Pelicans

Anthony Davis a gagné : 42 points face aux 36 de Towns, King Kong est plus fort que Godzilla !

C’était un des duels les plus attendus de la soirée. Anthony Davis contre Karl-Anthony Towns, deux mastodontes de la NBA à l’intérieur, et c’est bien le plus âgé qui est reparti avec la victoire (122-106).

Difficile de demander au jeune pivot des Timberwolves de faire plus que ce qu’il a fait hier soir. Ultra-agressif dès le début de la rencontre, KAT donnait le ton en scorant 19 points et en permettant aux siens de s’installer dans un fauteuil confortable. Il faut dire qu’avec douze points d’avance dès la fin du premier quart, les poulains de Tom Thibodeau pouvaient aborder la suite avec confiance. Andrew Wiggins se mettait à contribuer lui aussi, Kris Dunn faisait son retour sur les parquets et Ricky Rubio distribuait les gonfles avec bonheur. Typiquement le genre de combinaison qui peut permettre à Minnesota de penser à une victoire à domicile… sauf quand la défense explose dans les deuxièmes et troisièmes quart-temps. En encaissant 70 points sur ces deux périodes, et en laissant notamment Jrue Holiday dépecer le premier rideau local grâce à sa sérénité balle en main, les Wolves se tiraient une balle dans le pied et permettaient surtout à un ogre de se réveiller. Discret sur les 12 premières minutes de jeu, Anthony Davis a ensuite pris la rencontre dans ses immenses mains et a imposé aux jeunes Loups de se taire devant sa domination.

Peut-être qu’il souhaitait rappeler la hiérarchie dans la NBA actuelle. Car sans vouloir manquer de respect à DeMarcus Cousins, c’est bien AD dont on doit parler lorsqu’il est question d’intérieur purement indéfendable. Bien trop adroit sur la ligne des lancers, tout bonnement infernal lorsqu’il est en rythme, Davis s’est même offert deux tirs à distance sur la rencontre et n’a loupé que 6 de ses 22 tentatives en 36 minutes. Comment faire, face à un type pareil ? Ne pas sortir sur lui, c’est prendre un tir à 5-6 mètres voire derrière l’arc. Trop monter, et la sanction est inévitable avec deux points voire un and one. Pour le monosourcil le plus effrayant de la Ligue, affronter une raquette aussi jeune que celle du Minnesota était une partie de plaisir, une occasion également de dire au prometteur Karl-Anthony Towns que le 1er choix de Draft issu de Kentucky dont il faut embrasser les pieds, c’est bien lui. Cependant, le duel était fabuleux à suivre, notamment en première mi-temps avec deux stars qui se rendaient coup pour coup. Malheureusement enfoncés dans les profondeurs de la Conférence Ouest, AD et KAT devront rester patients avant de proposer des affrontements du même genre en antenne nationale ou au printemps. Mais si ce qu’on a vu hier soir était une preview de l’avenir, c’est peu dire si on va se régaler devant ces deux géants.

L’addition, please ? 42 points et 13 rebonds à 16/22 au tir pour Davis, 36 points et 8 rebonds à 13/22 au tir pour Towns, et dire que la paire n’a même pas encore soufflé 24 bougies… Affolant.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top