Thunder

Russell Westbrook l’a fait : 41 triple-doubles en une saison, Oscar Robertson a de la compagnie !

C’était le moment le plus attendu de cette soirée en NBA, il a bien eu lieu devant un public en délire : Russell Westbrook a validé un 41ème triple-double dans son immense saison, il rejoint ainsi Oscar Robertson au paradis des légendes.

Quarante et un. Quarante, et, un ! Difficile de comprendre encore, en pleine nuit, l’absurdité de ce nombre. Il y a un soupir, d’abord, après avoir vu l’animal nous habituer à tamponner un 10-10-10 minimum chaque soir. Il y a un sourire, ensuite, en réalisant la chance de pouvoir vivre ce type de moment historique en direct, même à distance. Il y a des applaudissements, enfin, en prenant les chiffres les uns après les autres, histoire de capter réellement l’immensité d’un tel record égalé. L’histoire retiendra que c’est à domicile, face aux Bucks, en plein troisième quart-temps, sur un caviar donné à Taj Gibson que Robertson a été rejoint au sommet par Westbrook. Premier quart-temps géré au rebond, deuxième un peu plus à la distribution, à peine sorti du vestiaire le numéro 0 retournait au four et au moulin, même avec une belle avance créée par ses copains. Il faut dire qu’avec un back-to-back du côté de Memphis et des fans dans l’attente, laisser durer le suspens n’était pas ce qu’il y avait de plus intéressant. Du coup Russell a fait son Russell… en 21 minutes.

Mercredi 5 avril 2017, 3h31 du matin en France, encre dorée et plume de sphinx pour écrire une ligne légendaire. Triple-double numéro 41, avec cinq matchs restants pour devenir maître suprême dans la discipline sur une régulière. Mais si cet accomplissement était déjà énorme ainsi, il fallait aussi voir les autres éléments numériques ajoutés pour rendre la fête encore plus bandante. Un septième triple-double consécutif, comme pour faire un clin d’oeil à Wilt Chamberlain, lui et sa série de neuf toujours invaincue. Une catégorie des rebonds déjà bouclée, en ce qui concerne la saison en TD de moyenne. Et cette deuxième série de sept triple-doubles consécutifs, faisant de Russell le seul et unique joueur de l’histoire à l’avoir fait sur une saison. Oui, ce moment était attendu et à part, comme celui que l’on raconte à ses enfants quand il est un peu tard. Mais à l’heure où ces lignes sont écrites ? Le match n’est pas encore terminé. Westbrook est en 12-13-13, et plus important encore le Thunder explose Milwaukee. La gagne avec les records, la gloire avec les potes, et le tout devant son public chéri. Avant d’embarquer pour plusieurs matchs on the road, que pouvait-il demander de plus ?

Une main levée, comme pour remercier ses plus grands fans, et puis c’est tout. Du Russell Westbrook dans le texte, tout simplement : une soirée comme une autre, une ligne historique comme une autre, un pas énorme dans l’histoire comme un autre. Pure greatness.

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. Giuseppe

    5 avril 2017 à 10 h 42 min at 10 h 42 min

    J’adore ce joueur depuis que je l’ai découvert avec la NBA durant les Finals 2012 et voir comment il a répondu à toute les critiques cette année et surtout le voir s’inscrire dans l’histoire petit à petit cela me régale le cœur qu’il est capable d’envoyer dans le jeu est impressionnant !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top