Cavaliers

LeBron James continue son récital : 35 points et toujours autant d’insolence face aux Raptors

Cleveland, Indiana, Toronto, Châteauroux : quel que soit l’endroit où LeBron James joue, tant qu’il y a marqué Playoffs quelque part c’est du bonheur pour les yeux. Le King a encore fait du sale en déplacement.

Pas de comeback de folie pour cette fois, après l’avoir vu mettre les Cavs sur son dos pour revenir face aux Pacers. Pas de triple-double non plus pour cette fois, après l’avoir observé tourner dans ces moyennes au tour précédent. Mais si LeBron a régalé contre Paul George, il a clairement changé de style face aux Raptors, préférant utiliser la carte de l’humiliation plutôt que celle de la surproduction. On l’avait vu boire une bière, faire tourner la balle pendant des heures dans ses mains, cette fois James a enchaîné… les floaters main gauche, comme s’il s’agissait d’un challenge personnel. Oui, parce que le basket est devenu trop facile et ses défenseurs se sont transformés en lampadaires mobiles, le cyborg a décidé de se compliquer les choses. En même temps, quoi de plus excitant que de s’amuser dans un stade adverse et hostile, histoire de climatiser la salle et renvoyer tout le monde à la maison tête baissée ? Hier soir, patiemment, sans forcer, LeBron a encore laissé le jeu venir à lui pour mettre la fessée aux Raptors.

Ce n’était pas une performance éblouissante par domination de la première à la dernière minute. Loin de là même, puisque sur les 36 premières, c’est DeMar DeRozan qui occupait le spot de top dog. Mais pour un gars comme James qui a absolument tout vécu dans sa carrière, être un poil à la bourre avec 12 minutes à jouer revient à une éternité dans son crâne d’expert. Avant le début du money-time, on retrousse les manches, on regarde les coéquipiers avec sérieux, et on lâche un gros let’s go de leader. La suite ? Une balade, tant la dernière période sera celle d’un homme à la tête d’une équipe qui a été construite à sa façon. Un caviar pour Korver, bien en rythme et qui faisait filoche. Un spin et un floater main gauche, comme pour préchauffer la machine. Une défense monstrueuse pour étouffer les Raptors, un contre sur une pénétration adverse et derrière… le fameux shake côté gauche pour planter un trois-points d’assassin. Alors que le match était serré en début de dernier quart, LeBron mènera un run monumental pour faire taire les mauvaises langues et rappeler qui est le patron. Le tout, bien évidemment, avec une réussite toujours aussi hallucinante. Car lorsque le boss décide de faire le boulot, il le fait proprement…

35 points, 8 rebonds, 7 passes, 9 sur 16 au tir, 2 sur 4 de loin, 15 sur 16 aux lancers et des moves venus de son mode entraînement : il y a un monde d’écart entre LeBron James et le reste de la compétition à l’Est. Enfin, à l’Est… et ailleurs aussi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top