Sixers

Joel Embiid se paye Donovan Mitchell en quatre parties : contre, trashtalking, flop et faute technique

Joel Embiid
Source image : Montage nba league pass

Dans la victoire des Sixers cette nuit face au Jazz (107-86), Joel Embiid a réalisé une séquence qui – pour nous fans de trashtalking – peut-être installée au sommet de cette saison : du blabla comme on adore.

On va évidemment parler davantage de cette rencontre, car il y a bien des choses à dire et notamment sur la grosse performance de Ben Simmons ou le bon apport d’Amir Johnson, mais il fallait qu’on commence par le plus marquant. Le plus excitant, le plus funky, le plus Joel quoi. Opposé aux jeunes du Jazz, l’intérieur n’était pas sûr de participer à la rencontre à la base mais quand son corps lui a donné le feu vert, le géant ne s’est pas gêné. Rentrant ses moves au poste et claquant quelques petites célébrations ici ou là, Embiid montait doucement en température mais c’est dans le quatrième quart-temps que le vase déborda. Naïf tel un rookie, Donovan Mitchell tente de pénétrer dans la raquette des Sixers mais se fait gentiment rejeter par le Process. S’en suit alors un combo qui dépasse toutes les notes données jusqu’ici cette saison, dans l’art du trashtalking. Joel fixe le gamin du regard, histoire de bien appuyer son contre, Mitchell se relève pour bousculer son bourreau, et soudain… Embiid ne fait plus que 25 kilos.

S’effondrant telle une crèpe sur un carrelage glacé, le Camerounais nous sort sa plus belle version du flop à la Ginobili, sous les yeux d’un arbitre forcément obligé de devoir siffler quelque chose. Et hop, faute technique pour Donovan ! Sauf qu’en étant parfaitement conscient de son coup de maître, Joel mime le geste, se relève en souriant et demande au public du Wells Fargo Center de se lever. Autant ajouter le fait qu’il réalisera le célébration de la mitraillette un poil plus tard, sur un and-one plein de finesse qui fait péter un plomb à Derrick Favors. Alors certes, le blabla d’Embiid irrite du monde et les défaites auront parfois de sales gueules. Mais comment ne pas afficher un sourire allant d’une oreille à l’autre, quand on voit autant de confiance, et de connaissance des petits détails du jeu ? Les rookies veulent se faire respecter, pas sûr que Mitchell ait réussi sur ce coup-là. Quand on entre dans la maison de Joel, on respecte les règles, sous peine de finir humilié.

Il y a des notes qu’on peut donner en trashtalking, et il y a des séquences qui ne méritent aucun indice numérique. On vous laisse vous régaler avec Embiid au sommet de son art provocateur ci-dessous : c’est de l’or en barres.


Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. Donovan

    27 novembre 2017 à 21 h 08 min at 21 h 08 min

    donovan mitchell a boloss le pauvre petit embiid mais bon ça le suce parcqu’il ouvre sa bouche.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top