Grizzlies

David Fizdale viré par les Grizzlies : bombe à Memphis dans un bordel déjà bien consistant

David Fizdale
Source image : Youtube

L’information est tombée telle une bombe ce lundi soir. Sur une série de 8 défaites consécutives, David Fizdale a été viré par les Grizzlies, ce qui a étonné pas mal d’observateurs compte-tenu de ce qu’on voyait en surface à Memphis.

Que ceux qui avaient prévu l’éviction du coach lèvent la main. Très bien, sortez. Qu’on ne nous fasse pas croire que c’était si prévisible que cela, il y avait certes de potentiels éléments menant à un début d’embrouille ou de discussions futures à avoir, mais voir Fizdale se faire remercier en plein mois de novembre n’était pas prévisible. Point barre. Une raison simple à cela ? Avant que Memphis ne tombe dans sa spirale infernale, notamment ponctuée par l’absence de Mike Conley, on parlait d’un cador de ce début de saison à l’Ouest, les oursons démarrant leur campagne avec 7 victoires en 11 matchs. Sept, sept, sept, un compteur qui restera bloqué à sept puisque ce sont 8 revers consécutifs qui viendront plomber l’ambiance locale. Et en point d’exclamation de cette chute déprimante ? La défaite contre Brooklyn dimanche soir, suivie par les propos piquants de Marc Gasol. On se demandait justement quelle serait la suite, après avoir vu Wendigo regarder la fin du dernier match sur son banc plutôt que sur le terrain. Et bien la suite on l’a découverte rapidement, puisque c’est Adrian Wojnarowski qui a envoyé la bombe en fin de soirée ce lundi : Fizdale renvoyé, JB Bickerstaff envoyé en intérimaire, grosse ambiance chez Winnie et ses potes. Forcément, sur la planète basket, l’onde de choc a été puissante, suffisamment pour que de nombreux joueurs expriment leur étonnement. LeBron, Wade, Isaiah, Lillard et tant d’autres sont venus en soutien, pour souligner leur frustration devant un tel choix de management.

Sauf qu’apparemment, il ne s’agissait pas d’un simple carton jaune transformé en soudain carton rouge. Non, Fizdale n’a pas été renvoyé parce qu’il a perdu contre les Nets et les Mavs, même si entre nous on pourrait tout à fait utiliser ce motif vu le niveau de jeu de ces deux équipes cette saison. Plus sérieusement, c’est pour une situation devenue apparemment ingérable et imposant un choix précis que les supérieurs de Memphis ont tranché. Pour dessiner grossièrement ? Disons que c’était Gasol ou son coach. Cet été, déjà, des incompréhensions et événements perturbants avaient troublé la relation entre Fizdale et son pivot, ce qu’on ne pouvait forcément deviner tant les Grizzlies peuvent parfois opérer dans l’ombre. Alors certes, on pouvait voir que l’amour et la joie ne régnait pas entre Marco et son entraîneur, mais de là à voir l’un des deux tomber aussi rapidement dans la saison, pas sûr. C’est donc une nouvelle assez marquante qui a frappé le Tennessee ce lundi, et qui symbolise aussi l’incompétence d’un management douteux jusque là. Chris Wallace en tête, quelques génies autour, difficile d’aligner quatre récentes bonnes décisions venant d’eux, la dernière étant assez incompréhensible. Car même si on peut ne pas apprécier Fiz et son coaching, on parlait quand même d’une figure sérieusement intégrée dans le paysage, avec un Take that for data mémorable et un vrai début de boulot dans la communauté. Tout ça pour un chambardement soudain, c’est plutôt tendax.

Que penser, du coup, côté Grizzlies ? Bickerstaff n’inspire pas grand chose, le calendrier est hardcore, Conley est toujours absent, et Gasol est limite étiqueté “vireur de coach” après ce dernier enchaînement. On aimerait bien tendre du positif pour les fans de Memphis, mais ce n’est clairement pas aujourd’hui qu’on va sortir le miel et se régaler…

Source : ESPN


1 Comment

1 Comment

  1. celticonico27

    28 novembre 2017 à 15 h 55 min at 15 h 55 min

    C’est Danny Ainge qui doit être content

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top