Pelicans

New Orleans a fait tapis sur DeMarcus Cousins : oui pour aujourd’hui, mais quid de demain ?

TRashTalk Fantasy League - DeMarcus Cousins

Wow.

Source image : Bleacher Report

La grosse news du jour est tombée en toute fin de nuit, quand les Pelicans ont validé un transfert afin de récupérer DeMarcus Cousins. Du potentiel sur le papier, mais dans les deux sens : aussi positif que négatif.

Le réflexe le plus commun et partagé, lorsqu’un deal est acté, c’est de chercher l’équipe qui l’emporte. Celle qui ne s’est pas fait avoir, celle qui a su anticiper l’avenir avec le plus de précaution, pour repartir vainqueur. Et immédiatement après le chambardement de ce lundi matin, il était évident que les Pelicans allaient être plus ou moins acclamés en récupérant un aussi grand joueur que DeMarcus Cousins. Car sur le papier, et de façon instinctive, voir Boogie et Anthony Davis dans la même raquette a quelque chose de surnaturel. Et de l’autre côté du deal, voir les Kings lâcher leur pépite contre si peu de joueurs équivalents ne peut que cimenter ce sentiment initial. Cependant, le management de Sacramento avait été très clair sur ses envies, qui n’étaient pas de recevoir de talent forcément équivalent à celui de DMC. Il était et est question de reconstruction, de flexibilité et de changement. Maintenant, on ne va pas se lever pour applaudir Vivek Ranadive et Vlade Divac, mais on ne va pas le faire pour Dell Demps et sa clique de New Orleans non plus.

Pour une raison simple, si l’excitation post-deal est partagée par de nombreux fans qui s’impatientent de voir DeMarcus jouer avec son pote de Kentucky, il existe un scénario aussi réel que probable, et qui pourrait définitivement plonger la franchise de Louisiane dans une merde abyssale. En effet, contractuellement parlant, Cousins est verrouillé jusqu’à l’année prochaine (18 millions la saison suivante) et son agent a déjà affirmé que signer quoi que ce soit cet été serait très improbable. Du coup, c’est un véritable test d’un an qui aura lieu à New Orleans, une opération séduction risquée et qui pourrait clairement détruire les plans long-terme de la franchise. On l’avait vu, par exemple, dans le cadre du transfert de Dwight Howard aux Lakers, l’intérieur venant faire son job pendant quelques mois avant de signer à Houston par la suite. Alors évidemment, du côté des Pelicans, on est persuadés que cette nouvelle page va suffisamment plaire à DeMarcus pour le voir prolonger par la suite. Mais si New Orleans n’arrive pas à trouver son modèle de jeu, qu’Alvin Gentry patauge avec ses Twin Towers, que la frustration est bien présente et que Cousins décide de partir faire son propre choix lors de l’été 2018, les Pelicans seront-ils encore gagnants de ce transfert…?

Alvin Gentry et son staff vont avoir une mission colossale à devoir gérer sur les prochains mois. Gagner des matchs, certes, mais surtout construire un plan de jeu qui permette à DeMarcus Cousins et Anthony Davis de cohabiter, faire plaisir au premier, laisser le second gérer l’aspect affectif, et croiser les doigts pour que cela tienne dans un an. Si ça marche, tant mieux, mais sinon…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top