Thunder

Le Thunder s’incline face à de solides Nets, 100 à 95 : trois pas en avant et huit pas en arrière pour OKC…

Thunder
Source image : NBA League Pass

Ce qui est bien avec le Thunder cette saison, c’est qu’on sait un peu à quoi s’attendre. Ou du moins, on commence à comprendre. Un bon match ? De la merde derrière. Défaite contre Brooklyn, ça c’est propre.

Et on ne dit pas ça en pointant les Nets du doigt, comme s’il s’agissait d’une équipe de G-League qui était tombée par hasard au Mexique ce jeudi. Non, clairement, que ce soit grâce à la défense de Caris LeVert et les belles initiatives de Spencer Dinwiddie, les hommes de Kenny Atkinson méritaient leur victoire. Ils étaient déjà en plein dans l’actu suite au transfert de Jahlil Okafor, mais les soldats de Brooklyn ont ponctué cette belle journée en tapant OKC sur un type de jeu assez simple. Le concept ? Jouer 48 minutes et rester disciplinés, tant que le buzzer final n’a pas sonné. Une méthode que le Thunder ne connaît apparemment pas, puisque c’est une nouvelle désillusion qui a été validée par Carmelo Anthony et ses potes après une victoire pourtant chouette à domicile. On en parlait en ce début de semaine avec un enthousiasme vrai, en se disant que ce serait peut-être le début de quelque chose de sérieux. Que Russell Westbrook et sa bande allaient peut-être aborder les prochaines rencontres avec un peu plus de professionnalisme, donc en retroussant les manches de la première à la dernière minute. Ouais, bah non. Tout faux. Après un début de match séduisant et une attaque qui trouvait ses repères, les poulains de Billy Donovan ont craqué en seconde période, ne scorant que 37 points et se faisant rattraper par des Nets juste solidaires. Tout le contraire d’OKC, dont les joueurs semblaient plus déconnectés les uns des autres.

La faute à qui ? On aimerait bien avoir la réponse ma p’tite dame, mais difficile à dire. Ce qu’on sait, c’est que Paul George n’était pas là suite à un pépin au mollet. Ce qu’on sait aussi, c’est que ce n’est pas une raison pour s’incliner aussi salement contre Brooklyn. Limite, en regardant le money-time, pouvions-nous croire que les Nets étaient l’équipe de vétérans et qu’en face se trouvait une armée encore en recherche d’identité. Ce qui n’est pas totalement faux, mais quand tes vétérans sont les premiers à vouloir construire le mur de Donald Trump à la frontière mexicaine (15/47 au tir pour Melo et Westbrook), ça la fout mal. Et on ne dit pas ça parce que le match avait lieu au sud des States, on dit ça car normalement, quand t’es dans un match serré contre Brookly, avec le MVP en titre dans ton équipe et un des types les plus clutch de sa génération, tu te dis que ça va aller. Au lieu de ça ? LeVert s’est mis Russ dans la poche arrière, Melo s’est mis deux trois burritos dans les poches avant, et le Thunder a réussi à effacer les efforts du dernier match contre Utah avec un nouveau résultat décevant. Les jours s’enchaînent mais les progrès ne sont pas là, trois pas en avant et huit pas en arrière pour OKC.

Hommage aux Nets, qui ont vécu un merveilleux jeudi entre transfert de Jahlil Okafor et victoire face au Thunder. Mais hommage aussi à Oklahoma City, qui ne cesse de nous épater dans son manque de régularité. 

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top