Celtics

Isaiah Thomas raconte comment il a appris son transfert : entre tristesse et énervement contre Danny Ainge

Isaiah Thomas
Source image : YouTube

C’est dans une longue lettre ouverte, publiée sur The Players’ Tribune, que le triste Isaiah Thomas s’est enfin exprimé en détail sur son transfert. Plusieurs éléments marquants dont le premier : la façon dont il a appris le deal.

Nombreux sont les sujets qui ont été abordés par le nouveau meneur des Cavs, dans cette belle sortie publique qu’on vous conseille d’ailleurs de lire dans son entièreté. Des perspectives à Cleveland à la réaction de ses enfants, en passant par son amour pour Boston ainsi que les messages reçus lors de l’annonce officielle, Isaiah a tenté de couvrir le plus de choses et on prendra justement le temps pour se pencher sur chaque thème. Celui ci-dessous, avec extrait traduit pour les fans de Shakespeare, concerne le moment où Thomas a justement appris qu’il allait quitter les Celtics. Un retour serein dans sa maison de Seattle, puisque le All-Star venait de fêter sa première année de mariage avec sa femme Kayla. Et quelle année, quand on connaît les événements sur comme en dehors des terrains qui ont marqué la saison du numéro 4. Triste réalité qu’est celle du business en NBA, avec certains joueurs apprenant leur départ de manière parfois stupéfiante. L’un à la téloche, l’autre sur Twitter, et dans le cas d’Isaiah, dans sa voiture le sourire aux lèvres et le coeur allégé. Se projetant forcément sur l’année à venir, c’est peu dire si le lutin fût forcé à contrôler sa respiration et son animosité lorsqu’il reçut le coup de téléphone de Danny Ainge. Une scène expliquée par l’intéressé, popcorn, moteur, action.

C’est marrant, car je venais de célébrer quelque chose.

Quand j’ai reçu le coup de téléphone de Danny (Ainge), ma femme Kayla et moi rentrions après avoir célébré notre première année de mariage. On était allés à Miami pour quelques jours, et maintenant nous étions de retour à Seattle, prenant la voiture jusqu’à la maison.

J’ai loupé son appel, car je devais probablement faire autre chose dans la voiture. Danny me laissa un texto.

“IT, appelle-moi dès que tu peux.”

Ce qui sonnait de façon dramatique, mais en fait c’est un texto plutôt normal venant de Danny. Cela aurait pu concerner un paquet de choses différentes. Du coup je le rappelle, toujours en train de conduire et sans avoir de pensée quelconque. Il savait que j’étais en voyage, donc il me posa quelques questions à ce sujet. Je suis sûr de lui avoir demandé comment il allait, probablement comment sa famille allait. Encore une fois, juste une discussion des plus normales.

Puis, au milieu de tout ça, c’était genre… comme si ce n’était rien. Cette petite pause dans la conversation. Et c’est là qu’il me dit.

“Je t’ai transféré.”

Aussi simplement que ça. Pas de grands mots, pas de grand speech. Même si je pense en effet que dans de tels moments, il n’y a pas grand chose d’autre à dire.

“Où ça ?” C’est tout ce que j’arrivais à formuler.

“Chez les Cavs, contre Kyrie.”

Et c’est là que… Est-ce que vous avez déjà été au téléphone, et quelqu’un vous dit quelque chose, puis soudainement tout ce que vous pensez c’est “je ne veux plus être au téléphone” ? Pas de façon désobligeante. Juste votre capacité à pouvoir tenir une conversation qui disparaît tout à coup. Voilà comment je me sentais à ce moment précis.

Danny commença donc à me dire toutes les belles choses que j’avais pu faire pour Boston, et pour la franchise des Celtics, que ce soit sur comme en dehors des terrains. Il me dit à quel point j’étais un grand joueur, et à quel point je serai au top à Cleveland. Vous voyez, ce genre de trucs. Et j’étais là à penser… me dire ça là ? Je ne voulais rien entendre de tout ça.

Donc je restais calme en coupant certains de ses propos, mais au final j’ai coupé la conversation tout court. C’était du genre, “j’apprécie le fait que tu me préviennes, que tu me dises tout ça, mais il n’y a vraiment rien d’autre que toi ou moi devrions dire maintenant.”

Et voilà comment ça s’est fini.

C’était le coup de téléphone.

Et c’est ainsi, aussi simplement, que deux années et demi absolument folles du côté de Boston sont rangées dans un tiroir, pour laisser place à une nouvelle ère. Une qui sera dirigée par de nouveaux joueurs dans le Massachusetts, mais restera teintée par les mains et les exploits du Little Guy. Tristesse pour le All-Star, tristesse pour un paquet de fans aussi. La NBA reste cette entreprise sous-divisée en 30 grosses boîtes, au sein desquelles les dirigeants peuvent varier dans leurs comportements. La patience de certains (Spurs) sera en totale opposition avec les coups de chauds de certains (Celtics), et Danny Ainge a montré plus d’une fois qu’il mettait all-in sur la partie business de ce boulot. Difficile de savoir ce qui se passera lorsque Thomas fera son premier retour dans le TD Garden qu’il a illuminé pendant son passage, mais une chose est sûre : ce n’est certainement pas Danny qui sera invité ou prévenu de quoi que ce soit, en cas de soirée post-match.

Chance de pouvoir découvrir les coulisses de telles affaires, chance aussi de pouvoir compter sur des joueurs qui s’expriment en toute transparence. En attendant la version de Kyrie et de Danny, on tourne la page en douceur dans les rues de Boston…

Source : The Players’ Tribune


1 Comment

1 Comment

  1. Newt

    7 septembre 2017 à 17 h 09 min at 17 h 09 min

    J’ai pleuré en lisant l’article sur The Player’s Tribune. That’s my man

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top