaliserait sur cet aspect du jeu, on ne s’attendait nullement à ce qu’il cadenasse autant l’attaque en 7 secondes de Mike D’Antoni, et encore moins à ce qu’il arrive à prendre un match. Le sweep, Minnesota l’a évité, en allant gagner à la maison (121-105) avec la manière et un collectif retrouvé, autour de Karl-Anthony Towns et Jimmy Butler qui ont eu de l’impact offensivement avec respectivement 18 et 28 points. Ces chiffres ne relèvent cependant pas la caractéristique principale de cette série, qui pourrait la faire basculer si les choses n’évoluent pas : Houston n’y arrive pas en attaque, ou difficilement. Les hommes du banc n’ont pas le même impact que les titulaires, et se font parfois cueillir par les loups affamés de Minneapolis, leur permettant au passage d’en coller 121.

La clé du match : l’attaque des Rockets et la profondeur de banc 

Ce n’est pas avec un Eric Gordon à 5 sur 16 au shoot que Houston pourra espérer gagner facilement cette série, ni en comptant uniquement sur les exploits de James Harden. Ses 44 points au Game 1 cachent bien la forêt, car dans ce match, Chris Paul s’est troué avec un sale 5 sur 14 au tir. Dans le second acte, c’est The Beard qui sombrait, avec un pas moins dégeulasse 2 sur 18, laissant CP3 et Gerald Green s’occuper de la victoire. Clint Capela a pris le relai de la mauvaise prestation avant-hier, à seulement 7 points, malmené à l’intérieur par un KAT qui avait pour l’occasion retrouvé ses griffes. Les Texans devraient songer à être bons tous en même temps dans cette série, car leur Big Three semble toujours être à contre temps. Même si la baraque tient avec deux piliers sur trois, il suffirait qu’un autre se casse la gueule en même temps pour permettre aux Wolves de la démolir. Minnesota a prouvé qu’ils en étaient capable, dans un Target Center on fire. Le banc jouera également un rôle déterminant dans le Game 4. Force des Rockets, tant on pourrait faire jouer leur second unit et pouvoir espérer être en positif sur la saison, ils n’ont pas trouvé le moyen de réellement dynamiter leur team dans le Match 3. Peut-être serait-il temps de lancer un Joe Johnson des familles, qui peut se targuer de rester clutch et important à 36 balais.

D’Antoni devra trouver les réponses à l’attaque balbutiante des Rockets, s’il ne veut pas que la série contre Minnesota ne tourne en film à rebondissements comme l’est pour l’instant un Toronto – Washington. Houston doit se comporter en first seed, et faire que son Big Three soit l’arme redoutable et fiable qu’elle a été durant toute la saison régulière. Break ou égalisation inattendue ? On le saura cette nuit. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top