Cavaliers

Preview Game 2 Cavaliers – Pacers : Cleveland doit faire le plein à la maison ou laisser place au doute !

Cavaliers - Hawks / Lebron James

On attend des Cavaliers en mode patrons ce soir.

Source image : YouTube

Game 2 entre les Cavaliers et les Pacers à partir de 1h00 à la Quicken Loans Arena. Les Cavaliers doivent se rassurer après le Game 1 et les Pacers, frustrés, veulent rentrer à Indianapolis avec l’avantage du terrain !

Bon, ne nous cachons pas. Mathématiquement, les Pacers sont en grande difficulté. Les Cavaliers n’ont perdu qu’une seule de leurs seize dernières séries de Playoffs en ayant gagné le premier match. Et LeBron a lui gagné ses 18 derniers matchs au premier tour des Playoffs. Mais ça, à la limite, on le savait déjà. Le vrai couac pour les Pacers, c’est qu’ils ont eu leur chance mais ne l’ont pas saisie… En effet, ils ont perdu le Game 1 d’un petit point, 108-109, en ayant la dernière possession, qui s’est soldée par un shoot bien court de C.J. Miles, ce qui a eu le don d’énerver Paul George qui se voyait bien crucifier les Cavaliers.

“J’en ai parlé à C.J. [Miles]. Dans ce genre de situations, je dois avoir le dernier shoot.”

Il faut dire que Miles était en bonne position pour shooter et que les Cavaliers avaient décidé de ne pas laisser le ballon dans les mains de PG en faisant une prise à deux, qui s’est avéré payante. Mais, au-delà de la dernière possession, les Pacers n’auront pas forcément deux opportunités comme celle-là. Ils ne shooteront pas tous les soirs à 11/24 à 3-points (dont 6/8 pour le seul Paul George). En face, Kyrie ne shootera pas tous les soirs à 1/9 du parking, et les Cavaliers ne seront pas non plus tous les soirs à 14/27 aux lancers-francs. Ça avait tout l’air d’être le match à gagner. Mais il y a quand même de bonnes raisons de se réjouir. Al Jefferson, absent au Game 1, devrait faire son retour, lui, son gros postérieur, son expérience et sa main droite en or. En ce qui concerne Glenn Robinson III, le staff prendra une décision au dernier moment.

Pas de quoi fanfaronner non plus côté Cavaliers. La victoire est dans la poche, mais il n’y a pas grand chose à retenir de plus. Impressionnants offensivement en première période, les Cavaliers ont manqué de sérieux défensivement et ont laissé les Pacers dans le match. LeBron James, monumental en première mi-temps, a eu plus de mal en seconde, ratant quelques lay-up ouverts, pas vraiment le genre de la maison. Ainsi, en menant de 10 points à neuf minutes de la fin, les Cavaliers ont trouvé le moyen de laisser Indiana revenir et mener 105-103 à 3 minutes 30 du terme de la rencontre. Dans un dernier effort, les Cavaliers réussissent donc à l’emporter mais auraient pu se faire surprendre si C.J. Miles avait été fidèle à sa réputation de fine gâchette. LeBron le sait, la manière n’y était pas :

“Il a raté, nous avons gagné.”

Voilà qui résume bien la situation. Les Cavaliers mènent 1-0, certes, mais ils ne le doivent pas qu’à eux-mêmes. En plus de rentrer leurs lancers-francs, il leur faudra élever leur niveau de jeu pour conserver l’avantage du terrain au terme du match de cette nuit. Si la défense n’est pas le gruyère qu’on a observé en fin de saison régulière, elle doit être plus consistante tout au long du match. La bataille du rebond a aussi été perdue, en grande partie à cause de Kevin Love qui devra jouer son rôle d’intérieur et arrêter de passer sa vie entière derrière la ligne à 3-points. Transparent en seconde période où il n’a marqué que 2 petits points, Love n’a capté que 4 rebonds en 31 minutes. Il a beaucoup trop tendance à s’effacer quand ça commence à mayocher dur dans la raquette, au contraire de Tristan Thompson, encore intéressant avec 8 points (à 4/5 au tir) et surtout 6 rebonds offensifs.

La clef du match : la perf’ de Myles Turner et Thaddeus Young

Justement, Tristan Thomspon a été le poil à gratter des Pacers. Si Indiana a pris plus de rebonds que les Cavaliers, TT a lui littéralement mangé Myles Turner, tout en intensité. Rendez-vous compte, Turner a pris moins de rebonds défensifs (4) que Thompson n’a pris de rebonds offensifs… Alors, loin de nous l’idée de vouloir l’incriminer, il est encore très jeune (21 ans tout juste) et inexpérimenté. Mais on l’a vu à son avantage l’an passé en Playoffs et il a les qualités pour dominer dans cette série ! Du haut de ses 2m11, Turner est plus grand que tout le monde (sauf Channing Frye, qui n’est pas un modèle de dureté) mais doit se mettre en mode Playoffs. En attaque comme en défense, Myles Turner s’est montré trop timoré lors du Game 1, manquant d’agressivité. Or, il a du talent plein les papattes, et pourrait faire mal aux Cavaliers. Thaddeus Young, son compère de la raquette, pas forcément à son avantage cette saison, a montré samedi combien il pouvait être précieux. Malgré sa petite taille (2,03m), il a fait son taf au rebond (9 prises dont 5 rebonds offensifs) et a été très bon en défense… sur LeBron James ! Si le King s’est baladé en première période, jouant à sa main et ne ratant quasiment aucun shoot, il a eu des difficultés en deuxième. Et ce n’est pas le fruit du hasard, ça coïncide clairement avec le marquage que lui a fait subir Thaddeus Young par séquences. Young a le physique idéal pour défendre LeBron puisqu’il mesure la même taille et pèse à peine dix kilos de moins, ce qui lui permet d’être assez rapide sur les appuis sans se faire enfoncer. Si Thaddeus Young parvenait à faire le même travail défensif sur la durée lors du Game 2, les Pacers pourraient y croire.

Les Cavaliers sont archi favoris dans cette rencontre, mais si les Pacers veulent garder espoir dans cette série, une victoire ce soir semble impérative. Pour cela, ils auront besoin d’une raquette performante.

Source : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top