Old-School

Johnny “Red” Kerr et Bobby “Slick” Leonard : deux commentateurs de légende, une date en commun

Johnny "Red" Kerr
Source image : Montage Bulls.com / eBay

Le 17 juillet n’est pas seulement le jour des Charlotte. C’est aussi celui de deux légendes du micro, ennemis de la même division : Johnny “Red” Kerr côté Bulls et Bobby “Slick” Leonard côté Pacers.

Les chemins ne sont pas les mêmes, les CV non plus, mais la passion et la date de naissance sont bien en commun. C’est le 17 juillet 1932 que deux grandes voix de l’histoire de la NBA sont nées, enchantant des milliers de fans pendant les années 80 et 90. Et on les oublie souvent, car on prend leur présence pour acquis, mais les commentateurs sont bien présents dans nos souvenirs. Ce sont eux et leurs réactions qui font la légende de certaines actions, le ton de voix, les expressions ou les gimmicks inoubliables. Ils sont là, le visage caché mais la voix si mémorable. Initialement, Kerr et Leonard ne devaient pas être dans le même panier. Mais leur passion pour le jeu les reliait inévitablement, deux drogués de la balle orange qui touchèrent tout ce qui était possible au sein de la Ligue. D’abord joueurs, puis coachs, puis managers et enfin commentateurs. Le quatuor ultime, celui que peu de monde peut toucher car demandant un investissement total dans son sport. “Red” et “Slick” auraient même pu vendre le pop-corn à l’entrée du stade s’il le fallait, mais c’est finalement au micro que le peuple les croisera le plus. Car même si Johnny fût trois fois All-Star en tant que joueur et Coach de l’Année sur le banc, c’est en commentant Jordan que son identité se répandit dans les oreilles des fans. Et même si Bobby entraîna les Pacers trois fois champions en ABA, c’est en narrant les exploits de Reggie Miller que sa voix devint légendaire.

Si on devait vous présenter les deux hommes en une action, une séquence commentée à s’en perforer les poumons ? “The Shot” de Michael Jordan à Cleveland en mai 89, et toutes les batailles entre Knicks et Pacers de 94 à 2000. Kerr était bien le commentateur principal des Bulls lorsque la dynastie des 90’s n’était pas encore en place, les débuts du numéro 23 à Chicago passant entre les cordes vocales du natif de l’Illinois. C’est ce ton rauque, ces montées inattendues lors des dunks du jeune Michael et l’expertise après tant d’années passées sur le circuit qui faisait de “Red” une voix respectée. Dans le cas de Leonard ? Impossible d’oublier ses “Boom Baby” après chaque flèche rentrée par les Pacers, surtout celles d’un certain Reggie Miller. Présent à chaque match et attendu par les fans pour lâcher sa fameuse expression après la moindre ficelle claquée, “Slick” était aux oreilles des habitants de l’Indiana ce que les Hoosiers étaient dans leur coeur : intouchable. Et si Kerr a quitté les siens il y a maintenant quelques années, sa voix est elle restée présente dans les souvenirs de nombreux fans. Des gamins devenus adultes, qui n’oublieront jamais les points d’exclamation de “Red” lorsque Jordan improvisait dans les airs.

Nos plus grands souvenirs de basket sont souvent façonnés par des commentateurs discrets mais déterminants. Johnny “Red” Kerr et Bobby “Slick” Leonard resteront à jamais dans la légende des Bulls et des Pacers, il suffit de le demander aux habitants de Chicago et d’Indianapolis pour s’en assurer.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top