Jazz

Preview Game 4 Jazz – Warriors : le cœur pense Babac & Rudy, la raison parle plutôt de sweep

Boris Diaw

Les mecs n’ont pas que ça à faire, ils ont un choke à nous faire oublier.

Source image : youtube

Acte 4 ce soir de cette demi-finale à l’Ouest, entre une franchise désirant perdre le moins de temps possible et une autre qui aimerait éviter de terminer sa saison sur un coup de balai dans les gencives. Ces derniers peuvent-ils le faire ? Bien sûr. Mais vont-ils pour autant le faire ? Rien… n’est moins sûr. Allez, envoyez la preview.

L’écart entre Dubs et Jazzmen est criant, ce n’est une surprise pour personne. D’un côté un roster de mecs durs au mal, talentueux et drivé par un petit général sérieux, mais de l’autre une constellation de stars, champions NBA il y a deux ans pour certains d’entre eux (Curry, Thompson, Green, Livingston, Iguodala, Clark, Looney, McAdoo) et sûrs de leur basket au moins jusqu’à la Finale NBA qui les opposera à Cleveland. Parce qu’il ne faut pas se voiler la face hein… Mais si la cote d’une finale Cavs-Warriors doit être aujourd’hui aux alentours de 1,01, les Dubs ont d’abord un travail à finir pour accéder à l’avant dernière marche qui les mènera peut-être à un deuxième titre en trois ans. Cela se fera d’ailleurs sans Steve Kerr – une fois de plus – mais avec cette grosse boule de Mike Brown sur le banc et cela jusqu’à nouvel ordre, le blondinet n’en ayant malheureusement pas fini avec ses problèmes de dos.

Cette avant-dernière marche porte un nom de courant musical, n’a pas vraiment de swag et possède l’une des tourelles les plus impressionnantes (la plus impressionnante ?) de la Ligue en la personne de Rudy Gobert. Sera-ce suffisant pour réussir l’exploit de prendre un match à la machine de guerre californienne ? Hum… Les trois premiers matchs de la série sont à la fois des indices laissant penser tout et son contraire. Que le Jazz a les armes pour gêner GS (expérience avec Boris Diaw ou Joe Johnson, jeunes qui montent avec Rodney Capuche, Derrick Favors et Dante Exum…) mais aussi que la moindre accélération de leur adversaire peut les mettre à des kilomètres derrière. Six matchs cette saison entre les deux franchises et cinq victoires pour qui vous savez, la seule victoire pour les hommes de Quin Snyder ayant eu lieu deux jours avant la fin de la régulière, sans Klay Thompson et probablement sans motivation côté Dubs. Aujourd’hui ? Rien ni personne ne semble laisser imaginer à un quelconque retour du Jazz dans cette série et ces derniers eux-même ont sûrement déjà réservé leur Club Med pour la fin de semaine. Gordon Hayward est au rendez-vous sur la série (24,7 points, 4,7 rebonds et 3,7 passes), Rudy Gobert résiste aux petites provocs de Draymond Green et Kevin Durant (16,7 points, 13 rebonds et 1,7 contre), une preuve de plus de la dimension prise cette saison par le pivot français… mais rien de tout ça ne semble suffisant pour inquiéter une armada parmi les plus complètes que l’on n’ai jamais vu. Kevin Durant qui commence doucement à chauffer, Stephen Curry qui montre – un peu quand il veut – que personne dans l’Utah n’a les moyens de le stopper, Draymond Green qui a activé le mode all-around spécial Playoffs (14,6 points, 9 rebonds, 6,7 passes, 3 contres et 2 steals depuis le 15 avril), les Warriors ont même les moyens pour le moment de se passer des saillies offensives d’un Klay Thompson pas en forme. Tout va trop vite, tout va trop haut et tout va trop fort pour un Jazz sérieux mais trop limité, pour qui la saison écoulée sera de tout manière une réussite. Un Game 4 que la franchise de Salt Lak City devra d’ailleurs peut-être attaquer avec Shelvin Mack en starter du fait de la potentielle absence de George Hill, cette dernière phrase étant suffisante pour expliquer l’écart infini de niveau entre nos deux équipes du soir.

Dernier sursaut du Jazz avant une claque à l’Oracle pour finir la série ? Signature en bas de la page dès ce soir pour les Dubs ? Quand on voit la ballade de santé des Cavs de l’autre côté du pays, mieux vaudrait en tout cas que Curry, Durant and co. ne traînent pas trop en route.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top