Bulls

Zach LaVine ne jouera pas à fond avant mi-novembre : Chicago préserve son nouveau franchise player

Zach LaVine

Ça promet pour la reprise.

Source image : YouTube/Chicago Bulls

Recrue “phare” de l’été des Bulls, Zach LaVine va devoir attendre au moins jusqu’à mi-novembre avant de pouvoir jouer dans des réelles conditions de match à l’entraînement, comme l’a expliqué Fred Hoiberg à Vincent Goodwin de CSN Chicago.

En envoyant Jimmy Butler à Minnesota et en lâchant Dwyane Wade pour lui permettre d’aller à Cleveland, il ne fait aucun doute que les Bulls voient en Zach LaVine leur futur arrière titulaire pour reconstruire leur équipe. Le pari est osé mais le marsupial a montré qu’il pouvait être plus qu’un simple dunkeur la saison passée (18,9 points à 38% à trois-points). Il n’empêche que l’on peut émettre des doutes sur ce projet, l’ancien voltigeur des Wolves étant encore très jeune et ayant montré une sélection de tirs parfois assez contestable. Pire encore, sa blessure aux ligaments croisés pourrait l’empêcher d’atteindre son véritable potentiel, d’autant plus qu’il avait continué à jouer juste après sa mauvaise réception. Les “ACL” sont un véritable cauchemar pour tout sportif de haut-niveau et en revenir demande une longue et pénible rééducation. Pour LaVine, ce parcours du combattant remonte déjà à février. L’impétuosité de la jeunesse pouvant le laisser penser qu’un retour avancé pourrait être évoqué, Fred Hoiberg a préféré mettre le holà tout de suite en le préservant de tout entraînement pouvant être trop physique d’ici la seconde moitié du mois de novembre.

“Bien que Zach LaVine soit en avance sur son planning, les Bulls ne s’attendent pas à ce qu’il s’entraîne avec contact avant mi-novembre.”

Bon, il est clair que si les Bulls laissaient LaVine se donner à fond et se mettre des taquets avec ses camarades à l’entraînement, on se foutrait définitivement de leur gueule en leur offrant une jolie bannière à accrocher dans le bureau de coach Hoiberg. LaVine n’ayant pas joué depuis février, des doutes subsistent encore sur sa capacité à revenir à son meilleur niveau. Et on ne parle pas que de la détente, bien que le gamin aurait apparemment profité de sa rééducation pour augmenter son jump. Dans quelques mois, il finira par sauter par-dessus deux Fred Weis, ça ne fait aucun doute. Mais ce n’est pas pour ses dunks que les Bulls l’ont recruté (même si certains posters seraient le seul moyen de faire parler de Chicago en bien). À côté de toute la base arrière, LaVine fait clairement figure de leader vocal et d’option offensive numéro une. On s’attend à le voir shooter dans tous les sens dans l’Illinois, mais pour cela, il faut d’abord que l’ancien loup soit prêt physiquement pour revenir sur les parquets. Un retour trop précipité pourrait coûter cher tant au joueur qu’à la franchise. Passer presque deux mois sans LaVine pourrait vraiment amener les Bulls à découvrir le fond de la fosse des Mariannes. Quant à l’arrière, une seconde blessure au genou après s’être fait les ligaments croisés pourrait déjà sonner le glas de sa courte carrière. Il s’agira donc pour les deux partis d’agir avec précaution. Même si Hoiberg semble avoir pris sa décision, l’ambiance WTF régnant à Chicago ne nous laisse pas serein pour autant sur ce dossier.

Pas de retour précipité pour Chicago, on fait attention à son franchise player, histoire de ne pas gâcher sa reconstruction ainsi que la carrière du gamin. Reste à savoir si LaVine peut effectivement revenir à son niveau de jeu affiché à Minneapolis. Il serait con de le préserver pour se rendre compte finalement que son plafond est déjà atteint.

Source : CSN Chicago


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top