Raptors

Premier carton du printemps pour DeMar DeRozan : 37 points contre les Wizards, c’est même tombé du parking

Il fallait enfoncer le clou, pour faire taire tous les haters qui doutaient encore que Toronto pouvait prendre une série de Playoffs par le bon bout. Le job a été assuré, notamment par DeMar DeRozan, qui a voulu calmer les critiques après un Game 1 peu abouti de sa part.

Un grand DMDR, c’est exactement ce qu’il fallait aux Raptors pour rapidement prendre les voiles dans ce Game 2 et se mettre à l’abri d’un retour de Washington. Même si une tentative de come-back a été réalisée par John Wall principalement, Toronto est resté souverain sur ses terres, s’offrant un voyage en avion plus paisible vers la capitale américaine. Car rassurés, les leaders de la Conférence Est ne l’étaient pas avant d’entamer cette série du premier tour des Playoffs. En effet, jamais les Canadiens n’avaient gagné un Game 1 dans leur histoire. Une statistique qui faisait tâche mais qui correspondait à la tendance des deux All-Stars de l’équipe, Kyle Lowry et DeMar DeRozan, à disparaître dès les premières heures de la postseason. Souvent à l’aise en saison régulière, le backcourt de Toronto a traditionnellement du mal à se mettre dans sa série et à dompter l’enjeu des Playoffs. La victoire lors du premier match de cette série du premier tour a donc eu pour effet de relâcher les joueurs de Dwane Casey qui ont pu enfin dérouler leur jeu dans la nuit de mardi à mercredi pour porter l’écart à 2-0.

Un succès de plus de dix points qui s’est dessiné dès les premières minutes de la rencontre grâce au véritable franchise player des Dinos. Car de débat, il n’y en a plus pour savoir qui de l’arrière ou du meneur porte son équipe. Le Californien a réalisé toute sa carrière à Toronto et en est même devenu le meilleur marqueur de son histoire la saison dernière. Hier soir, c’est lui qui a mis les Raptors sur orbite pour leur permettre de remporter le premier quart-temps 44 à 27. Avec 13 unités au compteur au bout de 12 minutes, le All-Star n’a pas relâché la pression, continuant d’alterner entre les drives dans la raquette et les mid-range dont il est l’un des plus fervents utilisateurs à l’ère du parking. Mais c’est bien dans le périmètre que le natif de Compton a fait la différence hier soir avec trois tirs primés sur six tentatives. Il nous a peu habitués à le voir dans ce registre avec une adresse extérieure de 31,2% cette saison qui tombe même à 28,9% en carrière. Alors s’il commence à rentrer des triples, la concurrence peut commencer à se cacher parce que c’est encore une toute autre équipe qu’ils vont voir débarquer.

Hier, le carnage s’est arrêté à 37 points, 5 rebonds et 4 passes à 14/23 au tir et donc un joli 3/6 derrière l’arc. Un joli career-high égalé en Playoffs, de quoi aborder la suite de la série avec sérénité pour Toronto. Et ce n’était pas gagné d’avance.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top