Kings

Sacramento enfonce les Cavs dans leur déprime : 116 à 112, un King terrassé par des Kings !

Pas de pitié pour les équipes en galère ! Alors qu’on pourrait utiliser cette phrase pour une victoire typique des Cavs sur les Kings, c’est Sacramento qui a cette fois profité de la méforme adverse pour s’offrir un pur succès en déplacement (116 à 112).

DeMarcus Cousins l’avait souligné récemment. Même si son équipe perdait des matchs, l’attitude du groupe était exemplaire et cela allait forcément payer par la suite. Il y avait déjà eu, pour commencer, un match serré à Chicago et qui s’était malheureusement fini dans les mains des Bulls. Frustré mais voulant continuer sur cette bonne lancée collective, celle de tenir ensemble en déplacement sans craquer sur des conneries, Boogie donnait rendez-vous au match suivant. Et qui tombait dans ses mains ? Les Pistons, face au hustle et la patience des vétérans de Sacramento. Du coup, si la visite dans l’Ohio avait une sale odeur, avec un LeBron James qui venait de pousser une gueulante publique et des bras-droits qui devaient se reprendre, le leader des Kings savait qu’il n’avait rien à perdre, et ses copains en étaient tout autant conscients. De quoi aborder la rencontre peinard, sans se mettre la pression, et jouer un basket confiant. Attitude qui durera de la première à la toute dernière minute du match, en traversant des situations qui auraient pourtant pu faire basculer Sacramento dans son darkside habituel, fait de bourdes et de chaises envoyées dans les vestiaires.

Mais non, pas cette fois. Pas de panique, même en ayant deux points de retard et une dernière possession à jouer, Cousins emmenant tout le monde en prolongation avec sérénité. Mais non, pas cette fois. Pas de gamelle défensive sur la dernière possession, Kevin Love perdant la gonfle et offrant cinq minutes supplémentaires aux fans anxieux de la Quicken Loans Arena. Si les Cavs avaient droit à un LeBron en triple-double et un Iman Shumpert en feu, les Kings avaient eux un DMC dur comme la pierre et des apports de tous les côtés : Malachi Richardson le rookie, Garrett Temple dans le hustle, Anthony Tolliver, Darren Collison et Willie Cauley-Stein, tout le monde se retroussait les manches pour tenter un upset collectif en déplacement. Et quel meilleur symbole pouvait-il y avoir, que cette bombe miraculeuse plantée par Arron Afflalo ? Avec un DeMarcus doublé au poste, l’intérieur aurait habituellement forcé son action et tenté de sauver les siens en mode solo, mais… non pas cette fois ! On le répète, il faut dire que ces Kings étaient séduisants de calme dans cette soirée chaude. Le pivot voit son arrière esseulé à trois-points, bonne passe qu’Afflalo attrape avant de dégainer sans réfléchir, ficelle. La Quicken Loans Arena se transforme en frigo, LeBron ne peut sauver les siens à distance, et Sacramento finit le job sans trembler. Alors que le scénario avait une gueule de branlée infligée par un champion touché dans son fort intérieur, ce sont finalement les Kings qui ont fait le boulot dans une arène bien hostile.

Bien défendu mais pas frustré pour autant, DeMarcus Cousins termine sa soirée avec 28 points, 11 rebonds et 9 passes, dont la plus importante du match pour le tir d’Arron Afflalo. Un signe de confiance qui doit donner espoir aux fans des Kings, eux qui restent sur deux gros matchs à l’extérieur.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top