Los Angeles Clippers

Preview Clippers – Pelicans : un match capital dans une course aux Playoffs effrénée

Tobias Harris

« Anthony Davis en face de moi ? Même pas peur. »

Source image : NBA League Pass

Joli duel de la Conférence Ouest à vivre cette nuit à 4h30 du matin, entre deux équipes en pleine bourre. Les Clippers, neuvièmes, reçoivent les Pelicans, surprenants quatrièmes du combat acharné qu’est la lutte pour les Playoffs sur la côte Pacifique des États-Unis. L’opposition entre les deux hommes en forme, au poste 4, Tobias Harris pour Los Angeles contre Anthony Davis pour New Orleans, promet un match engagé et très offensif.

On n’attendait peut-être pas les deux équipes de la rencontre de ce soir aussi bien à cette période de l’année. Pour les Clippers, le départ de Griffin le 30 janvier vers Detroit sonnait fort comme une fin des espoirs de qualification pour la postseason. Et bien, la franchise de L.A. est en train de surprendre tout son monde. Lors du trade de BG, le bilan des Californiens était tout juste à 50% (25 victoires pour 25 défaites). Depuis début février, les Angelinos réalisent de solides prestations au vu de leurs moyens, et restent sur une série de 9 succès pour seulement 3 désillusions. Largement dans le positif, les Clippers ne sont qu’à un demi-match des Nuggets, huitièmes à l’Ouest. Ils sont encore bien dans la course pour aller se frotter à un des cadors de cette Conférence lors du premier tour des Playoffs. En ce qui concerne New Orleans, la terrible blessure de DeMarcus Cousins, le 27 janvier, semblait sonner le glas des velléités d’accession au top 8. Un temps de flottement plus tard (1 victoire pour 5 revers), alors que Boogie a laissé Anthony Davis orphelin, le Monosourcil est passé en beast mode, en emmenant sa franchise sur ses larges épaules : huit victoires d’affilée, série en cours pour les Pelicans. Depuis le All-Star break, AD tourne à (mouillez-vous bien la nuque) 34,8 points, 15,2 rebonds, 3 contres et 2,6 steals par match. Il a permis à la franchise de La Nouvelle-Orléans de faire mieux que résister, en étant pour l’instant en position d’avoir l’avantage du terrain au premier tour des Playoffs. Les statistiques de Tobias Harris paraissent dérisoires à côté de celles de l’étrange volatile. Ceci dit, c’est bien son essor qui permet aux Clippers de surnager. Depuis le All-Star Weekend, il produit en moyenne 20,8 points, 6,7 prises et 3,5 assists par match, soit des chiffres qui dépassent allègrement ses moyennes cette saison. Accompagné par un collectif bien huilé, il s’apprête à recevoir l’homme le plus chaud du monde depuis un mois, et cela va donner une confrontation alléchante, plaisante à regarder.

On ne peut pas vraiment dire qu’une équipe a l’avantage sur l’autre pour cette rencontre entre Clippers et Pelicans. Même si l’écart de places au classement paraît grand (cinq places), il n’y a que deux matchs de différence entre ces deux écuries. La franchise de Steve Ballmer évoluera cette nuit au Staples Center, ce qui ne devrait pas forcément déranger les joueurs de la Big Easy, qui ont un bilan positif à l’extérieur cette saison (19 matchs remportés – 17 perdus). Si on regarde les confrontations déjà disputées cette année, balle au centre également, puisque les deux franchises se sont partagées les deux premières rencontres : 111-103 pour les locaux au Smoothie King Center, puis 112-103 pour les Angelinos à domicile. Il faudra donc sans doute regarder du côté des facteurs X pour ce qui est de faire la différence cette nuit. Jrue Holiday est en chaleur ces derniers temps, il pourrait être l’élément déterminant pour les Pelicans. Lou Williams, lui, est certes en légère baisse de forme, mais il est capable de sortir de sa boîte en fin de quatrième quart-temps pour plier la partie. NOLA devra se passer de Solomon Hill, qui a tout juste repris l’entraînement en cinq contre cinq. Leur dernière recrue, Emeka Okafor, est lui en day-to-day à cause d’un petit souci à la cheville. Le dernier arrivé chez les Clippers pourrait lui essayer de marquer des points en vue d’une prolongation de contrat. Sean Kilpatrick a en effet signé un contrat de 10 jours dans l’équipe de Doc Rivers, ce qui pourra compenser les absences d’Avery Bradley, Danilo Gallinari, et probablement Tyrone Wallace. Quelques blessés à relever donc, mais rien qui n’empêchera un match haletant entre AD, élu meilleur joueur de la semaine à l’Ouest, ses sbires et le collectif de L.A. qui aura fort à faire pour stopper The Unibrow. En cas de victoire de New Orleans, ils pourraient prendre un peu de distance avec la neuvième place actuelle des Clippers. Alors que si ces derniers s’imposent, et que Denver ne bat pas Dallas ce soir, ils repasseraient du bon côté de la barrière en vue des Playoffs.

120,4 points de moyenne sur les huit dernières rencontres des Clippers, 126,8 unités dans le même laps de temps pour les Pelicans, ça va scorer dans tous les sens au Staples Center à partir de 4h30 du matin. Soyez prêts, la rencontre de cette nuit va être bouillante entre « tous les bateaux (Clippers), tous les oiseaux (Pelicans) » que chantaient Michel Polnareff. Reste à déterminer qui sortira vainqueur du duel entre volatiles et voiliers.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top