Pelicans

Anthony Davis mange la raquette des Lakers : 41 points pour le géant, un plat bien trop léger

Face à des Lakers décimés et qui ont en plus perdu Nick Young pendant la rencontre, l’intérieur des Pelicans ne s’est pas gêné pour marcher sur son adversaire du soir : victoire de New Orleans 105 à 88.

Doit-on prendre quelques secondes, pour réaliser la chance qu’on a en voyant Davis jouer sans la moindre blessure actuellement ? Pointé du doigt plus d’une fois pour son style de jeu parfois trop acrobatique et donc ouvert à des pépins physiques, le phénomène passait d’un sujet à un autre en tout début de saison, celui des défaites de son équipe. Une franchise dans les bas-fonds de l’Ouest, un mec esseulé pour qui on ne faisait que prier, sauf qu’aujourd’hui les prières et surtout le karma médical de Louisiane semblent fonctionner puisqu’Anthony est actuellement au sommet. En effet, hier soir Davis a validé une troisième rencontre à plus de 40 points et 15 rebonds cette saison, ce que le reste de la NBA a effectué… zéro fois. Oui, AD est peut-être seul dans son délire, seul à porter un monosourcil, seul à pouvoir planter fréquemment plus de 25 points dans son équipe, seul à soulever sa région et la mettre sur son dos afin de la réinstaller en Playoffs, mais il est important de souligner son excellent travail actuel, avant que de potentiels soucis et nuages viennent décorer son paysage. Ce mardi, c’est donc Luke Walton et ses soldats qui ont pris tarif, dans un match rapidement bouclé puisque les Pelicans prenaient rapidement 10 points d’avance puis 20 en milieu de second quart-temps. L’occasion idéale pour que le numéro 23 fasse son petit workout personnel devant des milliers de spectateurs, ce que la petite raquette californienne devait subir sans broncher.

Tarik Black, Julius Randle de retour, Timofey Mozgov, Thomas Robinson, Larry Nance Jr, les Lakers auraient même pu envoyer Shaq et Malone qu’on aurait quand même vu Davis planter ses points. Car aujourd’hui, le bonhomme est dans un rythme idéal et sa domination athlétique est suivie par de grands progrès techniques. Impossible de le laisser prendre son tir à mi-distance, lorsque Jrue Holiday met la pression en pénétrant. Impossible de le garder de trop près sous peine de le voir décocher un floater, mauvaise main et mauvais pied qui plus est. On reste sceptiques lorsqu’on le voit jeter sa carcasse vers l’arceau car celle-ci a déjà pris bien cher et elle pourrait à nouveau craquer sous nos yeux, mais Anthony est tellement indéfendable en ce moment qu’on ne peut qu’apprécier le spectacle en gardant deux doigts croisés dans le dos. Et mine de rien, New Orleans en profite bien puisque c’est une sixième victoire sur les dix derniers matchs qui a été validée, permettant aux Pelicans de regarder avec sérieux la bataille pour squatter le Top 8. En effet, avec un bilan de 7 victoires pour 12 défaites, la bande à Gentry est encore à la bourre derrière quelques franchises ayant mieux démarré leur saison, mais des Kings aléatoires (7-11), des Nuggets ne possédant pas un talent aussi dominant (7-10) et des Lakers fatigués (9-10) sont devant le pare-chocs du géant et ces trois groupes pourraient bientôt se retrouver dans son rétroviseur. En tout cas, s’il continue ainsi et les sorciers de Louisiane le laissent tranquille… tout est possible vue sa domination individuelle.

On parle souvent de l’abattage quotidien réalisé par les Russell Westbrook, James Harden et compagnie sur le circuit, mais discrètement et dans son coin, Anthony Davis est en train de nous faire une remontée fantastique à base de matchs à 40 points. Attention, la bête est lancée.

couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top