Jazz

Donovan Mitchell commence fort, Dante Exum aussi : la ligne arrière du Jazz veut se faire respecter

Tous les deux jeunes et déterminés à s’imposer en NBA, Donovan Mitchell et Dante Exum ont démarré leur Summer League en duo hier soir : des cannes de feu, du poignet, le Jazz peut avoir le sourire.

Les profils sont très différents, mais la production était similairement appréciable devant un public conquis. D’un côté, Dante Exum, qui profitait enfin de son premier vrai été en rythme. Il faut dire que l’Australien n’était pas dans un confort maximal depuis son arrivée en NBA, une blessure gênant sa première Summer League et une rupture des ligaments croisés flinguant sa deuxième. L’édition 2017 était donc en quelque sorte le baptême d’Exum, en confiance, après une vraie saison sous le maillot du Jazz, et l’envie de se faire respecter dans la jungle de la SL. Agressif d’entrée, Dante montrait toute l’étendue de son talent en variant à la fois les tirs à distance et les pénétrations incisives. Mais ça, on le connaissait déjà, en quelque sorte. Ce que l’Australien montrait pour la première fois, c’était son jeu à mi-distance, balle en main. Habitué à se coltiner seulement deux rôles offensifs, slasher ou… slasher, Exum pouvait proposer son boulot réalisé en coulisses et la Jazz Nation ne pouvait que ronronner. Car s’il y a bien un aspect du jeu de Dante qui faisait chier jusqu’ici, c’était son irrégularité offensive, lui qui peut proposer des séquences folles sur 4 minutes puis disparaître totalement les 6 suivantes : manque d’expérience, mais de technique aussi. Hier soir, le meneur a donc brillé par sa confiance, et son envie de déployer son tout nouvel arsenal.

Mais a-t-il fait autant de bruit que Donovan Mitchell ? Non. Il aurait fallu proposer bien plus, pour empêcher le nouveau drafté d’être le sujet de discussion dans Salt Lake City ce mardi. Récupéré le soir de la Draft dans un échange avec les Nuggets, le sniper est déjà propriétaire d’un des shoots les plus soyeux de la Ligue. Alors qu’il n’a pas encore joué une seule minute, tout à fait. Son équilibre, son fouetté, la propreté de ses moves, les automatismes sur ses initiatives, Mitchell peut tout à fait devenir rapidement une arme sympathique pour Quin Snyder en toute fin de saison, à développer comme on le sait avant de commencer les choses sérieuses. Mais ce qu’il y avait surtout d’intéressant dans ce duo agressif, c’était de l’observer dans le contexte actuel qu’on connaît chez le Jazz. Doutes sur le dossier Hayward, Hill remplacé par Rubio, il faut que du jeune se fasse violence et agresse l’arceau, sous peine de voir une équipe d’Utah être limitée par son talent offensif. En Exum, la franchise voulait justement développer un slasher comme elle n’en avait pas eu depuis des années. En Donovan, elle souhaitera arroser un grand sniper en devenir. Un simple match de Summer League à confirmer, mais des séquences qu’on pourrait retrouver la saison prochaine en NBA.

23 points pour l’Américain, 18 points pour l’Australien, un duo excitant et qui devra se développer dans l’ombre des cadres : les fans du Jazz vont pouvoir sourire en voyant Exum et Mitchell jouer ensemble.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top